Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Puigdemont reste en détention en Allemagne

Le véhicule transportant Carles Puigdemont, ancien dirigeant catalan, quitte la prison de Neumuenster, Allemagne, le 26 mars 2018.

Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont va rester en détention en Allemagne le temps que la justice se prononce sur son éventuelle extradition vers l'Espagne, qui l'accuse de "rébellion".

M. Puigdemont va "rester en détention dans un premier temps, jusqu'à ce qu'une décision soit prise concernant une procédure d'extradition", a annoncé lundi le tribunal régional de Kiel, dans la région du nord de l'Allemagne où il avait été arrêté dimanche.

Il n'y a aucun recours possible contre cette décision, a-t-il précisé.

L'arrestation surprise de l'intéressé avait entraîné des heurts entre des militants indépendantistes catalans et la police dimanche à Barcelone. Aucun débordement n'a été signalé lundi.

>> Lire aussi : Puigdemont devant un juge après son arrestation en Allemagne

Lundi, il a comparu devant un tribunal de Neumünster, ville dans laquelle il est également maintenu en garde à vue. Il s'agissait de formellement établir son identité et décider s'il restait ou non en prison.

Désormais, il revient au tribunal de Kiel de trancher sur son éventuel extradition, selon le communiqué.

60 jours maximum

Sur le fond, la justice allemande dispose d'un délai de 60 jours pour trancher sur la remise de M. Puigdemont à Madrid.

Une porte-parole du parquet allemand, Wiebke Hoffelner, s'est bornée à dire que la décision ne serait "pas prise cette semaine".

La justice aura à décider si des infractions similaires à celles pour lesquelles M. Puigdemont est poursuivi en Espagne existent en droit allemand.

Il est inculpé, avec douze autres responsables indépendantistes de "rébellion", crime passible de 30 ans de prison, et de détournements de fonds publics. En cause, la tentative ratée de sécession par référendum de l'automne 2017.

>> Lire aussi : Carles Puigdemont arrêté par la police allemande à la frontière avec le Danemark

A Genève, le Comité des droits de l'homme de l'ONU a annoncé avoir enregistré une plainte de M. Puigdemont.

Son avocat britannique Ben Emmerson avait déclaré le 2 mars que son client avait saisi le Comité d'une plainte accusant Madrid de violer son droit d'être élu et sa liberté d'expression et d'association.

Une porte-parole du Comité a confirmé lundi "l'enregistrement de cette communication". "La prochaine étape du processus est que l'Etat partie (l'Espagne, ndlr) a six mois pour répondre", a-t-elle dit.

Elsa Artadi, une députée du parti de Carles Puigdemont, a estimé sur Twitter que l'indépendantiste s'opposerait à son extradition parce que "l'Espagne ne garantit pas un procès équitable".

"Infractions bien concrètes"

Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, a qualifié l'Espagne d'"Etat de droit démocratique" et a relevé qu'il régnait "une confiance toute particulière entre les autorités judiciaires des pays membres de l'UE".

Il a aussi rappelé que selon Madrid, M. Puigdemont et ses camarades ne sont pas poursuivis pour "des idées politiques, des idées d'indépendance, mais en raison d'infractions bien concrètes".

Le gouvernement espagnol est resté en retrait, se contentant de qualifier de "bonne nouvelle" l'arrestation de l'indépendantiste.

>> Lire aussi : L'Espagne émet des mandats d'arrêt internationaux contre six indépendantistes catalans

Les poursuites pour "rébellion" restent cependant controversées, car elles supposent "un soulèvement violent" qui, selon des juristes, ne s'est jamais produit.

M. Puigdemont a été interpellé par les policiers du Land de Schleswig-Holstein alors qu'il venait du Danemark voisin en voiture pour rejoindre la Belgique, où l'ex-président catalan s'était réfugié après l'échec de la sécession l'automne dernier.

Les forces de l'ordre allemandes avaient été alertées de sa venue par le représentant de la police criminelle allemande à Madrid.

Le ministère allemand de l'Intérieur n'était pas en mesure de dire si les services de renseignement espagnols étaient impliqués et suivaient l'homme politique catalan.

L'arrestation a été rendue possible par la décision vendredi du juge de la Cour suprême espagnole Pablo Llarena de poursuivre 13 dirigeants séparatistes, dont M. Puigdemont.

De fait, la justice espagnole a porté un nouveau coup aux indépendantistes catalans. Le candidat à la présidence de la région, Jordi Turull, a ainsi été incarcéré, privant les indépendantistes de leur troisième candidat à la tête de l'exécutif catalan.

Une autre indépendantiste exilée, Clara Ponsati, a indiqué "prendre des dispositions" pour se "livrer" aux autorités en Ecosse.

La Catalogne est donc plongée dans l'impasse politique. Les indépendantistes ont pourtant conservé la majorité absolue au Parlement catalan lors des élections du 21 décembre.

S'ils n'arrivent pas à faire élire un président avant le 22 mai, de nouvelles élections seront automatiquement convoquées. Et tant qu'elle n'aura pas de président et de gouvernement, la Catalogne restera sous la tutelle de Madrid, imposée après la déclaration d'indépendance.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Birmanie: la Cour suprême rejette le recours des journalistes de Reuters

Wa Lone, 33 ans, et Kyaw Soe Oo, 29 ans, qui n'étaient pas présents à l'audience, sont accusés d'avoir enfreint la loi sur les secrets d'Etat, qui date de l'époque coloniale.

La Cour suprême de Birmanie a rejeté mardi un recours de deux journalistes de l'agence Reuters contre leur condamnation à sept ans de prison pour des accusations liées à leur couverture de la crise des Rohingyas, a annoncé un des avocats de la défense.

"Notre appel a été rejeté", a déclaré à l'AFP Khin Maung Zaw, l'un des avocats des reporters. "Ils ont confirmé le verdict de l'instance inférieure", a-t-il ajouté.

"Wa Lone et Kyaw Soe Oo n'ont commis aucun crime, et rien ne vient prouver qu'ils en aient commis", a souligné de son côté dans un communiqué l'un des avocats de Reuters.

Wa Lone, 33 ans, et Kyaw Soe Oo, 29 ans, qui n'étaient pas présents à l'audience, sont accusés d'avoir enfreint la loi sur les secrets d'Etat, qui date de l'époque coloniale.

Ils sont accusés de s'être procurés des documents classifiés relatifs aux opérations des forces de sécurité birmanes dans l'Etat Rakhine, région du nord-ouest de la Birmanie, théâtre des exactions à l'encontre de la minorité musulmane rohingya.

Au moment de leur arrestation, en décembre 2017, ils enquêtaient sur un massacre de Rohingyas à Inn Din, un village du nord de l'Etat Rakhine.

Depuis, l'armée a reconnu que des exactions avaient bien eu lieu en septembre 2017 et sept militaires ont été condamnés à dix ans de prison.

Les deux reporters ont toujours assuré avoir été trompés.

Et un des policiers qui a témoigné dans ce dossier a reconnu que le rendez-vous au cours duquel les documents classifiés leur avaient été remis était un "piège" destiné à les empêcher de poursuivre leur travail.

Des défenseurs des droits de l'Homme ont exhorté la prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, chef de facto du gouvernement birman, à user de son influence pour que les deux journalistes obtiennent une grâce présidentielle.

Mais elle a jusqu'à présent refusé d'intervenir, provoquant l'ire de la communauté internationale.

L'enquête des deux journalistes a reçu le prix Pulitzer, plus haute récompense du journalisme aux Etats-Unis.

Avec AFP

Le Sri Lanka se recueille pour les 310 victimes des attentats de Pâques

Un jeune chrétien pakistanais allume une chandelle en hommage aux victimes des attentats au Sri Lanka lors d'une veillée à Islamabad le 22 avril 2019

Le Sri Lanka rendait mardi un hommage poignant aux 310 morts et 500 blessés des attentats suicides du dimanche de Pâques, les plus meurtrières attaques islamistes en Asie du Sud, qui ont entraîné la déclaration de l'état d'urgence.

L'île de 21 millions d'habitants est restée silencieuse durant trois minutes à 08H30 locales (03H00 GMT), heure de la première explosion de bombe de kamikaze deux jours auparavant, à l'église catholique Saint-Antoine de Colombo.

Le gouvernement a décrété une journée de deuil national. Les magasins vendant de l'alcool sont fermés, les drapeaux sont en berne et les radios et télévision doivent adapter leur programmation musicale.

À l'église Saint-Antoine, des dizaines de personnes ont prié en silence, des bougies à la main, certaines retenant à grand peine leurs larmes. À l'issue des trois minutes de silence, la foule a entamé une prière à voix haute.

À une trentaine de kilomètres au nord de là, dans la localité de Negombo, une messe commémorative se déroulait également dans la matinée à l'église Saint-Sébastien, autre lieu d'un attentat suicide visant la minorité chrétienne. Des cercueils étaient amenés à tour de rôle sur des tables, devant des proches secoués de sanglots.

"Il y a tant de corps que nous ne pouvons pas les présenter tous en même temps", a expliqué à l'AFP Anthony Jayakody, évêque auxiliaire de Colombo qui célébrait la messe.

Dans le même temps le Sri Lanka poursuit sa traque des responsables des attentats, imputé par les autorités à un groupe islamiste jusqu'ici peu connu, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ). L'état d'urgence est entré en vigueur lundi minuit (18H30 GMT) pour donner une plus grande latitude aux forces de sécurité.

La police locale a procédé à de nouvelles arrestations, portant à 40 le nombre de personnes interpellés. Le bilan humain est lui passé de 290 à 310 morts après que des blessés ont succombé à leurs blessures.

39 étrangers ont péri dans ces attaques, a indiqué un haut responsable de la police à l'AFP.

- Crise au sommet de l'Etat -

Les enquêteurs cherchent à déterminer si le NTJ a pu bénéficier d'un soutien logistique étranger. Le principal fait d'armes de ce mouvement jusqu'ici était la dégradation de statues bouddhiques en décembre dernier.

Le porte-parole du gouvernement sri-lankais, Rajitha Senaratne, a indiqué avoir "du mal à voir comment une petite organisation dans ce pays peut faire tout cela". "Nous enquêtons sur une éventuelle aide étrangère et leurs autres liens, comment ils forment des kamikazes, comment ils ont produit ces bombes", a-t-il dit.

L'organisation avait fait il y a dix jours l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle elle préparait des attentats suicides contre des églises et l'ambassade d'Inde à Colombo.

D'après M. Senaratne, cette alerte n'avait pas été transmise au Premier ministre Ranil Wickremesinghe ou à d'autres ministres de haut rang. Un élément qui pourrait relancer la crise au sommet de l'État sri-lankais.

La police est en effet de la juridiction du président Maithripala Sirisena, qui est en conflit ouvert avec son chef de gouvernement. Il l'avait limogé à l'automne mais avait été forcé de le réinvestir après sept semaines de chaos politique. Les deux têtes de l'exécutif se vouent une animosité réciproque.

Huit explosions au total ont secoué dimanche ce pays prisé des touristes pour ses plages idylliques et sa nature verdoyante

A Colombo, trois hôtels de luxe en front de mer ainsi qu'une église ont été frappés par des kamikazes. Des bombes ont aussi explosé dans une église à Negombo et dans une autre à Batticaloa (est).

Quelques heures plus tard, deux nouvelles déflagrations sont survenues dans un hôtel de Dehiwala, banlieue sud de Colombo, et à Orugodawatta, dans le nord de la capitale.

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, un pays majoritairement bouddhiste (70%) qui compte aussi 12% d'hindous et 10% de musulmans.

Les ambassades étrangères au Sri Lanka ont recommandé à leurs ressortissants d'éviter tout déplacement non impératif. Les États-Unis ont, dans leurs conseils aux voyageurs, évoqué la possibilité de nouvelles attaques.

Une bombe artisanale a été désamorcée dimanche soir près de l'aéroport de Colomobo. Une autre a explosé lundi après-midi dans une camionnette garée dans une rue de la capitale durant l'intervention de l'équipe de déminage, sans faire de blessés.

Avec AFP

Washington sanctionnera tout pays qui continue à acheter du pétrole iranien

Le président Donald Trump lors d'un point de presse au jardin Rose de la Maison Blanche, Washington, 25 janvier 2019.

Les Etats-Unis ont encore renforcé lundi leur campagne de "pression maximale" pour faire plier l'Iran, leur ennemi numéro un au Moyen-Orient, en mettant fin aux dérogations qui permettaient encore à huit pays d'acheter du pétrole iranien.

Le président Donald Trump entend ainsi "porter à zéro les exportations" de brut iranien et "priver le régime de sa principale source de revenus", a annoncé la Maison Blanche.

A partir du 2 mai, la Chine, l'Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce devront donc cesser tout achat. Cette mesure s'annonce particulièrement délicate pour l'Inde, allié stratégique des Etats-Unis et troisième importateur mondial de pétrole, dont environ un dixième des achats vient d'Iran.

"Si vous ne respectez pas cela, il y aura des sanctions" américaines, a prévenu le chef de la diplomatie des Etats-Unis, Mike Pompeo. "Nous entendons appliquer ces sanctions", a-t-il martelé.

Après s'être retiré il y a près d'un an de l'accord international de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, jugé trop laxiste par Donald Trump, Washington a rétabli en novembre de dures sanctions économiques contre la République islamique. Surtout, il a accompagné sa décision de la menace de mesures punitives également contre les pays qui continueraient malgré tout d'échanger avec l'Iran.

L'interdiction d'acheter du pétrole iranien était la principale de ces sanctions, qui se veulent "les plus fortes de l'histoire". Les Etats-Unis avaient toutefois à l'époque attribuée ces dérogations pour six mois, jugeant que le marché mondial ne pouvait supporter une trop brusque annulation des ventes de brut iranien.

- Ryad va "stabiliser" le marché -

"Les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, trois des plus grands producteurs d'énergie au monde, avec nos amis et alliés, s'engagent à faire en sorte que les marchés mondiaux du pétrole restent suffisamment approvisionnés", a affirmé lundi la Maison Blanche dans son communiqué.

Donald Trump a renchéri sur Twitter en promettant que Ryad et d'autres pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole feraient "plus que compenser" la baisse de l'offre.

Le gouvernement saoudien s'est aussitôt dit prêt à "stabiliser" le marché, dont les cours se sont inscrits en forte hausse dès que les informations sur la future fin des exemptions américaines ont circulé dans la presse.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, fidèle soutien de Donald Trump dans son combat contre Téhéran, a salué une décision "d'une importance capitale pour renforcer la pression sur le régime terroriste iranien".

Elle intervient deux semaines après une autre annonce symbolique : l'inscription des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, sur la liste noire américaine des "organisations terroristes étrangères".

La campagne de "pression maximale" contre l'Iran vise selon Washington à mettre fin aux "activités déstabilisatrices" de Téhéran au Moyen-Orient, notamment au Liban via le mouvement chiite Hezbollah, au Yémen à travers les rebelles Houthis et en Syrie par son soutien au régime de Bachar al-Assad.

En mai 2018, Mike Pompeo, qui assure vouloir changer "le comportement du régime iranien" et non le régime lui-même, avait énoncé douze conditions draconiennes pour un nouvel accord global aboutissant à une levée des sanctions.

Un an plus tard, aucune de ces conditions ne semble être respectée mais l'administration Trump estime que l'Iran commence à manquer de fonds pour soutenir certains de ses alliés, comme le Hezbollah libanais.

Iran: le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution

Le général Hossein Salami, nouveau patron des gardiens de la révolution.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a nommé le général Hossein Salami chef des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne, a rapporté dimanche le site internet de M. Khamenei.

M. Salami, 58 ans, était commandant en second des Gardiens de la Révolution depuis neuf ans et remplacera à la tête de cette force le général de division Mohammad Ali Jafari.

Cette nomination intervient moins de deux semaines après l'inscription par les Etats-Unis des Gardiens de la Révolution sur la liste des "organisations terroristes".

"Considérant vos capacités et votre expérience significative avec différentes responsabilités révolutionnaires (...) je vous promeus général de division et commandant en chef des Gardiens de la Révolution", a indiqué l'ayatollah Khamenei dans un communiqué.

M. Salami a combattu dans la guerre entre l'Iran et l'Irak (1980-1988) et a aussi dirigé l'aviation des Gardiens de la Révolution.

Sa nomination est motivée par la "nécessité de changement à la tête" des Gardiens de la révolution, demandé par M. Jafari lui-même, selon M. Khamenei.

En octobre, M. Salami avait estimé que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait "s'entraîner à nager dans la mer Méditerranée" car il pourrait, selon lui, être forcé à s'enfuir de son pays, selon l'agence de presse Fars, proche des conservateurs iraniens.

"Ils (les Israéliens) ne constituent pas un niveau de menace élevé pour nous, le Hezbollah suffirait à les détruire", a-t-il déclaré. Alliés, le Hezbollah et l'Iran ont pour ennemi commun Israël.

Créés en 1979 peu après la Révolution islamique, les Gardiens de la Révolution comptent, selon l'Institut international pour les études stratégiques (IISS), environ 125.000 membres placés sous l'autorité directe du guide suprême.

A la différence de l'armée nationale, ils n'ont pas pour rôle premier d'assurer la protection de l'intégrité territoriale du pays: selon la Constitution, leur mission est "la sauvegarde de la Révolution et de ses acquis".

Avec AFP

Les câlins néonataux

Les câlins néonataux
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:19 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG