Liens d'accessibilité

Le candidat de l'opposition promet de rejuger les prisonniers politiques au Rwanda

  • VOA Afrique

Le candidat président Frank Habineza en campagne électorale à Kigali, Rwanda, le 3 août 2017. (VOA/Charly Kasereka)

Frank Habineza, le seul dirigeant de l'opposition enregistré en compétition contre le président Paul Kagame lors de l'élection de vendredi, s'est engagé à rejuger les prisonniers politiques s'il était élu.

Apparaissant lors du dernier jour de campagne, Frank Habineza a déclaré aux partisans qu'il reprendrait la cause de nombreux dissidents rwandais emprisonnés, "traités de manière injuste" lors de leurs condamnations.

"Ce que nous avons décidé, c'est que nous allons mettre en place un tribunal spécial pour rejuger les prisonniers politiques", a-t-il déclaré à un rassemblement de ses partisans dans la capitale Kigali.

Les Rwandais votent dans deux jours dans une élection où Paul Kagame est largement favori. Il a été autorisé à un troisième mandat après que les changements constitutionnels aient été approuvés lors d'un référendum de 2015 par 98% des voix, un chiffre que l'opposition et les diplomates occidentaux ont décrit comme suspects.

Conflits civils de 1994

Kagame a rétabli la stabilité au Rwanda après que ses conflits civils de 1994 aient pris fin dans le génocide, présidant une croissance économique rapide et un gouvernement relativement exempt de corruption. Mais ses critiques disent que les progrès économiques sont venus au détriment des libertés civiles.

Certains de ses adversaires politiques ont été tués après leur fuite à l'étranger, dans des cas qui ne sont pas résolus. Beaucoup ont été arrêtés.

Frank Habineza a cité le cas de Victoire Ingabire, qui purge une peine de prison de 15 ans, accusé de déni de génocide. Elle est revenue au Rwanda en janvier 2010 de l'exil aux Pays-Bas pour l'élection présidentielle de 2010.

Human Rights Watch a déclaré que les accusations étaient motivées politiquement et que le procès soulève des questions sur l'indépendance de la magistrature.

"La communauté internationale affirme que leurs cas n'ont pas été correctement traités", a déclaré M. Habineza, qui prétend que son Parti démocratique du pays vert du Rwanda compte deux millions de partisans.

"Le moment est venu: le président Kagame part vendredi", a-t-il applaudi.

Les changements constitutionnels approuvés par le parlement pourraient permettre à Kagame de régner jusqu'en 2034, lorsqu'il aura 76 ans.

"Kagame a fait beaucoup pour la croissance du pays, mais s'accrocher au pouvoir peut l'affaiblir jusqu'à ce qu'il soit comme Mugabe au Zimbabwe", a déclaré un motard de taxi qui était au rassemblement.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG