Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Le 1er ministre cherche à resserrer les rangs après une cinglante défaite

Accueil de Boubou Cissé à Kita, le 31 août 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Le Premier ministre malien Boubou Cissé s'est rendu jeudi auprès des blessés d'une bataille meurtrière avec les djihadistes pour manifester le soutien gouvernemental à l'armée et faire taire les accusations d'incompétence contre le pouvoir, a constaté un correspondant de l'AFP.

Au même moment, un général démissionnaire de l'armée et désormais homme politique adversaire du gouvernement a été interrogé pendant plusieurs heures à la gendarmerie pour des propos tenus sur les réseaux sociaux, considérés par le pouvoir comme des appels à un coup d'Etat.

Le régime du président Ibrahim Boubacar Keïta est secoué depuis début octobre par le plus important revers qu'ait essuyé l'armée malienne depuis des années. Quarante soldats ont été tués le 30 septembre et le 1er octobre quand les djihadistes ont attaqué les camps militaires de Boulkessy et Mondoro dans le centre du pays, selon un bilan gouvernemental.

Cette bataille a conforté le sentiment d'impuissance du pouvoir face à la dégradation de la situation dans un pays en proie depuis 2012 à des insurrections indépendantistes, salafistes et djihadistes et à des violences interethniques sanglantes.

Le Premier ministre s'est rendu jeudi dans le centre du Mali pour la première fois depuis les évènements de Boulkessy. Il a exprimé la "reconnaissance" du pays à six blessés alités à l'hôpital de Sévaré, le pied ou la main dans le plâtre ou les bandages.

A quelques kilomètres de là à Mopti, devant des centaines de soldats, il a assuré que son gouvernement "mettra tout en oeuvre" pour renforcer le dispositif militaire. Cependant, a-t-il ajouté, "le problème du centre du Mali, n'est pas seulement un problème du Mali. C'est un problème international".

Des forces onusienne, française et africaine opèrent au Mali.

Le Premier ministre doit lancer vendredi à Mopti un processus visant au désarmement des peuls et de dogons. Les affrontements se sont multipliés entre ces communautés depuis 2015 dans le centre du pays, faisant des centaines de morts.

Simultanément, le général et opposant Moussa Sinko Coulibaly s'est expliqué devant les gendarmes sur ses propos sur Twitter après Boulkessy.

Le 2 octobre, il avait dénoncé "l'incompétence du régime d'une médiocrité à nulle autre pareille". "Il est impérieux de mettre fin à ce régime incompétent pour abréger la souffrance du peuple", avait-il dit.

Ces mots avaient nourri les spéculations sur l'éventualité d'un putsch similaire à celui mené en 2012 par des officiers qui jugeaient le pouvoir incapable de défendre le territoire face aux insurrections alors émergentes dans le nord.

"Il appartient à ceux qui m'ont convoqué aujourd'hui de bien analyser ce que j'ai dit" et d'y "donner la suite appropriée", a dit Moussa Sinko Coulibaly, sorti libre de son audition.

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), la principale alliance djihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda, a revendiqué les attaques de Boulkessy et Mondoro. Le GSIM affirme avoir capturé deux officiers, dont un colonel, et tué au moins 85 soldats.

Toutes les actualités

Sahel : "avec les terroristes, on ne discute pas" selon le président Macron

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors d'une conférence de presse à l'ouverture d'une réunion des forces du G5 Sahel à Nouakchott en Mauritanie le 2 juillet 2018.

Le président français Emmanuel Macron a martelé vendredi l'opposition complète de la France, engagée militairement au Sahel, à toute négociation avec les jihadistes, alors que ce sujet fait débat dans la région, notamment au Mali.

"Avec les terroristes, on ne discute pas. On combat", a-t-il lancé dans un entretien avec l'hebdomadaire Jeune Afrique.

"Il faut s'inscrire dans la feuille de route claire que sont les accords d'Alger", a souligné Emmanuel Macron en référence à l'accord de de paix conclu en 2015 entre le pouvoir central malien, les groupes armés pro-Bamako et l'ex-rébellion à dominante touareg du nord du Mali.

"Ceux-ci prévoient un dialogue avec différents groupes politiques et autonomistes. Mais cela ne veut pas dire qu'il faut dialoguer avec des groupes terroristes, qui continuent à tuer des civils et des soldats, y compris nos soldats", a-t-il ajouté.

Cet accord ne concerne pas les groupes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ou à l'organisation Etat islamique (EI) qui poursuivent, voire intensifient leurs actions depuis cinq ans, faisant des centaines de morts.

Le Premier ministre malien de transition, Moctar Ouane, a toutefois souligné lors d'une visite du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, le 26 octobre à Bamako, que le "dialogue national inclusif", vaste concertation du pays tenue fin 2019, avait "très clairement indiqué la nécessité d'une offre de dialogue avec les groupes armés" jihadistes.

"Je constate simplement que les autorités de transition ont réitéré leur volonté de lutter avec efficacité contre le terrorisme", a préféré relever Emmanuel Macron.

Le président français a par ailleurs indiqué qu'il aurait, "dans les prochains mois des décisions à prendre pour faire évoluer Barkhane", la force française de plus de 5.000 hommes présente au Sahel. Une décision était jusqu'ici attendue d'ici la fin de l'année.

Près d'un an après l'envoi de 600 soldats supplémentaires au Sahel pour reprendre l'avantage face aux jihadistes, Paris est sur le point de réduire le nombre de militaires déployés, avaient indiqué début novembre des sources concordantes à l'AFP.

"J'ai besoin d'une réitération claire du souhait de nos partenaires de voir la France rester à leurs côtés", a souligné le chef de l'Etat, qui avait déjà demandé un tel engagement à ses homologues du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) au sommet de Pau (sud-ouest de la France) en janvier.

Barkhane doit se "recentrer vraiment sur nos ennemis, l'EIGS et les groupes strictement terroristes", a souligné le chef de l'Etat en référence à l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) qui s'inscrit dans la nébuleuse de l'EI, et que Paris et ses alliés du G5 Sahel avaient déjà désigné comme cible principale au sommet de Pau.

Il n'a en revanche pas cité le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (Jnim, selon l'acronyme arabe) dirigé par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly, affilié à Al-Qaïda.

Il faut également "accélérer la montée en puissance des armées du G5 Sahel" et "internationaliser notre présence" en y associant d'autres pays européens, a-t-il rappelé.

Les Algériens arrêtent un 2e jihadiste libéré par les autorités maliennes

Les Algériens arrêtent un 2e jihadiste libéré par les autorités maliennes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Les poètes du slam à Bamako pour un festival international

Les poètes du slam à Bamako pour un festival international
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Mopti, ville natale d'ATT, inconsolable

Mopti, ville natale d'ATT, inconsolable
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Les Maliens rendent un dernier hommage à l'ancien président Amadou Toumani Touré

Les Maliens rendent un dernier hommage à l'ancien président Amadou Toumani Touré
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG