Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

Large avance du parti au pouvoir dans les élections en Mauritanie

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz vote le 1er septembre 2018.

Le parti au pouvoir en Mauritanie est largement en tête des élections législatives, régionales et locales du 1er septembre, loin devant les islamistes arrivés en deuxième position, a appris l'AFP dimanche auprès de la Commission électorale.

"L'Union pour la république (UPR, parti au pouvoir) a été classée en tête des partis politiques au vu des résultats provisoires avec le plus grand nombre de députés, de mairies" et le tiers des 13 conseils régionaux à l'issue du premier tour" du 1er septembre, a affirmé à l'AFP le porte-parole de la Commission électorale, Moustapha Sidel Moktar.

Sur 157 sièges de députés en jeu, le parti au pouvoir en "a eu 67" contre 14 pour le parti islamiste (tewassoul, opposition). Il a déjà emporté quatre conseils régionaux sur les 13 du pays et 108 communes sur 219, a affirmé M. Sidel Moktar.

D'autres partis de "l'opposition et de la majorité seront représentés également à l'Assemblée nationale avec des nombres de députés allant de six à un député", a dit la même source.

Le taux de participation à ces élections a été de 73,4%, a affirmé samedi soir, à la presse le président de la Céni, Mohamed Vall ould Bellal.

Un second tour est prévu le 15 septembre pour élire 22 députés. Quatre autres députés représentants les Mauritaniens de l'extérieur doivent être élus après l'installation de la prochaine Assemblée nationale.

Second tour le 15 septembre

Le taux de participation à ces élections a été de 73,4%, avait annoncé samedi soir, le président de la commission électorale (Céni), Mohamed Vall ould Bellal.

Malgré des craintes de report, le second tour est maintenu le 15 septembre pour élire 22 députés. Quatre autres députés représentant les Mauritaniens de l'extérieur doivent être élus par les nouveaux députés après l'installation de la prochaine Assemblée nationale, soit un total de 26 sièges encore à pourvoir.

Le scrutin du 15 septembre doit également départager les partis dans neuf conseils régionaux et 111 communes, selon la Céni.

Ces élections du 1er septembre sont considérées comme un test pour le président Mohamed Ould Abdel Aziz et pour l'opposition, à moins d'un an de la présidentielle prévue à la mi-2019.

M. Aziz est un ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008, élu en 2009 et réélu en 2014. Bien qu'il se soit engagé à maintes reprises à ne pas tenter de modifier la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, il n'a pas apaisé les soupçons de l'opposition sur ses intentions pour la présidentielle de l'année prochaine, alimentés par les déclarations publiques de ses ministres et de ses partisans.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait invité le 5 septembre "toutes les parties à continuer de se comporter de manière responsable durant et après l’annonce des résultats" des élections auxquelles se sont présentés un nombre record de 98 partis.

Avec AFP

Toutes les actualités

La Mauritanie a enregistré son premier cas de COVID-19

La Mauritanie a enregistré son premier cas de COVID-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:02 0:00

La Mauritanie et le Sénégal multiplient les gestes de rapprochement

La Mauritanie et le Sénégal multiplient les gestes de rapprochement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Six militants d'un mouvement réformiste mauritanien écroués pour insulte à l'Islam

Les manifestants affronteront la police lors d'une manifestation à Nouakchott le 16 janvier 2015. (AHMED OULD MOHAMED OULD ELHADJ/AFP)

Six membres présumés d'un mouvement mauritanien prônant une réforme de cette république islamique d'Afrique de l'Ouest ont été écroués mercredi, après avoir été inculpés d'atteinte à l'islam et de terrorisme par la justice mauritanienne, qui a revanche mis fin aux poursuites contre deux célèbres féministes.

Un septième inculpé a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, a indiqué à l'AFP leur avocat, Sid Ahmed Ould Bobaly.

Tous sont accusés d'appartenir à l'Alliance pour la refondation de l'Etat mauritanien (Arem), un mouvement créé en début d'année à Paris qui prône un "divorce avec les vieilles pratiques de mauvaise gouvernance, d'injustice et d'impunité", selon l'avocat.

Inculpés par un juge d'instruction antiterroriste de "mépris de la religion musulmane", "insultes à l'endroit d'Allah" et du prophète de l'islam par la publication de contenu informatique, et de "terrorisme", les prévenus faisaient partie d'un groupe d'une dizaine de personnes interpellées mi-février dans la capitale mauritanienne, selon la même source.

La justice mauritanienne a lancé mercredi des mandats d'arrêt contre trois autres militants présumés de cette association, dont font partie des membres de la diaspora. Mais elle a abandonné les poursuites contre trois personnes, dont deux célèbres féministes, Aminetou Mint El Moctar et Mekfoula Mint Brahim, a précisé l'avocat.

Amnesty International s'était dite le 19 février "extrêmement préoccupée" par l'interpellation de ces deux militantes des droits humains connues internationalement, réclamant "la libération immédiate de ces personnes si elles sont uniquement poursuivies pour avoir exercé leur liberté d'expression et de rassemblement".

Après leur interpellation, qui faisait suite à une réunion non autorisée, selon une source judiciaire, l'enquête avait été confiée à la Sûreté de l'Etat. Les contenus informatiques incriminés sont en fait des enregistrements audio échangés via le service de messagerie Whatsapp, selon l'avocat.

Arrivée au pouvoir en août, le nouveau président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a engagé un dialogue avec l'opposition. Mais Amnesty continue à demander au pouvoir de "mettre fin au harcèlement judiciaire dont font l'objet les défenseurs des droits humains" dans cette ancienne colonie française, dont la législation est fondée sur la charia, la loi islamique.

Sommet du G5 Sahel à Nouakchott: ce qui a été décidé

Sommet du G5 Sahel à Nouakchott: ce qui a été décidé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Le G5 Sahel en Mauritanie

Le G5 Sahel en Mauritanie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG