Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Lutte contre la malnutrition au Nord-Kivu


Un enfant sur cinq souffre de malnutrition en RDC (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Trois agences onusiennes, le PAM, la FAO et l'Unicef ont lancé un programme pour réduire la prévalence de la malnutrition dans la zone de santé de Minova où 11 décès ont été enregistrés en 2017, a constaté le correspondant de VOA Afrique sur place.

Selon l’ONU, un enfant sur cinq souffre de la malnutrition dans les provinces de l’est de la RDC.

>> Lire aussi : Un ex-Premier ministre demande "une conférence internationale des donateurs" face à la crise humanitaire en RDC

La zone de santé de Minova, l’une de régions les plus touchées par ce fléau avec plus de 474.000 habitants, est située à 50 kilomètres au sud-ouest de la ville de Goma à la limite de la province voisine du Sud-Kivu.

Rebecca Kawete avec ses deux enfants souffrant de malnutrition à l'hôpital de référence de Minova, RDC, 13 Février 2018. (VOA/Charly Kasereka)
Rebecca Kawete avec ses deux enfants souffrant de malnutrition à l'hôpital de référence de Minova, RDC, 13 Février 2018. (VOA/Charly Kasereka)

A Minova, les maladies fréquentes restent le paludisme et la malnutrition.

L'année dernière, 132 cas ont été enregistrés en pédiatrie dont 11 décès, et le centre continue à recevoir d’autres patients.

Rebecca Kawete est une mère de famille d'une quarantaine d'années. Le regard perdu, tenant ses jumeaux sur le lit de l’hôpital souffrant tous deux de la malnutrition chronique, elle affirme ne plus savoir à quel saint se vouer.

>> Lire aussi : Choléra en RDC : les femmes du Sud-Kivu plaident pour davantage de centres de traitement gratuit

Mère de 7 enfants dont 3 présentant les symptômes de la malnutrition, elle est arrivée ici il y a quatre mois fuyant la guerre dans cette région où l’armée congolaise affronte souvent les groupes armés locaux.

"Ça fait quatre mois qu’ils présentent des signes de la malnutrition. Je pense que c’est parce je n’avais pas assez de nourriture à leur donner. Ils sont jumeaux et tous deux malades. Pour manger ici, c’est les voisins qui doivent me donner, je suis déplacée de guerre, je ne sais comment je vais payer l’hospitalisation", confie Mme Kawete.

Des patients sur leur lit à l'hôpital de référence de Minova, Nord-Kivu, RDC, le 13 février 2018. (VOA/Charly Kasereka)
Des patients sur leur lit à l'hôpital de référence de Minova, Nord-Kivu, RDC, le 13 février 2018. (VOA/Charly Kasereka)

Avec une dizaine de lits dans le pavillon pédiatrique, la majorité de patients souffrent de malnutrition et risquent d’être contaminés par d’autres maladies, s’inquiètent Dr. Jean-Paul Balega, médecin traitant à la pédiatrie ici à l’hôpital de référence de Minova.

"Nous recevons 8 à 10 cas par mois. Effectivement, l’espace ne répond pas. Vous voyez vous-même que la capacité d’accueil est très faible. Là où nous avons les enfants malnutris, c’est là où nous avons d’autres enfants qui ont d’autres pathologies", explique Dr. Balega.

>> Lire aussi : La RDC doit réformer "de toute urgence" son système judiciaire selon HRW

Le médecin souligne que trois causes majeures font que la malnutrition persiste dans sa zone de santé : le sevrage chez les femmes qui n'espacent pas les naissances; la culture alimentaire, étant donné que la population vend les cultures ; et, en dernier lieu, les déplacements répétés de la population suite aux multiples conflits armés dans la région.

La région possède presque tout, en termes d’alimentation, mais avec un taux de prévalence de malnutrition de 53 % au Sud-Kivu et 52 % au Nord-Kivu.

Un enfant malnutri à l'hôpital de référence de Minova, Nord-Kivu, RDC, 13 février 2018. (VOA/Charly Kasereka)
Un enfant malnutri à l'hôpital de référence de Minova, Nord-Kivu, RDC, 13 février 2018. (VOA/Charly Kasereka)

Un enfant sur 5 souffre de malnutrition chronique et toute la population reste exposée à l’insécurité alimentaire, selon l’ONU.

La Fao, l’Unicef et le Pam en RDC viennent de bénéficier de plus 3 million de dollars de la part de la coopération suisse pour des projets qui vont contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de 0 à 23 mois, les femmes enceintes et celles qui allaitent leurs bébés.

>> Lire aussi : RDC : Navi Pillay évoque des violences sexuelles "particulièrement effroyables"

Raul Baletto du PAM en RDC soutient qu’une forte sensibilisation sur la pratique alimentaire est nécessaire dans cette région riche en produits agricoles.

La malnutrition demeure un problème majeur de santé publique et de sous-développement en République démocratique du Congo.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG