Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

La tension monte dans le Golfe

Mike Pompeo, Département d'Etat, Washington, le 9 mai 2019.

La tension monte dans le Golfe où plusieurs navires ont été la cible d'"actes de sabotage", selon Ryad et Abou Dhabi, tandis que le chef de la diplomatie américaine a modifié un plan de voyage pour aller discuter de l'Iran avec des responsables européens.

Tôt lundi, les autorités de l'Arabie saoudite, alliée de Washington, ont rapporté des "actes de sabotage" contre des navires saoudiens au large des Emirats arabes unis, autre pays proche des Etats-Unis qui ont renforcé leur présence militaire dans le Golfe dans le contexte de l'Iran.

"Deux pétroliers saoudiens ont fait l'objet d'actes de sabotage dans la zone économique exclusive des Emirats arabes unis, au large des côtes de l'émirat de Fujairah, alors qu'ils étaient sur le point de pénétrer dans le golfe d'Arabie", a déclaré le ministre de l'Energie Khalid Al-Falih, cité par l'agence officielle SPA.

Dimanche, les Emirats arabes unis avaient fait état d'"actes de sabotage" contre quatre navires commerciaux de différentes nationalités, à l'est de l'émirat de Fujairah, sans identifier les auteurs mais en qualifiant l'évènement de "grave".

A Téhéran, les autorités ont jugé "préoccupants" les "actes de sabotage" contre des navires au large des Emirats et ont appelé à une enquête.

"Ces incidents dans la mer d'Oman sont préoccupants et regrettables", a dit Abbas Moussavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Téhéran, en appelant à une investigation et en mettant en garde contre "l'aventurisme (d'acteurs) étrangers" pour perturber la navigation maritime.

Le ministre saoudien de l'Energie a dit que les actions contre les pétroliers saoudiens n'avaient causé ni victime ni marée noire, mais qu'ils avaient provoqué "des dégâts significatifs aux structures des deux navires".

Un des deux pétroliers était en route pour être chargé de pétrole au terminal saoudien de Ras Tanura en vue d'une livraison à des clients américains, a-t-il précisé.

Plus tard, le ministère saoudien des Affaires étrangères a "condamné" cet "acte criminel" qui constitue une "sérieuse menace" à la navigation maritime et a "une incidence néfaste sur la paix et la sécurité régionale et internationales".

Comme Abou Dhabi, Ryad n'a désigné aucun responsable. Les deux pays n'ont pas non plus précisé la nature des "actes de sabotage".

Cependant, dimanche, le gouvernement des Emirats arabes unis avait appelé la communauté internationale à "prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation".

Le port de Fujairah est le seul terminal aux Emirats arabes unis situé sur la côte de la mer d'Arabie, contournant le détroit d'Ormuz, par ou passent la plupart des exportations de pétrole du Golfe.

L'Iran a, à plusieurs reprises, menacé de fermer ce détroit stratégique, crucial pour la navigation mondiale et les fournitures pétrolières en cas de confrontation militaire avec les Etats-Unis.

- Renforts américains -

Le petit émirat a un terminal pétrolier et un oléoduc qui fournit du pétrole d'Abou Dhabi où se trouve la majorité des réserves pétrolières des Emirats arabes unis.

L'annonce de ces incidents par deux proches alliés de Washington est intervenue dans un contexte de regain de tension entre les Etats-Unis et l'Iran après le renforcement des sanctions américaines contre Téhéran qui a pour sa part suspendu certains de ses engagements nucléaires.

Vendredi, le Pentagone a annoncé l'envoi dans la région d'un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et d'une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement d'un porte-avions et de bombardiers B-52.

Dimanche soir, le département d'Etat a annoncé que le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait décidé de se rendre lundi à Bruxelles pour discuter de "questions urgentes", et notamment de l'Iran, avec des responsables européens.

Il a annulé en conséquence son passage à Moscou, a précisé un responsable américain.

M. Pompeo avait déjà annulé ces derniers jours des déplacements à Berlin et au Groenland pour se consacrer au dossier iranien.

La tension était brusquement montée dimanche en milieu de journée dans le Golfe quand des sites d'information pro-iraniens et pro-russes avaient rapporté une série d'explosions dans le port de Fujairah, affirmant qu'au moins sept tankers étaient en flammes.

Les Emirats arabes unis avaient démenti mais, en début de soirée, ils avaient annoncé des "actes de sabotage" contre quatre navires commerciaux.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les pays membres de l'OIT ratifient une convention sur le travail des enfants

Un membre du personnel de l'OIT debout à côté d'un panneau montrant le logo de l'OIT, avant l'ouverture de la 95e Assemblée de l'Organisation internationale du travail (OIT) au siège européen des Nations Unies à Genève , Suisse, mercredi 30 mai 2007. (KEYSTONE / Salvatore Di Nolf

Vingt-et-un ans après son élaboration, une convention visant à éradiquer les pires formes de travail des enfants a été adoptée par l'ensemble des 187 États membres de l'Organisation internationale du travail, avec la ratification mardi de Tonga.

"Pour la première fois dans l'histoire de l'OIT, une convention internationale du travail a été ratifiée par tous les États membres, la convention 182 sur les pires formes de travail des enfants, après sa ratification par le royaume de Tonga", un État polynésien (Pacifique Sud), a annoncé Guy Ryder, le directeur général de l'OIT lors d'une conférence de presse en ligne.

Pour Guy Ryder, cela "reflète un engagement mondial selon lequel les pires formes de travail des enfants, telles que l'esclavage, l'exploitation sexuelle, l'utilisation des enfants dans les conflits armés ou d'autres travaux dangereux ou illicites qui compromettent la santé, la moralité et le bien-être psychologique des enfants, n'ont pas leur place dans notre société".

Si théoriquement, désormais "tous les enfants du monde entier bénéficient d'une protection juridique essentielle contre les pires formes de travail des enfants", le directeur général de l'OIT a reconnu qu'il restait "d'énormes défis" à surmonter.

Selon une étude conjointe de l'Organisation des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et de l'OIT, institution spécialisée de l'ONU, le nombre d'enfants qui travaillent dans le monde a diminué de 94 millions depuis 2000.

Cependant, 152 millions d'enfants restaient contraints au labeur, dont 73 millions accomplissaient des travaux dangereux, selon les dernières estimations de l'OIT portant sur la période 2012-2016.

Et les progrès dans la réduction de ce nombre "ralentissent" aujourd'hui, voire pourraient être anéantis par la pandémie de Covid-19.

La crise découlant de la pandémie risque de conduire pour la première fois en vingt ans à une hausse globale du travail des enfants, avec des millions supplémentaires forcés de travailler quand leurs familles plongent dans la pauvreté, a déjà averti l'ONU.

Soixante-dix pour cent de l’ensemble du travail des enfants concernent l’agriculture et sont essentiellement liés à la pauvreté et aux difficultés de leurs parents à trouver un travail décent.

Selon le texte de la convention, "tout pays qui (la) ratifie doit prendre des mesures immédiates et efficaces pour assurer l'interdiction et l'élimination des pires formes de travail des enfants et ce, de toute urgence".

Parmi ces pires formes, sont compris notamment, l'esclavage, la servitude pour dettes, le travail forcé ou obligatoire, y compris en vue de leur utilisation dans des conflits armés, toute activité illicite (prostitution, pornographie, production et trafic de stupéfiants) ou nuisible à la santé, la sécurité ou la moralité de l'enfant.

"Lorsqu'un pays s'engage légalement à agir d'une certaine manière, cela nous donne un véritable levier pour progresser", a estimé M. Ryder.

"Cela fait une différence mais ce n'est pas une solution miracle", a-t-il reconnu.

L'ouragan Isaias frappe la côte Est des Etats-Unis

L'ouragan Isaias frappe la côte Est des Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Un ancien lieutenant-colonel rwandais recherché pour avoir pris part au génocide

Un ancien lieutenant-colonel rwandais recherché pour avoir pris part au génocide
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:40 0:00

Une explosion fait une trentaine de morts au Liban

Une explosion fait une trentaine de morts au Liban
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Une frange du parti républicains bat compagne contre le président Trump

Une frange du parti républicains bat compagne contre le président Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG