Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Probable reprise des expulsions de Soudanais en Belgique


Le secrétaire d'Etat belge à l'Asile et à l'Immigration, Theo Francken, avant une conférence sur les migrations en Europe, Bruxelles, 30 janvier 2018.

Le Premier ministre belge Charles Michel a jugé "possible" de reprendre les expulsions de migrants vers le Soudan, car les allégations d'actes de "torture" que certains auraient subi à leur retour l'an dernier n'ont pas pu être confirmées.

"Les retours vers le Soudan sont possibles", a assuré M. Michel, cité par la presse belge.

Il a assuré vouloir "poursuivre la politique migratoire humaine et ferme" du gouvernement, tout en tenant compte de ce que dit le Commissariat général aux réfugiés et aux apatride (CGRA) sur la situation des droits de l'homme au Soudan.

>> Lire aussi : Tensions en Belgique autour des expulsions de Soudanais

Dans un rapport rendu public vendredi, à l'issue d'une enquête de cinq semaines, le CGRA explique n'avoir "pas pu déterminer clairement ou avec certitude" si les allégations de mauvais traitements sont fondées.

Si les expulsions, suspendues depuis fin décembre, peuvent reprendre, le gouvernement est toutefois invité à vérifier au cas par cas "au préalable, sur le fond", si l'intéressé n'a pas "un besoin de protection". En effet, relève le CGRA, "la situation des droits de l'homme est très problématique au Soudan".

L'Institut Tahrir avait recueilli en décembre auprès de plusieurs Soudanais renvoyés de Belgique à l'automne, des témoignages faisant état de mauvais traitements, d'intimidations, voire de "tortures".

Cela avait fait tanguer le gouvernement, l'ensemble de l'opposition réclamant la démission du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, le nationaliste flamand Theo Francken, jugé responsable de la situation vécue par ces Soudanais.

>> Lire aussi : La Belgique suspend les expulsions vers le Soudan après des accusations de "torture"

M. Francken avait en effet invité en Belgique des hauts fonctionnaires soudanais pour aider les autorités belges à identifier les Soudanais sans papiers non candidats à l'asile, et ainsi accélérer les retours. Les cas de "torture" recensés par l'institut Tahrir concernaient précisément des Soudanais expulsés à la suite de cette "mission d'identification".

Saisi fin décembre par le gouvernement, le CGRA a mené l'enquête auprès de services consulaires étrangers au Soudan, d'ONG, et mené plusieurs entretiens avec des Soudanais, notamment avec l'une des victimes citées par l'Institut Tahrir.

>> Lire aussi : Bras de fer gouvernement/justice sur l'expulsion de migrants soudanais en Belgique

Il estime ne pas avoir recueilli de preuves tangibles des faits dénoncés, et a souligné que "des parties importantes de ces témoignages ne sont pas conformes à la vérité".

Actuellement 18 Soudanais retenus dans des centres fermés sont susceptibles d'être expulsés, selon l'Office des étrangers.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG