Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

La Syrie lance une offensive sur Alep, nouvel échec de la diplomatie mondiale

Capture d'écran de Moustapha Sarout, Aleppo Media Center, à Alep. La vidéo a été postée le 17 août sur son compte YouTube.

L'armée syrienne a lancé une offensive majeure contre la partie rebelle de la ville d'Alep (nord), et la communauté internationale n'est pas parvenue à imposer une trêve, mais les Etats-Unis et la Russie doivent encore discuter vendredi.

Alep est un objectif stratégique crucial dans la guerre qui ravage la Syrie depuis plus de cinq ans, et le régime veut reconquérir le secteur oriental de l'ancienne capitale économique, qui lui échappe depuis 2012.

L'annonce de l'offensive militaire syrienne a coïncidé jeudi avec une réunion internationale à New York visant à rétablir un cessez-le-feu imposé par un accord à Genève le 9 septembre entre Moscou et Washington, mais qui a volé en éclats lundi.

Le texte paraphé par le secrétaire d'Etat américain John Kerry et par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov prévoyait sept jours de cessez-le-feu, l'acheminement d'aide humanitaire et une coopération militaire entre Washington et Moscou contre les groupes djihadistes.

Mais la trêve a pris fin le 19 septembre, selon l'armée syrienne, qui a accusé les groupes rebelles d'avoir commis au cours de la semaine plus de 300 violations. Les rebelles n'avaient d'ailleurs jamais formellement appuyé l'accord.

"La question dorénavant est de savoir s'il reste une véritable chance d'avancer parce qu'il est clair que nous ne pouvons pas continuer plus longtemps sur cette voie", a déclaré jeudi M. Kerry, reconnaissant l'échec de la réunion du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS).

Ce groupe, qui comprend une vingtaine de pays et organisations internationales impliqués dans le conflit, est coprésidé depuis l'automne 2015 par la Russie et les Etats-Unis. Il se réunissait pour la deuxième fois cette semaine dans un palace new-yorkais.

"Le seul moyen (d'avancer) est que ceux qui ont la force aérienne dans ce conflit cessent de l'utiliser", a déclaré M. Kerry, se référant aux aviations de Damas et de son allié russe.

"Nous exigeons que l'aviation syrienne reste clouée au sol. Et la réponse des Russes n'est pas satisfaisante", a renchéri son homologue français Jean-Marc Ayrault.

C'était une réunion "longue, douloureuse et décevante", a déploré l'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura.

MM. Kerry et Lavrov, dont les relations se sont crispées cette semaine lors de l'Assemblée générale de l'ONU, ont convenu de discuter encore vendredi.

- Quartiers en feu -

Mais la situation sur le terrain laisse mal augurer d'une reprise de la diplomatie pour mettre fin à une guerre qui a fait plus de 300.000 morts depuis 2011 et provoqué la pire crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale.

Alep a subi depuis mercredi un déluge de bombes, et plusieurs quartiers de la partie orientale de la ville, contrôlée par les rebelles, étaient en feu jeudi. "Les raids ininterrompus la nuit dernière ont été si violents que c'est vraiment indescriptible", a affirmé à l'AFP Ibrahim Abou al-Leith, porte-parole des "Casques blancs", des sauveteurs bénévoles.

Selon des militants antirégime de l'Aleppo Media Center, des "bombes au phosphore" ont été utilisées.

Dans le communiqué sur son offensive, l'armée syrienne a appelé "les habitants à s'éloigner des positions des groupes terroristes".

"Il s'agit d'une large offensive terrestre appuyée par les frappes des avions russes, dans le but de prendre petit à petit le secteur est d'Alep et le vider de ses habitants", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le correspondant de l'AFP dans la partie rebelle d'Alep, qui a entendu toute la journée d'intenses frappes, a vu une dizaine de familles ayant fui le quartier de Soukkari se réfugier dans d'autres quartiers rebelles plus au nord.

Des affrontements ont aussi eu lieu dans les provinces centrales de Hama et de Homs et dans la Ghouta orientale, bastion des insurgés à l'est de Damas.

- Camions bloqués à la frontière -

L'ONU a imploré jeudi le président syrien Bachar al-Assad de lui permettre de distribuer l'aide alimentaire se trouvant dans 40 camions bloqués à la frontière turco-syrienne, soulignant qu'elle serait périmée lundi. "S'il vous plaît, président Assad, faites ce que vous avez à faire pour nous permettre d'accéder à l'est d'Alep et aussi aux autres zones assiégées", a lancé Jan Egeland, un cadre de l'ONU pour l'aide humanitaire.

En dépit des violences, l'ONU a dépêché jeudi un convoi humanitaire vers une zone rebelle assiégée dans la périphérie de Damas.

Cet acheminement intervient trois jours après l'attaque d'un convoi humanitaire près d'Alep, qui a fait 20 morts, soulevé un tollé international et envenimé les relations Moscou-Washington. Le Pentagone a répété jeudi que la Russie était responsable de cette attaque. Moscou nie toute implication.

Près de 300 insurgés syriens et leurs familles ont été évacués du quartier de Waer, dernier bastion rebelle de Homs, en application d'un accord avec le régime, selon le gouverneur de la province. L'opposition accuse le régime de procéder à des déplacements forcés de populations.

Avec AFP

Toutes les actualités

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:18 0:00

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

L'ouragan Zeta a touché terre près de La Nouvelle-Orléans, en Louisiane

Un panneau de campagne électorale se trouve dans un arbre alors que l'ouragan Zeta balaie la Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis, le 28 octobre 2020.

L'ouragan Zeta a touché terre mercredi après-midi près de La Nouvelle-Orléans,dans l'Etat américain de Louisiane, avec des vents allant jusqu'à 130 km/h, après avoir légèrement perdu en puissance, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Zeta, la 11e tempête portant un nom à frapper les Etats-Unis cette année, un record, a touché terre en temps qu'ouragan de catégorie 2 sur une échelle qui en compte 5 à environ 100 kilomètres au sud de la Nouvelle-Orléans.

Les effets de sept tempêtes ou ouragans se sont fait ressentir, à des degrés divers, en Louisiane, particulièrement affectée cette saison.

Une alerte ouragan a été émise et s'étend sur plus de 300 kilomètres de la ville de Morgan City en Louisiane, jusqu'à la frontière entre le Mississippi et l'Alabama. Des ordres d'évacuation obligatoire ont été émis dans certaines régions côtières.

Outre les vents et les fortes pluies attendues, le NHC a également mis en garde contre les dangers posés par la montée des eaux de la mer: une alerte à la submersion côtière est en place pour toute une partie du littoral, avec une houle attendue à plus de 3 mètres.

Les habitants de La Nouvelle-Orléans, rodés à l'exercice, bouclaient les préparatifs mercredi avant l'arrivée de Zeta: provisions stockées, en prévision des coupures d'eau ou d'électricité, et maisons protégées par des sacs de sable ou du contreplaqué.

"Pour les gens qui habitent ici, ça fait juste partie du fait de vivre ici", a expliqué à l'AFP, Geoff Wallace, 60 ans. "Ce qui a de bien avec celui-là, c'est qu'il bouge vite."

Zeta se déplace en effet à une vitesse de 40 km/h, ce qui diminue les risques d'inondation sur La Nouvelle-Orléans. Cette dernière reste encore traumatisée par le passage de l'ouragan Katrina en 2005 qui avait eu le temps d'inonder 80% de la ville et de provoquer environ 1.500 décès en Louisiane.

"Il semble assez clair maintenant que Zeta frappera directement La Nouvelle Orléans. Finissez de vous préparer ce matin", a tweeté dans la matinée la maire de la ville, LaToya Cantrell. "Assurez-vous que vous avez de l'eau, de la nourriture et des médicaments pour tous les membres de votre foyer."

Le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards a pour sa part appelé les gens à rester chez eux, ajoutant sur Twitter que si "aujourd'hui a été dur, nous continuons à subir Zeta, chacun doit rester à l'écoute des consignes locales et suivre les couvre-feux là où ils sont déclarés".

Lors d'une interview radio, le gouverneur a précisé que 500.000 foyers étaient déjà privés d'électricité, donc 78% de la Nouvelle-Orléans, où son emblématique quartier Français a été totalement déserté.

Certaines zones côtières, particulièrement touchés, ont déclaré le couvre-feu.

Le président Donald Trump a approuvé mardi soir la déclaration d'état d'urgence pour la Louisiane, permettant de débloquer des moyens fédéraux, a annoncé la Maison Blanche.

L'ouragan Zeta, qui s'était formé sur la mer des caraïbes, avait touché terre lundi soir dans les environs de Ciudad Chemuyil, dans l'Etat de Quintano Roo au Mexique. Son passage n'y a pas fait de victimes, selon son gouverneur. Il avait ensuite été rétrogradé en tempête tropicale avant de reprendre de la puissance et de toucher les Etats-Unis.

La saison des ouragans, qui n'est pas encore terminée, est particulièrement intense cette année. A cause de l'épuisement de la liste des noms latins prévus, les météorologues ont commencé à les identifier avec l'alphabet grec.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5, les plus destructrices.

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:28 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG