Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

La présence militaire américaine en Afrique va bientôt peser plus que l'aide humanitaire

Les soldats américains débarquent à Juba, au Soudan du sud, le 18 décembre 2013.

Le président Donald Trump a présenté son budget pour 2018 où davantage de financements seront donnés à l'armée, en réduisant l'aide humanitaire en Afrique.

"Nous avons des déclarations de Washington concernant des réductions importantes de l'aide à l'étranger", a déclaré le général Griffin Phiri, commandant des Forces de défense du Malawi lors d'un entretien lors du sommet des forces terrestres africaines, une conférence de 126 officiers et membres de service de l'armée américaine et leurs homologues de 40 pays africains.

"Ce que je peux vous dire, c'est que l'expérience nous a montré que la diplomatie et la sécurité doivent être liés". Il s'est plaint de "messages mitigés" venant de Washington.

Selon l'article du New York Times, le message n'est pas tellement mitigé pour les experts en politique étrangère.

Si le Congrès adopte le budget proposé par le gouvernement Trump pour l'année financière de 2018, où le président appelle à verser un montant supplémentaire de 52 milliards de dollars par rapport au budget actuel de 575 milliards de dollars - les États-Unis dépenseront dès lors plus d'argent pour les affaires militaires en Afrique, mais réduisent l'aide humanitaire et de développement.

Le budget de Trump propose de réduire l'aide à l'Afrique à 5,2 milliards de dollars pour l'exercice financier de 2018, loin des 8 milliards de dollars d'aujourd'hui. Néanmoins, dans la proposition du nouveau budget, certains finanements se déplaceraient vers les zones de sécurité humanitaires et de développement, disent les experts de la politique étrangère.

"Nous réduisons radicalement la façon dont l'Afrique compte pour les intérêts nationaux des États-Unis", a déclaré J. Stephen Morrison au New York Times, vice-président principal au Centre for Strategic and International Studies.

Pour lui, "fini les jours" quand les droits de l'homme, de développement, de la croissance économique et du secours humanitaire ont dominé l'agenda américain sur le continent.

Toutes les actualités

Les "railleries génocidaires" de Trump "ne mettront pas fin à l'Iran"

Les "railleries génocidaires" de Trump "ne mettront pas fin à l'Iran"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Ford va supprimer 7.000 emplois dans le monde, soit 10% de ses effectifs

Un membre du personnel d'assemblage travaille sur un camion Ford F-150 à l'usine Ford Rouge de Dearborn, au Michigan, le 27 septembre 2018.

Ford a annoncé lundi la suppression d'ici fin août de 7.000 emplois à travers le monde, soit 10% de ses effectifs, pour faire des économies et s'adapter au déclin des ventes de berlines et de citadines aux Etats-Unis notamment.

Le constructeur automobile américain n'a pas donné le détail précis des coupes par région, ni par métier mais a indiqué qu'il allait réduire les fonctions d'encadrement de 20%, "ce qui devrait conduire à des économies annuelles d'environ 600 millions de dollars", a indiqué une porte-parole à l'AFP.

Elle a précisé que ces coupes devaient être un mélange de départs volontaires et de licenciements secs.

Environ 800 emplois doivent être supprimés en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), dont 500 dès cette semaine, a précisé la porte-parole. Ce qui s'ajoutera aux quelque 1.500 employés ayant quitté le groupe ces derniers mois dans cette région via un plan de départs volontaires.

Les mesures d'économies touchent également la Chine, l'Europe et l'Amérique du Sud : "Pour l'instant, nous n'avons pas encore de détails précis pour chacune de ces régions (...) parce que la restructuration est en cours mais nous pouvons dire qu'elle devrait être finalisée d'ici la fin du mois d'août", a ajouté la porte-parole.

"Nous comprenons que ce soit un moment difficile pour nos équipes mais ces mesures sont nécessaires afin de mettre Ford sur le chemin du succès aujourd'hui et de préparer l'entreprise à se développer pour le futur", a-t-elle poursuivi.

Cette cure d'austérité fait partie d'une vaste restructuration annoncée à l'automne par le PDG Jim Hackett pour économiser 11 milliards de dollars et faire de Ford un groupe plus "agile" avec des procédures de prise de décisions accélérées.

Ford veut en effet retrouver le peloton de tête dans la transformation en cours du secteur automobile sous l'effet de l'explosion de l'auto-partage, du covoiturage et surtout du développement de la voiture autonome et de l'accélération vers l'électrique.

Ces deux dernières technologies, très coûteuses, demandent soit de nouvelles usines soit une modernisation complète de celles existantes.

Dans cette optique, Ford est en train de réorganiser ses activités européennes et envisage une possible réduction de la production de modèles populaires comme la Fiesta, la Focus et la Mondeo.

En Amérique du Nord, le groupe de Dearborn (Michigan, nord) devrait se focaliser sur la marque Mustang, les camionnettes à plateau (pickups), les SUV (4X4 de ville) et les crossovers, véhicules prisés par les consommateurs locaux.

Il travaille également actuellement sur une alliance avec le géant allemand Volkswagen dans la voiture électrique et autonome.

Un hélicoptère finit sa course dans le fleuve Hudson à New York

Un hélicoptère finit sa course dans le fleuve Hudson à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Un lapin vendu plus de 91 millions de dollars

Un lapin vendu plus de 91 millions de dollars
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Amazon lance des machines pour remplacer des employés

Amazon lance des machines pour remplacer des employés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG