Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

La justice colombienne revoit à la hausse les exécutions extrajudiciaires de l'armée

Combattante des FARC dans le département d'Antioquia, où de nombreuses exécutions extrajudiciaires ont été commises par l'armée colombienne lors des combats contre les rebelles (AP/Rodrigo Abd/6 janvier 2016)

Au moins 6.402 civils ont été exécutés en Colombie par des militaires et présentés comme tués au combat, un chiffre trois fois plus élevé que le nombre de ces victimes d'exécutions extrajudiciaires estimé jusqu'à présent, a annoncé jeudi le tribunal de paix.

La Juridiction spéciale de paix (JEP) a enquêté sur ce scandale, dans lequel sont impliquées les forces de l'ordre, et a établi qu'"au moins 6.402 Colombiennes et Colombiens sont morts et ont été illégitimement présentés comme tombés au combat entre 2002 et 2008", a-t-elle précisé dans un communiqué.

La révélation de cette pratique, désignée en argot militaire comme "faux positifs", a été l'un des plus grands scandales mettant en cause les forces armées colombiennes durant les près de six décennies de confrontation avec les guérillas de gauche.

Bien que l'état-major ait toujours nié qu'il s'agissait d'une pratique systématique, des soldats et des officiers ont déclaré devant le tribunal de paix avoir commis ces exécutions pour gonfler leurs résultats sous la pression de leurs supérieurs.

Jusqu'à l'an dernier, le parquet général avait enregistré 2.249 exécutions extrajudiciaires commises entre 1988 et 2014, dont 59% entre 2006 et 2008, sous le gouvernement de l'ex-président de droite dure Alvaro Uribe (2002-2010).

Selon la JEP, la majorité des "faux positifs" ont été tués dans le département d'Antioquia (nord-ouest), où l'armée et les milices paramilitaires d'extrême droite combattaient les rebelles.

"La IVe Brigade, qui contrôlait cette zone, pourrait être responsable de 73% des morts répertoriées dans le département entre les années 2000 et 2013", a précisé le tribunal.

Toutes les actualités

L'Iran abolit sa police des mœurs

Le Guide suprême de l'Iran, l'Ayatollah Ali Khamenei, lors d'un événement à Téhéran, samedi 26 novembre 2022.

C'est la police des moeurs qui avait arrêté en septembre la jeune Mahsa Amini, en l'accusant de ne pas respecter le code vestimentaire. Sa mort avait été annoncée trois jours plus tard.

L'Iran a annoncé l'abolition de la police des moeurs à l'origine de l'arrestation de la jeune Mahsa Amini, dont la mort en détention a provoqué une vague de contestation en Iran qui perdure depuis près de trois mois.

Cette annonce, considérée comme un geste envers les manifestants, est intervenue après la décision samedi des autorités de réviser une loi de 1983 sur le port du voile obligatoire en Iran, imposé quatre ans après la révolution islamique de 1979.

C'est la police des moeurs qui avait arrêté le 13 septembre Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, à Téhéran en l'accusant de ne pas respecter le code vestimentaire strict en République islamique, qui impose aux femmes le port du voile en public.

Sa mort a été annoncée trois jours plus tard. Selon des militants et sa famille, Mahsa Amini a succombé après avoir été battue, mais les autorités ont lié son décès à des problèmes de santé, démentis par ses parents.

Son décès a déclenché une vague de manifestations durant lesquelles des femmes, fer de lance de la contestation, ont enlevé et brûlé leur foulard, en criant "Femme, vie, liberté".

Une manifestation à Téhéran, le 1er octobre 2022.
Une manifestation à Téhéran, le 1er octobre 2022.

Malgré la répression qui a fait des centaines de morts, le mouvement de contestation se poursuit.

"La police des moeurs (...) a été abolie par ceux qui l'ont créée", a indiqué samedi soir le procureur général Mohammad Jafar Montazeri, cité par l'agence de presse Isna dimanche.

"Saper les valeurs"

Cette police, connue sous le nom de Gasht-e Ershad (patrouilles d'orientation), a été créée sous le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, pour "répandre la culture de la décence et du hijab". Elle est formée d'hommes en uniforme vert et de femmes portant le tchador noir, qui couvre la tête et le haut du corps.

Cette unité a commencé ses premières patrouilles en 2006.

Internet bloqué en Iran: Washington sanctionne des responsables iraniens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Le rôle de la police des moeurs a évolué au fil des années, mais il a toujours divisé, même parmi les candidats à la présidentielle.

Sous le mandat du président modéré Hassan Rohani, on pouvait croiser des femmes en jeans serrés portant des voiles colorés.

Mais en juillet dernier, son successeur, l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi, a appelé à la mobilisation de "toutes les institutions pour renforcer la loi sur le voile", déclarant que "les ennemis de l'Iran et de l'islam voulaient saper les valeurs culturelles et religieuses de la société en répandant la corruption".

Les femmes qui enfreignent le strict code vestimentaire de la République islamique d'Iran risquaient d'être embarquées par cette unité.

Loi sur le voile

Samedi, le même procureur, Mohammad Jafar Montazeri, a annoncé que "le Parlement et le pouvoir judiciaire travaillaient" sur la question du port du voile obligatoire, sans préciser ce qui pourrait être modifié dans la loi.

Il s'agit d'une question ultra-sensible en Iran, sur laquelle s'affrontent deux camps: celui des conservateurs qui s'arc-boutent sur la loi de 1983 et celui des progressistes qui veulent laisser aux femmes le droit de choisir de le porter ou non.

Selon la loi en vigueur depuis 1983, les femmes iraniennes et étrangères, quelle que soit leur religion, doivent porter un voile et un vêtement ample en public.

Manifestations et droits humains en Iran: Téhéran ignore une requête de l'ONU
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Depuis la mort Mahsa Amini et les manifestations qui ont suivi, un nombre grandissant de femmes se découvrent la tête, notamment dans le nord huppé de Téhéran.

Le 24 septembre, soit une semaine après le début des manifestations, le principal parti réformateur d'Iran a exhorté l'Etat à annuler l'obligation du port du voile.

L'Iran, qui voit dans la plupart des manifestations des "émeutes", accuse notamment des forces étrangères d'être derrière ce mouvement pour déstabiliser le pays.

Selon un dernier bilan fourni par le général iranien Amirali Hajizadeh, du corps des Gardiens de la Révolution, il y a eu plus de 300 morts lors des manifestations depuis le 16 septembre.

Au Cameroun, 130 femmes ont perdu la vie sous les coups de leurs partenaires depuis 2019

Au Cameroun, 130 femmes ont perdu la vie sous les coups de leurs partenaires depuis 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

"Refus catégorique" des avocats du Tchad de participer à un procès qualifié de "mascarade"

"Refus catégorique" des avocats du Tchad de participer à un procès qualifié de "mascarade"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Procès de Koro Toro: "les avocats n'ont pas été associés à la procédure"

Procès de Koro Toro: "les avocats n'ont pas été associés à la procédure"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Le Sénat américain vote une loi protégeant le mariage homosexuel

ARCHIVES - La Maison Blanche est illuminée aux couleurs de l'arc-en-ciel après une décision historique de la Cour suprême légalisant le mariage gay aux États-Unis, le 26 juin 2015.

La majorité des Américains soutiennent le mariage entre personnes de même sexe, mais la droite religieuse y reste majoritairement opposée.

Le Sénat américain a voté mardi une loi protégeant le mariage homosexuel dans l'ensemble des Etats-Unis, par crainte d'un retour en arrière de la Cour suprême en la matière.

Le texte a été approuvé à 61 voix contre 36.

"Les Etats-Unis sont sur le point de réaffirmer une vérité fondamentale: l'amour est l'amour et les Américains devraient pouvoir se marier avec la personne qu'ils aiment", a réagi le président américain Joe Biden dans un communiqué.

La Chambre des représentants avait déjà validé un texte très similaire en juillet, soutenu par l'ensemble des démocrates ainsi que 47 républicains. Elle doit désormais se prononcer une nouvelle fois sur cette loi modifiée afin d'harmoniser les deux textes, ce qui ne devrait être qu'une formalité.

Une fois adoptée par la chambre basse du Congrès, la loi atterrira sur le bureau de Joe Biden, qui s'est engagé à la signer "rapidement".

"Après des mois de travail acharné, après de nombreuses tractations transpartisanes, après de nombreux doutes, nous franchissons un pas décisif vers une plus grande justice pour les Américains de la communauté LGBTQ", a applaudi le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.

Les unions entre personnes de même sexe sont garanties par la Cour suprême des Etats-Unis depuis 2015. Mais après la volte-face historique de la haute cour sur l'avortement, nombre de progressistes craignent que ce droit ne soit lui aussi détricoté.

"Avancée historique"

Concrètement, la loi abroge des législations antérieures définissant le mariage comme une union entre un homme et une femme et interdit aux agents d'état civil -- quel que soit l'Etat dans lequel ils travaillent -- de discriminer les couples "en raison de leur sexe, race, ethnicité ou origine". Ce texte s'applique aussi aux couples interraciaux.

"Le vote d'aujourd'hui a des implications extrêmement personnelles pour nombre d'entre nous dans cet hémicycle", a déclaré Chuck Schumer, vêtu de la cravate qu'il avait portée au mariage de sa fille et de sa compagne.

La puissante association de défense des droits civiques ACLU a salué de son côté mardi soir une "avancée historique" pour les droits des familles LGBT+, tout en dénonçant la hausse des lois allant contre les droits des personnes transgenres dans plusieurs Etats à travers le pays.

"Si nous applaudissons le vote historique sur cette mesure, les membres du Congrès doivent aussi se battre comme si la vie des personnes transgenres dépendait de leurs efforts, parce que c'est le cas", a souligné l'organisation dans un communiqué.

Une large majorité des Américains soutiennent le mariage entre personnes de même sexe, y compris dans les rangs républicains. Mais la droite religieuse y reste majoritairement opposée.

Voir plus

XS
SM
MD
LG