Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

La Camerounaise Marthe Wandou reçoit le prix Right Livelihood, ou "Nobel alternatif"

La juriste camerounaise Marthe Wandou, militante pour l'égalité des sexes et la paix, à Douala, le 21 septembre 2021.

La juriste Marthe Wandou, défenseuse camerounaise des enfants menacés par le jihadisme et Boko Haram, s'est vu décerner mercredi le prix Right Livelihood, qui se veut un "Nobel alternatif".

Mme Wandou est récompensée pour ses travaux sur la protection de l'enfance et le recours aux communautés "face à l'insurrection terroriste et à la violence de genre dans la région du lac Tchad au Cameroun".

Décerné chaque année par une fondation privée suédoise depuis plus de 40 ans, le prix Right Livelihood est doté d'un million de couronnes (près de 100.000 euros) pour chaque lauréat.

En plus de la Camerounaise, cette année le prix a aussi été décerné à trois défenseurs de l'environnement en Russie, en Inde et au Canada.

"Du Cameroun à la Russie, en passant par le Canada et l'Inde, les activistes de cette année nous montrent que le changement durable se construit grâce à des communautés solidaires", a déclaré l'organisation dans un communiqué.

La Canadienne Freda Huson, ardente défenseure des communautés autochtones et elle-même issue du peuple Wet’suwet’en au Canada, a été récompensée pour son travail "en faveur de la réappropriation de la culture de son peuple et la défense de ses terres contre des projets néfastes de pipelines".

La militante s'oppose notamment à la construction du gazoduc Coastal GasLink, qui doit transporter du gaz de schiste à travers la Colombie-Britannique, explique l'organisation du prix.

Co-fondateur d'Ecodefense, une organisation russe pour l'environnement, Vladimir Slivyak s'est lui vu décerner le prix "pour sa lutte en faveur de l'environnement et sa contribution au mouvement populaire d'opposition aux industries houillière et nucléaire en Russie".

Enfin, l'organisation indienne "Legal Initiative for Forest and Environment (LIFE)" a été primée "pour ses travaux juridiques innovants visant à renforcer les capacités des communautés à protéger leurs ressources, pour plus de démocratie environnementale en Inde".

Le prix Right Livelihood a été créé en 1980 par l'ex-eurodéputé écologiste germano-suédois Jakob von Uexkull, après le refus de la fondation Nobel de créer des prix pour l'environnement et le développement. Pour cette raison, la fondation qui le décerne revendique l'étiquette de "prix Nobel alternatif".

En 2019, il avait récompensé l'adolescente suédoise Greta Thunberg, égérie de la lutte contre le réchauffement climatique, alors âgée de 16 ans.

Toutes les actualités

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Entretien exclusif avec Marguerite Barankitse, activiste burundaise en exil

Entretien exclusif avec Marguerite Barankitse, activiste burundaise en exil
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:30:53 0:00

VOA60 Afrique: Ethiopie, Somalie, Soudan et Burkina Faso

VOA60 Afrique: Ethiopie, Somalie, Soudan et Burkina Faso
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Soudan: Des milliers de manifestants dans la rue

Soudan: Des milliers de manifestants dans la rue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Affaire Ahmaud Arbery: les trois accusés condamnés pour meurtre

Réactions à l'extérieur du palais de justice du comté de Glynn à Brunswick, Géorgie, le 24 novembre 2021.

Trois hommes blancs poursuivis pour avoir tué Ahmaud Arbery, un homme noir l’année dernière dans l’État américain de Georgie ont été reconnus coupables de meurtre mercredi.

Le verdict, qui intervient au terme d’ environ deux semaines de procès devant un jury composé de 12 personnes majoritairement de race blanche, met en exergue une fois de plus les questions raciales et l’usage des armes à feu qui divisent l'Amérique.

Gregory McMichael, 65 ans, son fils Travis McMichael, 35 ans, et leur voisin William "Roddie" Bryan, 52 ans, ont été reconnus coupables de meurtre, de voies de fait graves, de séquestration et d'intention criminelle de commettre un crime. Ils encourent une peine minimale de prison à vie avec possibilité de libération conditionnelle.

Procès Ahmaud Arbery: la composition raciale du jury fait polémique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00


Les jurés ont rendu leur verdict au deuxième jour des délibérations.

Durant le procès, il a été démontré que Travis McMichael a tiré trois fois à bout portant sur Ahmaud Arbery avec son fusil à pompe le 23 février 2020. L'incident avait été filmé par M. Bryan sur son téléphone portable.

Le public avait été scandalisé d’apprendre qu’aucun des hommes n’avait été arrêté, trois mois après les faits. Face au tollé, les autorités de l’État se sont saisies du dossier, mettant de côté le comté.

Durant le procès, la défense a invoqué – en vain – une loi de Géorgie qui permet à quiconque de procéder à l'arrestation des individus soupçonnés de fuir un crime grave qu'ils ont commis, mais le jury a finalement rejeté cette défense. La loi avait même été abrogée à cause de ce cas.

Les procureurs ont soutenu tout au long du procès que les accusés avaient "supposé le pire" à propos d'un homme noir qui faisait son jogging un dimanche après-midi.

À l'extérieur du palais de justice, une foule de plus de 100 personnes s'est rassemblée et a applaudi en criant "justice" et "oui" à la lecture des verdicts, certains brandissant des drapeaux dont un du mouvement Black Lives Matter.

Voir plus

XS
SM
MD
LG