Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

La grève des enseignants est politique le gouvernement ivoirien

Johnson Kouassi Zamina, secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs (CNEC), le syndicat à l'origine de la grève à l'université de Cocody, Côte d’Ivoire, 12 décembre 2017. (VOA/ Georges Ibrahim Tounkara)

La grève des enseignants des écoles primaires, secondaires et des professeurs de l'université Félix Houphouët Boigny d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, "n'est pas justifiée et a un relent politique", a estimé mercredi le gouvernement.

"Nous sommes un peu ahuris et surpris. Ce sont des grèves qui ne sont pas justifiées. Et qui pour la substance ont un relent fortement politique. Ce qui interpelle les uns et les autres par rapport à leurs responsabilités", a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement Sidi Touré, à l'issue du conseil du ministres.

"Tous les points de revendications ont obtenu un accord qui a abouti à la trêve sociale" a poursuivi M. Touré, soulignant que le "partie gouvernementale joue sa partition".

La grève des enseignants des écoles primaires, secondaires et des professeurs de l'université Félix Houphouët Boigny d'Abidjan est entrée dans sa sixième semaine et paralyse tout le système éducatif du pays.

Le mouvement dans le primaire exige "la suppression des cours du mercredi". Les enseignants du secondaire réclament une hausse des indemnités de logement, appuyés par leurs collègues du primaire.

L'incarcération, il y a une semaine, de Johnson Zamina Kouassi, secrétaire général et porte-parole de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs (Cnec), premier syndicat des professeurs d'universités publiques de Côte d'Ivoire, pour "troubles à l'ordre public", a aggravé la situation déjà tendue dans le supérieur.

Les fonctionnaires ivoiriens ont exigé "sa libération", menaçant de généraliser le mouvement.

Les grèves dans le secteur public sont récurrentes en Côte d'Ivoire depuis deux ans, malgré la signature en août 2017 d'une trêve sociale de cinq ans moyennant le paiement sur plusieurs années d'arriérés de salaires pour environ 130.000 fonctionnaires, soit 70% des effectifs de la fonction publique.

Toutes les actualités

Un haut cadre du PDCI en détention rate son procès parce que les autorités ne l'ont pas transporté au tribunal

Un haut cadre du PDCI en détention rate son procès parce que les autorités ne l'ont pas transporté au tribunal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Le procès en appel d'un président de conseil régional ivoirien reporté au 24 mars

Des partisans de Jacques Mangoua encadrés par les forces de l’ordre devant le palais de justice, à Bouaké, le 30 septembre 2019. (VOA/Siriki Barro)

Le procès en appel du président du Conseil régional du Gbêkê (centre de la Côte d'Ivoire), Jacques Mangoua, condamné à 5 ans de prison, a été reporté au 24 mars, en raison de l'absence de l'accusé, écroué à Abidjan et qui n'avait pas été transféré pour l'audience, au grand dam de la défense.

Encadrés par un important déploiement des forces de l'ordre, quelque 200 militants du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l'ancien président Henri Konan Bédié et dont M. Mangoua est un des vice-présidents, étaient présents au tribunal de Bouaké (centre), a constaté un journaliste de l'AFP.

Faute de prévenu, le président Tahirou Dembélé a renvoyé l'audience au 24 mars.

"Notre justice se doit d'être sérieuse (...) nous sommes rentrés dans une phase d'usure qui est inadmissible" a protesté Me Luc Adje, l'avocat de M. Mangoua.

M. Mangoua, qui a toujours clamé son innocence, a été condamné le 3 octobre 2019 à cinq ans d'emprisonnement ferme et 5 millions de francs CFA (environ 7.600 euros) d'amende pour détention illégale de munitions de guerre.

L'entourage de M. Mangoua crie au "complot" et au "coup monté : "C'est le président lui-même qui a averti la gendarmerie" de la présence des armes à son domicile, avait assuré à l'AFP Moïse Amani, chargé de mission auprès de M. Mangoua.

"Les enjeux de cette affaire sont ailleurs, M. Mangoua préside une région qui se trouve être la plus grande de la Côte d'Ivoire et qui par conséquent est vitale pour l'élection présidentielle 2020. Il préside une région stratégique et est de l'opposition, alors cela est insupportable pour certains hommes politiques", avait écrit à l'AFP sa fille, Joanne Mangoua.

Sa condamnation avait été suivie de troubles qui avaient fait un mort.

Le Gbeké comprend notamment le village de Béoumi, où avaient eu lieu des violences intercommunautaires ayant fait 16 morts en mai 2019.

Le Franco-ivoirien Tidjane Thiam, patron de Credit Suisse, emporté par un scandale

Le patron de Credit Suisse, Tidjane Thiam, a annoncé sa démission le 7 février 2020. (Michael Buholzer / AFP)

Le patron de Credit Suisse Tidjane Thiam, l'un des visages les plus connus de la finance mondiale, a pris la porte vendredi, emporté par un scandale d'espionnage d'anciens cadres dans lequel il a toujours nié être impliqué.

M. Thiam, un Franco-ivoirien de 57 ans, quittera ses fonctions le 14 février, après la présentation des résultats annuels de la banque, a annoncé le numéro deux du secteur bancaire helvétique dans un communiqué.

Il sera remplacé par le Suisse Thomas Gottstein, un cadre de longue date au sein de Credit Suisse, où il est entré en 1999 après des débuts chez UBS.

Depuis septembre, Credit Suisse est secouée par des révélations concernant la surveillance de son ancien directeur de la gestion internationale de fortune, Iqbal Khan, après son départ inattendu pour rejoindre la banque concurrente UBS.

Les remous ont enflé au fil des révélations dans la presse suisse, secouant le monde habituellement feutré de la finance helvétique.

Filature rocambolesque dans les rues de Zurich, inimitiés personnelles et querelles de voisinage entre M. Thiam et M. Khan... les fuites embarrassantes dans la presse suisse avaient poussé la banque à ordonner une enquête interne, confiée à un cabinet d'avocats.

Début octobre, en publiant ses premières conclusions, Credit Suisse avait annoncé le départ avec "effet immédiat" de Pierre-Olivier Bouée, directeur opérationnel, proche de M. Thiam et présumé "seul" responsable.

Selon cette enquête, ce cadre considéré comme le bras droit de M. Thiam, avait ordonné cette surveillance, de sa propre initiative, sans en référer à sa hiérarchie. Avec pour objectif de protéger les intérêts de la banque en s'assurant que M. Khan ne cherchait pas à convaincre des membres de son équipe de le rejoindre chez un concurrent.

Mais l'affaire avait connu un nouveau rebondissement en décembre, lorsque la banque avait reconnu un second cas d'espionnage visant cette fois l'ancien directeur des ressources humaines, avant de rejaillir à nouveau début février avec de nouvelles révélations dans la presse dominicale.

Selon le SonntagsZeitung, la surveillance aurait également visé l’organisation écologiste Greenpeace qui aurait été infiltrée afin d'anticiper ses actions chocs visant la banque.

"Aucune connaissance" des filatures

En remettant sa démission, M. Thiam a réaffirmé ne pas avoir été au courant de ces filatures.

"Je n'avais aucune connaissance de l'observation de (ces) deux anciens collègues", a-t-il déclaré dans le communiqué annonçant sa démission.

"Cela a incontestablement perturbé Credit Suisse", a-t-il ajouté. "Je regrette ce qui est arrivé et qui n'aurait jamais dû avoir lieu".

Diplômé de l'école Polytechnique et de l'Ecole des mines de Paris, M. Thiam avait pris les commandes de la banque en 2015 après avoir repositionné avec succès l'assureur britannique Prudential.

Doté d'une réputation solide, il avait été qualifié par certains tabloïds suisses d'"Obama de la finance”.

M. Thiam avait rapidement mis en place un plan sur trois ans visant à renforcer la gestion de fortune et à recalibrer la banque d'investissement pour alléger la voilure sur ses activités les plus volatiles.

Mais le ton avait changé au fil de la réorganisation de la banque, qui lui avait valu de vives critiques face aux lourdes pertes dans les premières années de sa mise en oeuvre.

"Tidjane a apporté une énorme contribution à Credit Suisse depuis qu'il nous a rejoint en 2015", a déclaré le président du conseil d'administration Urs Rohner, cité dans le communiqué.

Le conseil d'administration a unanimement apporté son soutien à M. Rohner, a précisé le communiqué, alors que l'affaire d'espionnage a également provoqué une salve de critiques à son encontre.

"Malgré le soutien explicite de grands actionnaires à Tidjane Thiam, le conseil d'administration a décidé de nommer un nouveau directeur général", a réagi Andreas Venditti, analyste chez Vontobel dans un commentaire boursier. "Cette annonce va aider à ramener le calme et à restaurer la confiance", a-t-il estimé.

A 10H52 GMT, l'action chutait de 2,90% à 12,41 francs suisses alors que le SMI, l'indice des valeurs phares de la Bourse suisse perdait 0,40%.

"T. Thiam a indubitablement piloté Credit Suisse dans une phase extrêmement difficile", a pour sa part commenté Javier Lodeiro, analyste à la banque cantonale de Zurich, à titre de premier bilan. Il attend deux choses de son successeur: qu'il renforce la gestion d'actifs et contrôle fermement les coûts.

VOA60 du 6 février 2020

VOA60 du 6 février 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Coronavirus : un étudiant ivoirien témoigne sur les conditions de vie à Wuhan

Coronavirus : un étudiant ivoirien témoigne sur les conditions de vie à Wuhan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG