Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

La foire des arts et créativité valorise les artistes et productions locaux à Bukavu

Plusieurs exposition lors de la FIAC à Bukavu, le 18 août 2019. (VOA/Ernest Muhero)

A Bukavu, dans l’est de la République Démocratique du Congo, la deuxième édition de la FIAC, foire internationale des arts et de la créativité, s’est achevée dimanche 18 août après une semaine de festivité.

L’occasion était belle pour valoriser les artistes locaux. Une initiative de la jeunesse active JEUNA avec d’autres organisations partenaires.

Deuxième édition de la FIAC à Bukavu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

C’est sur un podium installé au collège Alfajiri, que des artistes ont fait leurs prestations durant toute la semaine. A l’occasion des stands ont aussi été dressés pour des expositions.

"Nous sommes venus d’abord nous vendre, nous en tant que Alka Multiservices. C’est aussi l’occasion de se familiariser avec d’autres artistes, créateurs, agences et entreprises", explique Alice Kajabika devant son stand dressé. Et face à tant de créativité dans multiples domaines autour d’elle.

Elle reste admirative. "En tout cas, je ne pouvais pas imaginer qu’à Bukavu, il y avait autant de talents, sauf qu’il n’ y a pas de gens pour soutenir les artistes", regrette Alice Kajabika, après un long soupir.

Deuxième édition de la FIAC à Bukavu, le 18 aout 2019. (VOA/Ernest Muhero)
Deuxième édition de la FIAC à Bukavu, le 18 aout 2019. (VOA/Ernest Muhero)

C’est une semaine dénommée "Semaine de folie" où en plus des Barbecues, chaque soir, Acrobates, chanteurs, danseurs et humoristes se succèdent devant un public en liesse.

Des moments captivants qui mobilisent la population autour des talents locaux et ceux venus de Goma et du Burundi voisin.

Pour Ngelessa Lumumba -dit DJ Gayt- et coordonnateur de la FIAC, "l’objectif pour cette foire est que l’artiste doit vivre de son art. On a cette idée depuis 3 ans et on voulait un événement qui peut réunir tous les artistes".

Concours de danse, poésies, défilés de mode, expositions des œuvres d’art, des paniers, bricoles, dessins, peintures et autres objets fruit de la créativité ont été bien appréciés par le public sorti nombreux.

"C’est tellement beau de voir qu’il y a tellement des jeunes artistes qui sont ici et qui ont vraiment la grande envie de produire et faire des choses. Concernant la dance. C’est tellement captivant. Je pense que chez nous il n’y a pas cette énergie que je vois", a confié Janosch Perler à VOA Afrique. Le cinéaste et musicien suisse est intéressé par la musique traditionnelle à l’est de la RDC.

Pendant cette foire internationale des arts et créativités, l’occasion est aussi donnée aux artistes de partager leurs expériences entre artistes notamment sur scène.

"Ce que Ndaro apporte, c’est son expertise, son show live qu’on appelle weekend Izulu. Le message fort est que nous devons lutter ensemble. Nous devons présenter au monde notre musique des racines", martèle avec fierté Thomas Lusango, responsable de Ndaro culture.

Les rideaux de la foire sont tombés tard dans la nuit du dimanche sous une note générale de satisfecit. Les jeunes ont déjà le regard sur la prochaine édition de la FIAC

Toutes les actualités

RDC: des ONG demandent des sanctions contre un homme d'affaires israélien proche de Kabila

Une vue des installations de Tenke Fungurume Mining dans la province du Lualaba, l'ex-Katanga (sud-est), RDC, 29 janvier 2013.

Des ONG ont demandé aux autorités de la RDC des sanctions contre un homme d'affaires israélien proche de l'ancien président Joseph Kabila et soupçonné de corruption par les Etats-Unis.

Les ONG de la plate-forme "Le Congo n'est pas à vendre" ont demandé au président Félix Tshisekedi "le gel de tout compte en banque appartenant" au milliardaire Dan Gertler, propriétaire de plusieurs concessions minières et de blocs pétroliers en République démocratique du Congo.

En décembre 2017, tous ses comptes bancaires aux États-Unis ont été gelés. Le Département d'Etat le présente comme ayant bâti sa fortune "à travers des transactions minières et pétrolières opaques et corrompues".

Les Etats-Unis l'accusent d'avoir fait perdre à la RDC "1,36 milliard de dollars entre 2010 et 2012", en "sous-évaluant les actifs miniers vendus à des sociétés off-shore" qui lui sont liées.

Les ONG demandent un "audit indépendant" des entités étatiques ayant conclu des contrats avec M. Gertler.

L'ambassadeur américain à Kinshasa Mike Hammer a salué sur Twitter cette initiative, qu'il a qualifiée d'effort "louable" contre "ceux qui agissent contre le bien public congolais".

En visite en RDC il y a 15 jours, l'envoyé spécial américain pour les Grands lacs Peter Pham avait insisté sur le fait que Washington était prêt à aider la RDC à lutter contre la corruption et l'impunité.

Mi-décembre, le gouvernement congolais avait décidé de geler les avoirs d'un homme d'affaires libanais, propriétaire d'une boulangerie industrielle de Kinshasa, en application de sanctions du Trésor américain qui l'accuse de financer le Hezbollah.

M. Gertler est au coeur d'une autre affaire ces jours-ci en RDC.

Peu avant de passer sous sanctions américaines en décembre 2017, il a prêté 128 millions d'euros à la société minière congolaise Gécamines.

La Gécamines a expliqué avoir refusé de rembourser son prêt "en raison des sanctions économiques" contre M. Gertler.

En novembre, le tribunal de commerce de Lubumbashi a reconnu la créance de M. Gertler sur la Gécamines.

L'Ouganda et le Rwanda s'accordent sur des mesures visant à normaliser leurs relations

(De g. à d.) Les présidents Paul Kagame (Rwanda), Yoweri Museveni (Ouganda), João Lourenço (Angola) et Félix Tshisekedi (RDC) à Katuna, à la frontière rwando-ougandaise,le 21 févirier 2020. (Twitter/Y. Museveni)

Le président rwandais Paul Kagame et son homologue ougandais Yoweri Museveni ont convenu vendredi d'une feuille de route qui permettra de normaliser les relations entre leurs pays.

De source officielle, l’Ouganda s'engage à vérifier les allégations faites par le Rwanda, selon lesquelles des forces hostiles à Kigali sont basées en territoire ougandais.

C’est la principale conclusion de la rencontre entre les deux chefs d’Etat en présence de leurs homologues Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et João Lourenço de l'Angola, qui font office de médiateurs dans la crise qui les divise.

Les quatre chefs d'Etat se sont rencontrés à Gatuna, une localité située à la frontière Rwanda-Ouganda.

« Si [ces allégations] sont avérées, le gouvernement ougandais est prié de prendre toutes les mesures pour y mettre fin, ainsi que des mesures préventives pour que cela ne se répète pas », indique le communiqué final.

Une fois cette recommandation remplie et communiquée aux chefs d’Etat, les facilitateurs conviendront de la tenue d’un « sommet quadripartite dans les 15 jours », précise le texte.

Le désaccord entre le Rwanda et l’Ouganda remonte à l’an dernier. Récemment, les deux pays ont échangé des prisonniers, mais leurs frontières restent fermées.

Enième rencontre Kagame-Museveni pour tenter l'apaisement

Les présidents Paul Kagame (à g.) du Rwanda et Kaguta Yoweri Museveni de l'Ouganda à Entebe, Ouganda, 25 mars 2018. ( Michele Sibiloni / AFP)

Le président Paul Kagame du Rwanda et son homologue Yuweri Museveni de l’Ouganda devraient se rencontrer jeudi pour tenter de résoudre le conflit qui les oppose depuis quelque temps, a-t-on appris de source officielle.

C’est à Katuna, une localité située entre les deux pays, que les deux chefs d'Etat vont essayer d’enterrer la hache de guerre.

La rencontre, quatrième du genre, se tiendra sous la médiation de leur homologue congolais Félix Tshisekedi et de l'Angolais Joao Lourenço, précise une source à la présidence congolaise.

Signe avant-coureur que cette fois les choses pourraient progresser : les deux pays ont procédé à un échange de prisonniers avant la rencontre.

La tension entre les deux voisins s’est attisée l’année dernière. Kigali et Kampla s’accusaient mutuellement d’espionnage et de soutenir des rebelles. Les choses se sont calmées suite à la signature d'un accord de paix le 21 août à Luanda, la capitale angolaise.

Cinq corps retrouvés dans le parc de Virunga

Cinq corps retrouvés dans le parc de Virunga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:46 0:00

Les travaux de sécurité routière font polémique à Kinshasa

Les travaux de sécurité routière font polémique à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG