Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

La conjoncture mondiale freine Wall Street

La bourse de New York, le 2 juin 2018.

Wall Street a terminé dans le rouge la séance de mardi, plombée par le Fonds monétaire international (FMI) qui a revu en baisse ses prévisions de croissance de l'économie mondiale cette année et en 2019.

Ces prévisions surviennent sur fond de montée des incertitudes liées aux tensions commerciales et à la situation de certains pays émergents.

Le Nasdaq est toutefois parvenu à terminer stationnaire, soutenu par les valeurs high tech.

Le FMI estime notamment que les Etats-Unis et la Chine ressentiront l'an prochain l'essentiel des retombées de leur guerre commerciale et pour ce motif il a révisé en baisse ses prévisions de croissance de 2019 des deux pays.

De surcroît, le président américain Donald Trump a renouvelé sa menace d'imposer à nouveau des droits de douane sur 267 milliards de dollars de produits chinois importés si Pékin répliquait aux dernières taxes américaines.

"Si les industrielles et les matières premières sont alourdies parce qu'on craint pour la croissance économique mondiale, c'est de mauvais augure pour le marché dans son ensemble puisque les entreprises du S&P-500 réalisent la moitié environ de leurs affaires à l'étranger", observe Mark Luschini (Janney Montgomery Scott).

L'indice Dow Jones cède 56,21 points (0,21%) à 26.430,57 points. Le S&P-500, plus large, perd 4,09 points (0,14%) à 2.880,34 points. Le Nasdaq Composite gagne de son côté 3,78 points (0,05%) à 7.739,73 points.

VALEURS

Le secteur industriel (-1,51%) a de fait très mal accueilli les projections du FMI, à l'exemple de Caterpillar, qui laisse 2,5%.

Le secteur technologique en revanche progresse de 0,35%, les hausses des entreprises du logiciel ayant plus que compensé les baisses des valeurs des semiconducteurs, qui comptent les firmes chinoises parmi leurs principaux clients.

Dans le compartiment de la communication (-0,18%), Alphabet (-0,93%) a aggravé ses pertes de lundi, quand il avait annoncé qu'il fermait son réseau social Google+ et qu'il encadrait davantage le partage de données après avoir découvert que certaines données d'au moins 500.000 utilisateurs avaient pu être exposées à des centaines de développeurs externes.

American Airlines elle décroche de 6,5% après avoir annoncé que les coûts du carburant avaient été plus élevés que prévu au troisième trimestre, faisant craindre que ces charges ne l'emportent sur des billets en hausse. Elle entraîne l'indice sectoriel dans sa chute, celui-ci abandonnant 3%.

Mais le secteur qui a subi la plus grosse perte est celui des matières premières (-3,4%), plombé par le recul des sociétés chimiques consécutif à un avertissement sur résultats de PPG Industries, qui lâche 10%.

A l'opposé, l'indice du secteur de l'énergie (+0,99%) affiche le plus gros gain de la journée, en raison d'une baisse des exportations pétrolières iraniennes et de l'arrêt de la production d'une partie des plate-formes du Golfe du Mexique en raison de l'ouragan Michael.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les principales Bourses européennes ont terminé en hausse mardi, le rebond du Nasdaq après trois séances de repli et la hausse des cours des matières premières ayant en partie apaisé les inquiétudes sur la croissance qui avaient dominé le début de journée, tandis que les rendements obligataires se détendaient.

À Paris, le CAC 40 a clôturé sur une progression de 0,35% (18,3 points) à 5.318,55 points, après avoir perdu jusqu'à 0,75%. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,06% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,25%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,36%, le FTSEurofirst 300 0,34% et le Stoxx 600 0,19%.

En Europe, la plus forte hausse sectorielle est pour l'énergie, tirée par la progression des cours du pétrole. TechnipFMC a repris 3,81%, la meilleure performance du CAC. Le compartiment des matières premières a gagné 1,16%.

L'indice Stoxx des hautes technologies a quant à lui progressé de 0,64% dans le sillage du Nasdaq. Et ceux de l'immobilier (+1,06%) et des services aux collectivités ("utilities") (+0,41%) ont bénéficié du reflux des rendements obligataires américains et européens.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Snapchat lance Spotlight, un fil public de vidéos sur le modèle de TikTok

Une bannière géante de Snap Inc affichée devant la bourse de New York. 2 mars 2017. (AP Photo/Mark Lennihan)

Ses "stories" éphémères ont été largement copiées par les autres réseaux, mais c'est au tour de Snapchat de s'inspirer de ses jeunes concurrents : l'appli au logo fantôme lance "Spotlight", un fil public de contenus produits par ses utilisateurs, sur le modèle de TikTok.

Les utilisateurs de Snapchat - en majorité des ados et jeunes adultes - ne postaient jusqu'à présent leurs photos et vidéos que pour leurs contacts ou dans des messages privés... Ou sur des réseaux concurrents.

A partir de lundi, dans 11 pays dont les États-Unis et la France, ils pourront diffuser leurs créations plus largement, en restant sur l'appli, sur un fil public, personnalisé automatiquement par l'algorithme en fonction des goûts des spectateurs.

Cette formule a fait le succès de TikTok, avec, pour les influenceurs, l'espoir de créer une vidéo virale, et, pour les utilisateurs, la possibilité de faire défiler une sélection sur mesure de contenus courts.

Mais Snapchat, qui travaille sur Spotlight depuis un an et demi, a tiré des leçons des modèles existants, comme TikTok ou Reels, la version d'Instagram.

Pour commencer, les contenus devront être approuvés par les modérateurs de la plateforme. Au début, chaque vidéo publiée aura été vue par une personne au préalable, a expliqué la société à l'AFP. Par la suite, ce sera sans doute une combinaison d'intervention humaine et d'intelligence artificielle.

No comment

L'appli fréquentée par près de 250 millions de personnes au quotidien n'a pas révélé combien de modérateurs travaillent à cette tâche potentiellement gargantuesque, mais estime que l'enjeu en vaut la chandelle.

Les dirigeants préfèrent choisir les contenus qui seront vus par des millions de personnes plutôt que de devenir une plateforme ouverte qui doit sans cesse se préoccuper de retirer les contenus problématiques.

Facebook (sur son réseau principal et sur Instagram), TikTok, Youtube et les autres se voient régulièrement reprocher de ne pas lutter suffisamment contre la désinformation, les incitations à la violence ou les discours de haine.

Snapchat connaît aussi ce genre de problèmes, qui nuisent à la confiance des utilisateurs et des annonceurs publicitaires. Il y a quelques jours, dans la ville française d'Annecy (est), un lycéen a été mis en examen pour avoir menacé de mort une enseignante sur le réseau.

Autre différence majeure avec les fils rivaux : il n'y aura pas de commentaires publics sur Spotlight. Tout au plus les utilisateurs pourront-ils faire des remarques privées aux créateurs, s'ils n'ont pas publié leurs contenus de façon anonyme et acceptent d'être contactés.

La plateforme entend ainsi créer un environnement positif, où il n'est pas possible d'être désagréable, contrairement à TikTok où même les influenceurs suivis par des millions de personnes se retrouvent à partager leurs vidéos sur un espace où ils font face à beaucoup de négativité, selon un porte-parole de Snapchat.

Le million

N'importe quel créateur, qu'il soit suivi par des dizaines ou des milliers de personnes, pourra cliquer sur la case Spotlight après avoir réalisé une vidéo avec (ou sans) les célèbres filtres de l'appli, des oreilles de chat aux visages et voix déformés.

Snapchat insiste sur l'égalité entre utilisateurs, qui se disputeront d'éventuels gains financiers sur la base de l'intérêt suscité par leurs contenus. Plus d'un million de dollars seront distribués chaque jour.

"Les 'snaps' sont évalués sur la base des interactions avec les gens, comme le temps passé à regarder une vidéo ou les cœurs attribués. Les revenus sont déterminés en fonction du nombre de visionnages uniques", précise un communiqué.

Plus de deux ans après son entrée en Bourse, Snapchat n'a toujours pas réussi à dégager de profits. Au troisième trimestre, la société a ainsi perdu 200 millions de dollars.

Mais elle a doublé son chiffre d'affaires en rythme annuel, à 680 millions, notamment grâce au lancement réussi de nouveaux outils, pour inciter ses utilisateurs à passer toujours plus de temps sur l'application, et de nouveaux produits publicitaires, pour "essayer" des accessoires en réalité augmentée ou s'immerger dans l'univers d'une marque.

En 2013, Snapchat avait inventé les "stories", des histoires qui disparaissent 24 heures après avoir été mises en ligne. Ultra populaires, elles ont été copiées par Facebook (d'abord sur Instagram, en 2016) et plus récemment par Twitter qui vient de lancer les "fleets".

Trump va gracier une dinde pour Thanksgiving

Trump va gracier une dinde pour Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Décès du premier maire noir de New York à 93 ans

L'ancien maire de New York, David Dinkins, assiste au discours du gouverneur Andrew Cuomo sur l'état de l'État dans le bâtiment One World Trade Center de New York, le lundi 9 janvier 2017.

Le premier et unique maire noir de New York, David Dinkins, est décédé à l'âge de 93 ans, ont rapporté mardi les médias américains.

Ce démocrate avait été maire de New York de 1990 à 1993 après l'avoir emporté face à Rudy Giuliani et Edward Koch.

Son mandat avait été marqué par des troubles à caractère racial et antisémite, notamment en 1991 à Crown Heights, dans l'arrondissement de Brooklyn, et la mort d'un étudiant juif.

David Dinkins, qui avait hérité d'une ville frappée par le racisme, la pauvreté et la violence, avait essuyé à l'époque de nombreuses critiques pour son incapacité présumée à assurer ses fonctions.

Né en 1927 à Trenton, dans le New Jersey (nord-est), il est décédé de mort naturelle à son domicile moins de deux mois après le décès de son épouse Joyce, a rapporté le New York Times.

David Dinkins avec Hillary Clinton.
David Dinkins avec Hillary Clinton.

Dans une ville sous tension, en avril 1989 cinq jeunes avaient été accusés à tort pour le viol et les blessures infligées à une joggeuse blanche de 28 ans, Trisha Meili, à Central Park. Ils avaient porté plainte contre la ville de New York et obtenu réparation.

Quelques mois plus tard, un adolescent noir, Yusuf Hawkins, avait été tué par un groupe de jeunes blancs à Brooklyn.

Un million de New-Yorkais recevaient à l'époque des allocations pour survivre et un millier de meurtres étaient enregistrés chaque année à New York. Le crack avait débarqué dans la ville et faisait des ravages.

David Dinkins a été à la tête de l'une des mairies les plus ouvertes de l'histoire de New York, incluant de nombreuses femmes, le premier Portoricain à la tête des pompiers de la ville et un psychiatre noir ouvertement homosexuel comme responsable de la santé mentale.

Connu pour ses costumes raffinés et sa politesse, M. Denkins était considéré "trop gentil" pour tenir et diriger une ville comme New York.

Défait aux élections municipales par Rudy Giuliani après un seul mandat, M. Dinkins avait déclaré: "Mes amis, nce que nous avons fait a été historique. Personne ne peut nous l'enlever".

NFL: un corps arbitral exclusivement noir officie pour la première fois en match

Mike Williams de Los Angeles (81) et P.J. Williams (26) des New Orleans Saints lors d'un match de NFL, USA, le 12 octobre 2020.

Première historique en NFL: l'arbitre Jerome Boger et ses six assistants sont devenus lundi soir la première équipe entièrement noire à arbitrer un match de la Ligue nationale de football, lors de la rencontre entre les Buccaneers de Tampa Bay et les Los Angeles Rams.

L'équipe d'arbitres est entrée sur le terrain avec des références impressionnantes, en particulier le vétéran Boger, troisième arbitre noir de l'histoire de la NFL. Juge de ligne, il avait été promu au rang d'arbitre en 2006.

"Je suis fier de mon héritage et enthousiaste à l'idée de participer à ce match historique", a déclaré Boger lors de la préparation du match. "J'ai hâte de pouvoir travailler avec un groupe d'arbitres officiels noirs et de montrer notre compétence dans l'exécution de notre mission".

Aux cotés de Boger se trouvaient Barry Anderson, arbitre officiel depuis 14 ans; Anthony Jeffries, juge de touche officiel depuis 3 ans; Carl Johnson, juge de ligne officiel depuis 17 ans; Julian Mapp, juge de touche officiel depuis 12 ans; Dale Shaw, juge de terrain officiel depuis 8 ans; et Greg Steed, juge de fond officiel depuis 18 ans.

Boger avait notamment été l'arbitre du Super Bowl (la finale du championnat) XLVII, et Anderson, Johnson et Steed faisaient partie de l'équipe d'arbitrage du Super Bowl LIV.

"La présence historique de cette équipe (...) témoigne des innombrables et incommensurables contributions des arbitres officiels noirs au jeu, de leur performance exemplaire et du pouvoir d'intégration qui est la marque de ce grand sport", a déclaré Troy Vincent, vice-président des opérations footballistiques de la ligue.

Le match a été remporté par les Rams 27 à 24, grâce notamment à un touchdown de Robert Woods, inscrit à environ quatre minutes de la fin de la première période, et qui a été le premier du genre validé par une équipe arbitrale entièrement noire.

Les USA exigent désormais une caution aux touristes venant de 15 pays africains

Une femme montre les passeports de sa famille avec un visa américain à Accra, au Ghana, le 1er février 2019. Le Ghana n'est pas inclus dans le programme de garantie monétaire.

L'administration Trump a annoncé lundi une nouvelle réglementation qui obligera les touristes originaires d’une vingtaine de pays - dont 15 d’Afrique - à payer au préalable une caution en espèces comme condition à l'obtention d'un visa, selon une notification publiée dans le journal officiel du gouvernement américain.

La nouvelle règle entrera en vigueur à partir du 24 décembre et restera en place jusqu'au 24 juin 2021. Les citoyens de 15 pays africains devront verser une caution dont le montant varie entre 5 000 et 15 000 dollars (soit l’équivalent de 2,5 à 7 millions FCFA). La mesure s’appliquera uniquement aux visas de type B1 (tourisme) et B2 (voyage d’affaires).

Il appartiendra à chaque agent consulaire de déterminer la somme qui sera exigée comme dépôt de garantie d'un demandeur de visa.

Les 15 pays africains visés sont : l’Angola, le Burkina Faso, le Burundi, le Cap Vert, la République démocratique du Congo, Djibouti, l'Érythrée, la Gambie, la Guinée Bissau, le Liberia, la Libye, la Mauritanie, Sao Tomé et Principe, le Soudan et le Tchad.

En dehors de l’Afrique, les autres pays ciblés sont l'Afghanistan, le Bhoutan, l'Iran, la Syrie, le Laos et le Yémen.

Selon le gouvernement américain, ces pays sont visés parce que leurs citoyens ont tendance à rester aux États-Unis même après l'expiration de leur visa temporaire. Il s’agit donc, d’après l’administration Trump, de dissuader ceux qui ne quittent pas le territoire américain à temps.

Contactée, l'équipe de transition du président élu Joe Biden n'a pas répondu immédiatement à cette annonce.

Voir plus

XS
SM
MD
LG