Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

L'UA tente de peser dans le dossier libyen

En Libye, l'ONU, principal médiateur, "a besoin de nous maintenant", a assuré lundi Smaïl Chergui, commissaire de l'UA à la paix et la sécurité.

L'Union africaine, dont le sommet annuel s'est achevé dans la nuit de lundi à mardi, s'est engagée à être plus active et plus efficace dans la médiation des conflits qui déchirent le continent, et en particulier sur le dossier libyen, dont elle a jusqu'à présent largement été exclue.

Entre problèmes de financement et dissensions internes, les observateurs soulignent toutefois que l'UA a de nombreux défis à relever afin d'entreprendre des actions à la hauteur de ses ambitions.

Après plusieurs sommets consacrés au développement économique et aux réformes de l'UA, les débats se sont concentrés, lors de ce sommet annuel dimanche et lundi, sur la multiplication des conflits en Afrique.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui a pris pour un an la tête de l'UA dimanche, a d'ailleurs annoncé lors des discussions la tenue d'un sommet spécial en mai en Afrique du Sud, consacré exclusivement à cette thématique.

En raison de retards sur le programme, le sommet s'est achevé vers 04H00 (01H00 GMT) mardi matin et les traditionnelles session de clôture et conférence de presse de fin de sommet ont été annulées. Les décisions adoptées devraient être communiquées mardi dans la journée.

Reconnaissant l'échec de l'engagement pris en 2013 de mettre fin à toutes les guerres en Afrique, du Sahel à la Somalie en passant par l'est de la République démocratique du Congo, les dirigeants africains ont principalement parlé de deux conflits lors de ces deux jours: la Libye et le Soudan du Sud.

En Libye, l'ONU, principal médiateur, "a besoin de nous maintenant", a assuré lundi Smaïl Chergui, commissaire de l'UA à la paix et la sécurité.

"C'est un problème africain, et nous avons une sensibilité que peut-être d'autres n'ont pas", a-t-il ajouté, rappelant le "lien" entre l'instabilité en Libye et la montée en puissance des groupes jihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ces dernières années, autre problématique épineuse pour l'Afrique.

- Capacité d'action -

La Libye, qui dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d'Afrique, est plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Une trêve très précaire est entrée en vigueur le 12 janvier et des efforts sont en cours pour la convertir en cessez-le-feu durable.

Samedi, les belligérants, réunis à Genève, se sont séparés sans parvenir à un accord.

Longtemps mise à l'écart dans ce dossier où l'Union européenne est au contraire très impliquée, l'UA a pris plusieurs initiatives ces dernières semaines, notamment celle d'un forum de réconciliation que l'Algérie s'est proposée d'accueillir.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui a dit comprendre la "frustration" de cette mise à l'écart de l'UA, a assuré soutenir cette initiative.

Lundi, M. Chergui a indiqué qu'une fois un cessez-le-feu durable établi, l'UA se joindrait à l'ONU dans une mission d'observation de ce cessez-le-feu, et a dit s'attendre à ce que l'UA déménage sa mission pour la Libye à Tripoli.

"La capacité d'action de l'UA ne peut en aucun cas être comparée à l'implication de l'ONU, ne serait-ce qu'en terme de connaissance et de présence sur le terrain", a toutefois nuancé Claudia Gazzini, experte de l'International Crisis Group (ICG).

Mohamed Diatta chercheur pour l'Institut d'études de sécurité (ISS), estime, lui, que "l'UA occupera la place que les protagonistes du conflit veulent bien lui donner". "Si ces protagonistes estiment que l'UA peut apporter la solution, ils se tourneront vers elle, et ce ne sera pas à l'ONU de décider cela".

M. Diatta soutient que pour jouer un rôle prépondérant, l'UA doit dépasser ses dissensions internes sur le conflit libyen.

- Date-butoir -

Le conflit au Soudan du Sud a également été évoqué, et M. Ramaphosa a rencontré séparément samedi soir le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle, Riek Machar.

Sous l'égide de l'organisation est-africaine Igad, principal médiateur dans le conflit sud-soudanais, la guerre civile qui a fait plus de 380.000 morts et provoqué une crise humanitaire catastrophique, les deux hommes se sont ensuite rencontrés dimanche.

A l'approche de la date-butoir du 22 février pour la formation d'un gouvernement d'union, l'Igad les a réunis pour trouver un accord sur la principale pierre d'achoppement des négociations: le nombre d'États régionaux ainsi que le tracé de leurs frontières. En vain.

L'Igad a dès lors tenté de mettre la pression sur les deux dirigeants: la formation d'un gouvernement d'union, a-t-elle fait valoir, "a été reportée deux fois, en mai et en novembre 2019, et une nouvelle extension n'est ni désirable, ni faisable à ce stade du processus de paix".

Toutes les actualités

Shopify rejoint le projet de monnaie numérique Libra de Facebook

Le logo de Facebook bien visible lors d'une conference à San José (Californie), le 30 avril 2019.

Après plusieurs désistements de poids, le projet de monnaie numérique Libra de Facebook a gagné un nouveau partenaire: la plateforme de commerce en ligne Shopify, basée au Canada, a indiqué vendredi avoir rejoint l'aventure.

"Nous passons beaucoup de temps à imaginer comment améliorer le commerce dans certaines parties du monde où les infrastructures bancaires pourraient être meilleures", a déclaré Shopify dans un communiqué en ligne. "Nous sommes très contents de faire partie de l'association Libra".

La Libra sera en théorie gérée par une association indépendante composée d'entreprises et organisations à but non lucratif, basée à Genève. Mais le projet du géant des réseaux sociaux, censé voir le jour en 2020, est abondamment contesté.

Début octobre, les services de paiement PayPal, puis Stripe (ainsi que Visa, Mastercard et d'autres) se sont retirés du projet, sous la pression croissante des régulateurs américains et étrangers.

"Nous sommes très fiers d'accueillir Shopify", a réagi Dante Disparte, directeur de la Communication et des Règlements de l'association Libra. "Avec plus d'un million d'entreprises (présentes sur la plateforme) dans environ 175 pays, Shopify apporte des trésors de connaissances et d'expertise au projet Libra".

Facebook veut offrir un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels, permettant d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané, de n'importe quel endroit.

"Shopify rejoint un groupe actif de membres de l'association Libra déterminés à mettre en place un système de paiement mondial qui soit sûr, transparent et facile d'utilisation, et qui casse les barrières financières pour des milliards de personnes", a ajouté Dante Disparte.

Mais les régulateurs, qui ont fait fuir PayPal, Visa et d'autres, s'inquiètent de potentielles utilisations malveillantes de la monnaie, et pointent la mauvaise réputation du géant californien d'internet en matière de confidentialité et de protection des données personnelles.

Les Etats et Banques centrales redoutent aussi de perdre leur souveraineté: ils sont pour le moment les seuls à avoir le droit de battre monnaie.

Depuis l'automne, Facebook tente d'amadouer les différentes autorités. Mark Zuckerberg a répété à plusieurs reprises que la Libra ne serait pas lancée avant d'avoir obtenu tous les feux verts nécessaires des régulateurs.

"L'objectif de la Libra c'est d'abord de construire un système de paiement mondial, plus qu'une monnaie", avait-il insisté lors d'une audience devant des élus américains de la Commission parlementaire des services financiers, en octobre.

Fin décembre, le ministre suisse des Finances Ueli Maurer a déclaré dans une interview à la chaîne SRF que le projet Libra avait "échoué dans sa forme actuelle".

Les Etats-Unis et les talibans signeront un accord le 29 février

Les Etats-Unis et les talibans signeront un accord le 29 février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Primaires démocrates : caucus au Nevada samedi

Primaires démocrates : caucus au Nevada samedi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Un ancien conseiller de Trump condamné à 3 ans et 4 mois de prison

Un ancien conseiller de Trump condamné à 3 ans et 4 mois de prison
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Les talibans «pleinement engagés» pour un accord avec les États-Unis

Les talibans «pleinement engagés» pour un accord avec les États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG