Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Rwanda

L'opposante rwandaise Diane Rwigara acquittée d'incitation à l'insurrection

Diane Rwigara, critique du président rwandais Paul Kagame, avec son avocat, Pierre Buhuru, devant la Haute Cour de Kigali, au Rwanda, le 7 novembre 2018.

L'opposante rwandaise Diane Rwigara, critique du président Paul Kagame, a été acquittée jeudi par un tribunal de Kigali d'incitation à l'insurrection et falsification de documents, des charges qui lui ont valu d'être emprisonnée pendant plus d'un an et dénoncées comme politiques par l'intéressée.

Selon le jugement, rendu par un panel de trois juges, "les charges retenues par l'accusation sont sans fondement". La salle d'audience, remplie et dans laquelle avaient notamment pris place des membres de la famille Rwigara, a explosé de joie une fois la lecture de la décision achevée.

Les cinq coaccusés de Mme Rwigara dans cette affaire, dont sa mère Adeline, ont également été acquittés.

"C'est la preuve que toutes ces charges retenues contre moi, ma mère et des membres de ma famille étaient montées de toute pièce", a réagi Diane Rwigara. "J'ai l'énergie et le zèle pour continuer à me battre pour la liberté d'expression et les droits de l'Homme au Rwanda."

Le tribunal a estimé que les critiques de Diane Rwigara contre le gouvernement, notamment lors de conférences de presse, ne constituait pas une "incitation à l'insurrection" car elles s'inscrivent dans le cadre de son droit à la liberté d'expression garantie par la Constitution rwandaise et les lois internationales.

Les juges ont également estimé que l'accusation n'avait pas prouvé que Mme Rwigara avait falsifié des signatures dans le dossier présenté à la commission électorale en vue de sa participation à l'élection présidentielle de 2017. Le rejet de cette candidature avait été critiqué par des gouvernements occidentaux et des groupes de défense des droits de l'Homme.

Le 7 novembre, l'accusation avait requis 22 ans de prison contre Diane Rwigara et sa mère Adeline.

Adeline Rwigara était elle accusée d'"incitation à l'insurrection et promotion du sectarisme", dans un pays encore hanté par le génocide de 1994 qui fit plus de 800.000 morts essentiellement parmi la minorité tutsi.

Diane Rwigara, sa mère et sa sœur Anne avaient été arrêtées et emprisonnées en septembre 2017. Diane et sa mère ont été remises en liberté sous caution début octobre. La sœur avait recouvré la liberté un an auparavant, les charges pesant contre elle ayant été abandonnées.

Depuis son arrestation, Diane Rwigara dénonce des poursuites montées selon elle de toutes pièces par le régime pour la réduire au silence.

Le président rwandais Paul Kagame, crédité de l'important développement d'un pays exsangue au sortir du génocide de 1994, est régulièrement accusé de bafouer la liberté d'expression et de museler toute opposition.

Il a été réélu le 4 août 2017 pour un nouveau mandat de sept ans avec près de 99% des voix. Une réforme de la Constitution adoptée par référendum fin 2015 lui permet de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034.

See all News Updates of the Day

Naufrage d'un bateau en RDC: 15 corps retrouvés au Rwanda

Naufrage d'un bateau en RDC: 15 corps retrouvés au Rwanda
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:46 0:00

Le Chef politique des FDLR est mort en Allemagne

Igance Murwanashyaka, le chef policitique des rebelles hutu rwandais des FDLR, à Rome, 31 mars 2005.

Le chef politique de la rébellion hutu rwandaise, accusé d'avoir commis des exactions en RD Congo en 2009, est mort mardi en Allemagne où il était détenu et où il attendait le réexamen de sa condamnation, a indiqué mercredi le tribunal régional de Stuttgart.

Ignace Murwanashyaka est décédé mardi à 55 ans à la clinique universitaire de Mannheim, a indiqué le quotidien allemand Tageszeitung.

Son état de santé s'était brutalement détérioré le 11 avril en détention, a expliqué l'instance stuttgartoise à l'agence de presse allemande dpa en confirmant la mort mais pas le lieu.

Le tribunal a indiqué ne pas disposer d'informations plus précises sur sa maladie ni sur les causes de sa mort en raison du secret médical.

Ignace Murwanashyaka, président (chef politique) des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), avait été arrêté en novembre 2009 en Allemagne où il vivait depuis les années 80.

Il était accusé, aux côtés du vice-président des FDLR Straton Musoni, d'avoir téléguidé depuis l’Allemagne plusieurs attaques dans la région du Nord-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le tribunal de Stuttgart avait condamné Murwanashyaka à 13 ans de prison en septembre 2015, à l'issue d'un long et complexe procès, et Musoni à huit ans.

Mais cette condamnation avait été annulée en décembre par la Cour fédérale de Karlsruhe en raison "d'erreurs juridiques en sa faveur comme en sa défaveur" et devait être réexaminée.

M. Murwanashyaka, né en 1963, et M. Musoni, devaient initialement répondre de 26 crimes contre l'humanité et 39 crimes de guerre, commis en 2009, ainsi que de "la direction d'une entreprise terroriste à l'étranger".

Mais la cour avait finalement abandonné les trois quarts des accusations pour se concentrer sur les meurtres, expliquant ne pas vouloir mettre en péril les enfants-soldats recrutés de force et les femmes violées.

Plusieurs rapports d'experts désignaient Ignace Murwanashyaka comme le chef de l'organisation depuis fin 2001, sous le nom de code Mihigo.

Recherché par Kigali et objet de sanctions des Nations unies depuis 2005, il a fait sa vie en Allemagne après ses études.

Les FDLR sont présentes dans l'est de la RDC depuis 1994. Certains de leurs chefs sont accusés d'être responsables du génocide au Rwanda perpétré par le régime hutu extrémiste sur les Tutsis et les Hutus modérés, avant leur renversement par les forces pro-Tutsi de l'actuel président rwandais Paul Kagame.

La RDC a été ravagée par deux guerres régionales (1996-1997 et 1998-2003), entamées dans le Kivu par des rébellions qui se sont élargies, allant jusqu'à impliquer sept pays africains sur le sol congolais, dont le Rwanda.

Un jour avec les pêcheurs de Rubavu

Un jour avec les pêcheurs de Rubavu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Idriss Fall s’est entretenu avec Jean-François Dupaquier, journaliste français et auteur de plusieurs livres sur le génocide

Idriss Fall s’est entretenu avec Jean-François Dupaquier, journaliste français et auteur de plusieurs livres sur le génocide
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Idris Fall s’est entretenu avec Françoise Gahamanyi ancienne présidente de tribunal Gacaca

Idris Fall s’est entretenu avec Françoise Gahamanyi ancienne présidente de tribunal Gacaca
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG