Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'ONU dénonce de possibles "crimes de guerre" au Soudan du Sud


Des soldats de la paix de la Mission des Nations Unies à Bentiu, au Soudan du Sud, le 18 juin 2017.

Le Haut-commissariat aux droits de l'Homme a dénoncé de "graves violations des droits de l'Homme (...) pouvant s'apparenter à des crimes de guerre" au Soudan du Sud.

Un rapport du Haut-commissariat rendu public mardi "répertorie des actes (qui) constituent de graves violations des droits de l'Homme et des abus au regard du droit humanitaire international - pouvant s'apparenter à des crimes de guerre", explique le Haut-commissariat, dans un communiqué.

Selon les investigations conduites par l'ONU, entre le 16 avril et le 24 mai, "au moins 232 civils ont été tués et de nombreux autres blessés dans des attaques menées par les forces gouvernementales, leurs alliés et des groupes de jeunes armés dans des villages de zones contrôlées par l'opposition, à Mayendit et Leer".

>> Lire aussi : Les belligérants sud-soudanais d'accord pour retirer leurs forces des "zones urbaines"

"Les civils ont été pris pour cibles, les personnes âgées, les handicapés et les enfants très jeunes tués dans de terribles actes de violence - certains victimes de pendaisons ou brûlés vifs dans leurs maisons", affirme le rapport rappelant que ces violences s'inscrivent dans un contexte plus large dans lequel "les forces de l'opposition ont également mené des attaques armées faisant des victimes civiles".

Au cours des attaques gouvernementales d'avril-mai, relève l'ONU, les violences sexuelles ont été utilisées "comme arme de guerre", poursuit-il, affirmant qu'"au moins 120 femmes et jeunes filles ont été victimes de viols ou de viols collectifs, parmi lesquelles une petite fille de quatre ans".

"Les auteurs de ces actes révoltants visant des civils sans défense, y compris ceux qui portent la responsabilité du commandement, ne doivent pas pouvoir s'en tirer", a affirmé le Haut-commissaire aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, cité dans le communiqué.

>> Lire aussi: L'opposition accuse le gouvernement de violer le cessez-le-feu au Soudan du Sud

"Le gouvernement du Soudan du Sud et la communauté internationale sont dans l'obligation d'assurer la justice" dans le pays afin que les responsables de ces violences rendent des comptes, a estimé. M. Zeid.

Deux ans après avoir obtenu son indépendance du Soudan, à l'issue de plusieurs décennies de luttes, le Soudan du Sud s'est enfoncé dans une guerre civile en 2013 quand le président Salva Kiir a accusé son ex-vice-président, Riek Machar, de fomenter un coup d'Etat.

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés. D'effroyables atrocités contre les civils ont été commises par les deux camps: massacres ethniques, enrôlement d'enfants soldats, viols de masse, meurtres, tortures...

Avec AFP

XS
SM
MD
LG