Liens d'accessibilité

Mnangagwa appelle Mugabe à démissionner, le conseil des ministres boudé

  • VOA Afrique

L'ex-vice-président Emmerson Mnangagwa, à gauche, discutant avec le président Mugabé lors d'une cérémonie à Harare le 12 décembre 2014 (AP Photo/Tsvangirayi Mukwazhi)

Alors que l'ancien vice-président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a appelé le président du Zimbabwe Robert Mugabe à démissionner, la plupart des membres du gouvernement zimbabwéen ont boycotté mardi le conseil des ministres convoqué par le président.

L'ancien vice-président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa, limogé il y a deux semaines, a appelé mardi le président Robert Mugabe à démissionner et indiqué qu'il ne rentrerait pas dans son pays tant que sa sécurité ne serait pas garantie.

"J'invite le président Mugabe à ternir compte des appels lancés par le peuple à sa démission de façon à ce que le pays puisse avancer et préserver l'héritage" du chef de l'Etat, a déclaré M. Mnangagwa dans une déclaration remise à la presse.

M. Mnangagwa a été écarté le 6 novembre, sur l'insistance de la Première dame Grace Mugabe qui lui disputait la succession du président âgé de 93 ans. Son éviction a provoqué l'intervention de l'armée, qui contrôle le pays depuis la nuit du 14 au 15 novembre.

Le plus vieux dirigeant en exercice de la planète a depuis refusé de quitter le pouvoir, malgré les pressions de l'armée, de son parti qui l'a lâché et de la rue.

Le Parlement doit engager mardi une procédure de destitution contre lui.

Dans son texte, Emmerson Mnangagwa, à l'étranger depuis son limogeage, a confirmé qu'il était en contact avec le président Mugabe, ainsi que l'avait relevé lundi soir le chef d'état-major de l'armée, le général Constantino Chiwenga.

"Je peux confirmer que le président (...) m'a invité à rentrer au pays pour une discussion sur les événements politiques en cours dans la nation. Je lui ai répondu que je ne rentrerai pas tant que je ne suis pas satisfait des conditions de ma propre sécurité", a expliqué Emmerson Mnangagwa.

Large boycott du conseil des ministres convoqué par Mugabe

La plupart des membres du gouvernement zimbabwéen ont boycotté le conseil des ministres convoqué par le président Robert Mugabe, pressé par l'armée, la rue et son propre parti de démissionner, a rapporté le quotidien d'Etat The Herald.

"Des ministres ont snobé la réunion, perturbant la tenue du conseil", a rapporté le journal sur son site internet, alors que le Parlement doit engager dans l'après-midi une procédure de destitution contre Robert Mugabe, au pouvoir depuis 1980.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG