Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

L'ancien président guinéen Alpha Condé en exil ?

Alpha Condé, alors président de la Guinée, à Paris, en France, le 10 novembre 2018.

Le président déchu de la Guinée Alpha Condé, 83 ans, renversé par un coup d'Etat militaire le 5 septembre, a été autorisé vendredi à quitter le pays pour des examens médicaux.

"En concertation avec la Cédéao, l'ancien président Alpha Condé est autorisé à aller se faire consulter à l'extérieur pour une période d'un mois", indique un communiqué du gouvernement lu vendredi soir à la télévision publique. La date de son départ n'a pas été précisée.

Les faits marquants de 2021 en Guinée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:12 0:00


La libération de M. Condé fait partie des exigences de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao), avec la tenue d'élections dans les six mois. La Cédéao a suspendu la Guinée de ses instances et sanctionné individuellement les membres de la junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, qui s'est fait investir président de transition.

M. Condé, à la tête du pays pendant près de 11 ans, a été détenu au secret pendant douze semaines, jusqu'à ce que la junte l'autorise à résider chez son épouse dans la banlieue de Conakry. Il est en résidence surveillée selon la presse.

La junte avait affirmé dans un communiqué le 17 septembre qu'Alpha Condé "est et demeurera en Guinée".

La junte n'avait pas précisé pas si le séjour de M. Condé chez sa femme était assorti de restrictions de la part des militaires.

Le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), la junte qui a pris la direction du pays après le putsch, "continuera à assurer à l’ancien chef de l’Etat un traitement digne de son rang, et ceci sans aucune pression nationale et internationale", disait le communiqué.

L'ex-dirigeant Moussa Dadis Camara de retour à Conkary après 11 ans d’exil
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00


Les Guinéens, exaspérés par la pauvreté, la corruption et la répression, ont globalement accueilli favorablement le coup d'Etat. Le colonel Doumbouya a promis de rendre le pouvoir aux civils après des élections dont la date reste inconnue.

M. Condé avait fait adopter par référendum en mars 2020 une nouvelle Constitution et invoqué ce changement de loi fondamentale pour se représenter après deux mandats, malgré des mois de contestation réprimée dans le sang. Sa réélection en octobre 2020, vigoureusement contestée par l'opposition, avait été précédée et suivie par des dizaines d'arrestations.

Toutes les actualités

La justice guinéenne ordonne d'enquêter sur les crimes sous l'ex-président Condé

Le président Alpha Condé devant ses militants à Conakry, le 29 février 2020. (VOA/Zakaria Camara)

La justice guinéenne a ordonné l'ouverture d'investigations sur les crimes présumés commis sous l'ex-président Alpha Condé, renversé par un coup d'Etat en septembre 2021.

"Je vous instruis (...) d’engager sans délai ou faire engager les poursuites judiciaires ou de saisir la juridiction ou les juridictions compétentes autour des faits présumés commis pendant la période allant de 2010 à 2020 par des personnes qui restent à identifier", indique le procureur général près la Cour d'appel de Conakry Alphonse Charles Wright dans un courrier consulté par l'AFP vendredi et adressé aux procureurs sous ses instructions.

La période mentionnée couvre celle pendant laquelle Alpha Condé a dirigé la Guinée (2010-2021) avant d'être renversé par un coup d'Etat militaire dirigé par le colonel Mamady Doumbouya, qui s'est fait investir depuis président de transition.

Le procureur général cite parmi les faits sur lesquels enquêter les meurtres, les disparitions forcées, les arrestations ou les enlèvements par des agents de l'Etat, les actes de torture et les atteintes aux libertés individuelles.

Les enquêtes s'appuieront sur des appels à témoins, des auditions de victimes, des réquisitions judiciaires "sans aucune forme d'opposition de secret professionnel", indique le procureur général.

Les dernières années de M. Condé à la tête du pays ont été marquées à partir de 2019 par un exercice de plus en plus autoritaire du pouvoir, selon les défenseurs des droits humains, face à une vive contestation contre un troisième mandat du président. La contestation, plusieurs fois brutalement réprimée, a fait des dizaines de morts civils et quelques morts dans les rangs des forces de sécurité.

La réélection de M. Condé en octobre 2020, vigoureusement contestée par l'opposition, a été précédée et suivie par des dizaines d'arrestations.

Le colonel Doumbouya a assuré qu'il n'y aurait pas de "chasse aux sorcières" mais que la justice sera la "boussole" du pays.

L'ordre d'ouvrir des investigations intervient alors que M. Condé, en résidence surveillée à Conakry, vient d'être autorisé à suivre des soins médicaux à l’étranger pendant un mois.

M. Condé, 83 ans, n'a pas encore quitté le pays.

Expulsés de l'AGOA, les exportateurs guinéens s'adaptent à la perte du marché américain

Expulsés de l'AGOA, les exportateurs guinéens s'adaptent à la perte du marché américain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:19 0:00

Guinée: une centaine de partis créent une plateforme commune

Guinée: une centaine de partis créent une plateforme commune
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Les faits marquants de 2021 en Guinée

Les faits marquants de 2021 en Guinée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG