Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Kinshasa félicite les forces de sécurité après les marches anti-Kabila


Un véhicule blindé de la police patrouille à Kinshasa, RDC, 30 novembre 2017.

Les autorités congolaises ont salué mercredi la "rigueur" et la "fermeté" des forces de sécurité de la République démocratique du Congo, trois jours après la répression des marches anti-Kabila ayant fait douze morts selon les organisateurs.

Le gouvernement tient à "féliciter les forces de police et de sécurité qui, sur l'ensemble du territoire national, ont respecté le mot d'ordre de rigueur, de fermeté et de conformité au droit international humanitaire dans la gestion" des marches du 31 décembre 2017, a déclaré le porte-parole du gouvernement Lambert Mende lors d'une conférence de presse.

Huit morts et une centaine d'arrestations en marge des manifestations anti-Kabila en RDC (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

>> Lire aussi : L'archevêque de Kinshasa dénonce une "barbarie" lors de la répression des marches anti-Kabila

Dimanche, des marches de catholiques exigeant l'application d'un accord de sortie de crise née du maintien au pouvoir du président Joseph Kabila - signé fin 2016 entre la majorité et l'opposition sous l'égide des évêques - ont été réprimées dans le sang par les forces de sécurité du pays. Les messes ont été dispersées à coups de gaz lacrymogène dans les églises.

Dans un communiqué, la Fédération internationale des chrétiens pour l'abolition de la torture (FIACAT) a protesté "contre ces atteintes graves au droit de réunion pacifique, à la liberté d'expression, à la liberté de religion".

La FIACAT "recommande expressément une enquête internationale" pour établir "les responsabilités" et "éviter la répétitivité de ces violations".

Le bilan de la répression de ces marches est au coeur d'une polémique entre la police congolaise qui dit qu'"aucun mort" n'a été enregistré parmi les manifestants et d'autres sources qui font état de victimes, une douzaine de morts pour les organisateurs des marches, au moins cinq selon l'ONU.

>> Lire aussi : Polémique sur le nombre de morts après des marches anti-Kabila en RDC

Mardi, l'influent archevêque de Kinshasa, Laurent Monsengwo Pasinya, a qualifié de "barbarie" la répression de cette "marche pacifique et non violente" organisée à l'appel des laïcs catholiques de Kinshasa.

"Nous ne pouvons que dénoncer, condamner et stigmatiser les agissements de nos prétendus vaillants hommes en uniforme qui traduisent malheureusement, et ni plus ni moins, la barbarie", avait déclaré le prélat.

"Il est temps que la vérité l'emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD Congo", a-t-il ajouté.

A Kinshasa, des messes anti-Kabila dispersées dans des églises (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:43 0:00

Pour M. Mende, les propos du cardinal Monsengwo étaient "une déclaration politique d'une rare violence".

"C'est injuste de la part du cardinal de ne pas reconnaitre le professionnalisme des forces de l'ordre", a-t-il dit.

Mercredi, l'Union européenne (UE) a dénoncé "le recours à la violence" et "le blocage de médias" par les autorités congolaises, regrettant une "grave atteinte" à la liberté d'expression face aux actions populaires demandant une alternance à la tête de la RDC.

Le mandat de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, s'est achevé en décembre 2016, la Constitution lui interdit de se représenter mais l'autorise à rester en fonction jusqu'à l'élection de son successeur.

La présidentielle est prévue le 23 décembre 2018 alors que l'accord de la Saint-Sylvestre 2016 prévoyait la tenue de ce scrutin fin 2017.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG