Liens d'accessibilité

250.000 habitants pourraient fuir les combats à Mossoul, prévient l'ONU


Les combattants chiites des Forces de Mobilisation Populaire patrouillent dans un quartier récemment libéré des mains de militants du groupe Etat islamique dans l'est de Mosul, Irak, 25 janvier 2017.

Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) et d'autres organisations se préparent activement à répondre "à une possible nouvelle fuite importante d'Irakiens échappant à la dernière phase programmée de l'offensive militaire dans l'ouest de Mossoul", a déclaré aux journalistes le porte-parole du HCR, Matthew Saltmarsh.

Quelque 250.000 Irakiens pourraient fuir la ville de Mossoul en prévision d'une nouvelle offensive militaire vers les quartiers ouest, tenus par les islamistes, a averti vendredi l'ONU.

Selon Matthew Saltmarsh, jusqu'à un quart de million de personnes pourraient quitter les quartiers ouest où vivent quelque 750.000 habitants.

"Une population importante est prise au piège dans l'ouest de Mossoul et nous sommes bien sûr extrêmement inquiets à leur sujet", a dit M. Saltmarsh.

Déjà plus de 161.000 personnes ont fui la ville depuis le déclenchement d'une offensive militaire le 17 octobre contre le groupe Etat Islamique (EI), mais près de 30.000 sont revenues après la reconquête par l'armée irakienne de la partie est de la ville.

Les combats qui s'annoncent pour reprendre l'ouest de Mossoul risquent d'être encore plus meurtriers car les militants de l'EI sont retranchés dans les ruelles étroites de la Vieille Ville.

Le HCR, qui a mis en place sept camps et en a deux autres en cours de construction, peut actuellement accueillir environ 66.000 personnes.

Le porte-parole a indiqué que l'agence a l'intention de presque doubler à court terme sa capacité d'accueil, mais attend que des terrains lui soient alloués.

D'ici la fin mars, le HCR espère pouvoir offrir un abri à 246.930 personnes dans des camps et des sites d'urgence, a-t-il précisé.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG