Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Huit policiers tués par une mine au Kenya


La police kenyane près d'une barrière qui bloque l'accès des véhicules et des piétons, dans un contexte de sécurité renforcée devant la Cour suprême à Nairobi, au Kenya, le 14 novembre 2017.

Cinq policiers kényans et trois réservistes ont été tués dimanche par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule sur une route de Wajir (nord-est du Kenya), a annoncé un responsable de la sécurité.

"Nous avons subi une attaque cette après-midi et huit policiers ont été tués", a déclaré le coordonnateur régional du Nord-Est et principal responsable de la sécurité, Mohamud Ali Saleh.

L'explosion a eu lieu à Bojigaras, dans l'est du comté de Wajir.

"Nous soupçonnons que les shebab sont mêlés à cela et nous sommes à leur recherche," a-t-il dit.

L'utilisation d'engins artisanaux contre les patrouilles de police et de l'armée dans les régions frontalières du nord et de l'est, près de la Somalie, est relativement commune. Les shebab ont par le passé revendiqué plusieurs attaques de ce type qui on tué des dizaines de policiers et soldats kényans.

>> Lire aussi : Cinq policiers tués dans l'explosion d'une mine artisanale au Kenya

Affiliés à Al-Qaïda, les shebab ont juré la perte du gouvernement fédéral somalien et promis en lieu et place d'instaurer un régime fondé sur une interprétation rigoriste de la charia (loi islamique).

Chassés de Mogadiscio en 2011, ils ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, jusque dans la capitale et contre des bases militaires somaliennes ou de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom - plus de 20.000 hommes).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG