Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Gabon

Huit ans de prison requis pour un blogueur hostile au pouvoir

Un marchand de journaux cherche des clients à un lampadaire à Libreville le 29 août 2016 tout en affichant des journaux locaux rapportant le résultat des élections présidentielles au Gabon.

Une peine de 8 ans de prison, dont 3 avec sursis, a été requise lundi par le procureur de la République envers un blogueur militant gabonais qui avait en 2017 projeté des vidéos hostiles au pouvoir dans un lieu public, a indiqué son avocat à l'AFP.

Hervé Mombo Kinga a comparu lundi au tribunal de Libreville pour sa première audience depuis son arrestation le 31 août 2017, selon son avocat, Anges Kevin Nzigou.

M. Mombo Kinga est poursuivi pour "propagande tendant à troubler l'ordre public" et "outrage envers le président de la République".

Il avait "monté un podium dans un lieu public" et projeté des "vidéos et messages d'incitation à la révolte contre les autorités de l'Etat, à la haine et à la désunion", avait déclaré à l'époque de son arrestation le procureur Steeve Ndong Essame Ndong, qui a été remplacé depuis.

Le verdict est attendu le 4 février, selon Me. Nzigou.

"Il serait irréaliste qu'il reste en prison après le 4 février car le tribunal a bien compris qu'il s'agissait d'un délit d'opinion et que cette détention devenait extravagante", a commenté l'avocat.

Le jour de son arrestation le 31 août 2017, une quinzaine de partisans de l'opposition avaient été arrêtés en marge d'un rassemblement organisé un an après l'annonce de la réélection du président Ali Bongo Ondimba, le 31 août 2016.

L'annonce de cette réélection, toujours contestée par une partie de l'opposition, avait provoqué des violences inédites au Gabon.

Avec AFP

Toutes les actualités

L'Italien Attilio Viviani remporte la première étape de la course cycliste Tropicale Amissa Bongo

L'Italien Attilio Viviani remporte la première étape de la course cycliste Tropicale Amissa Bongo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:30 0:00

Grogne sociale : le gouvernement demande une trêve de trois ans

Grogne sociale : le gouvernement demande une trêve de trois ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:20 0:00

Le Gabon entre l'anglais et le français

Le Gabon entre l'anglais et le français
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Quatre marins chinois kidnappés au Gabon libérés au Nigeria

Un bateau est amarré dans le port de Port-Gentil au Gabon, le 17 janvier 2017. (VOA/ Timothee Donangmaye)

Quatre marins chinois enlevés à la mi-décembre dans l'Estuaire du Gabon, zone habituellement préservée de la piraterie de la région, ont été libérés au Nigeria, a annoncé le consulat de Chine à Lagos.  

"Le consulat général de Lagos (Nigeria) a travaillé avec les ambassades concernées et les entreprises chinoises pour combiner les efforts déployés à leur sauvetage, et les otages ont été libérés sains et saufs", affirme un communiqué en chinois daté du 12 janvier et publié sur le site du consulat.

Le consul général, Chu Maoming, a rendu visite aux marins libérés avant leur retour en Chine et a souligné que "la piraterie est rampante au Nigeria et la criminalité transfrontalière est un lourd problème" dans le golfe de Guinée.

Un responsable des services de sécurité nigérians a confirmé à l'AFP mardi sous couvert d'anonymat que les quatre marins chinois avaient été "sauvés par une force conjointe nigériane en haute mer, au niveau d'Escravos", au large de l'Etat de Delta, coeur pétrolier du Nigeria, où sévissent de nombreuses bandes criminelles.

Dans la nuit du 21 au 22 décembre, des pirates avaient attaqué quatre navires en rade de Libreville, tué un commandant de bord gabonais et enlevé quatre employés chinois.

Le golfe de Guinée, qui s'étend des côtes du Sénégal à celles de l'Angola en passant par celles du Nigeria, sur 5.700 km, est devenu ces dernières années le nouvel épicentre de la piraterie mondiale devant le golfe d'Aden, au large de la Somalie.

Début janvier, quatre membres de la marine nigériane ont été tués et deux Russes ainsi qu'un ressortissant indien, membres d'équipage d'un navire pétrolier, ont été kidnappés, puis libérés quelques jours plus tard.

Fin décembre, un pétrolier grec ancré au large d'un port du Cameroun voisin a été pris d'assaut par des hommes armés qui ont enlevé le capitaine et sept membres de son équipage.

Les pirates, originaires du sud du Nigeria, zone très pauvre malgré les deux millions de barils de pétrole qui en sont exportés chaque jour, n'hésitent plus, ces derniers mois, à dépasser les eaux territoriales nigérianes, pour lancer des attaques sur des navires au large des ports du Cameroun, du Bénin ou du Togo.

La traque des suspects des détournements de fonds se poursuit

La traque des suspects des détournements de fonds se poursuit
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG