Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Hong Kong : les électeurs ont affiché leur mécontentement admet Carrie Lam

La cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, lors d'une conférence de presse à Hong Kong, le 26 novembre 2019.

La cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, a reconnu mardi que le taux de participation record aux élections locales de dimanche soulignait le mécontentement des électeurs à l'égard du gouvernement, confronté depuis plusieurs mois à des manifestations violentes.

Carrie Lam, dont les manifestants antigouvernementaux réclament le départ, a remercié les habitants du territoire semi-autonome d'avoir voté dans un climat pacifique.

Les élections locales ont donné lieu à une victoire historique des candidats pro-démocratie, lesquels ont obtenu près de 90% des 452 sièges du conseil de district contre seulement une centaine lors du précédent scrutin il y a quatre ans.

D'après les données officielles, le taux de participation a presque doublé par rapport à 2015 pour dépasser 71% dans la ville de 7,4 millions d'habitants, au cours d'un rare week-end de répit depuis que le mouvement de contestation a éclaté.

Lam a dit espérer que le calme constaté durant le week-end n'était pas seulement dû au scrutin mais le signe que la population de l'ancienne colonie britannique voulait la fin des violences.

Toutes les actualités

Arrivée à Washington de 221 Afghans qui avaient aidé les troupes américaines

Josh Habib, (extrême gauche), interprète pour les Marines américains dans le district de Nawa, dans la province afghane de Helmand, le 2 juillet 2009.

Le premier vol spécial ramenant des Afghans ayant travaillé avec des Américains depuis l'invasion en 2003 a atterri vendredi à l'aéroport international de Dulles, dans la périphérie de Washington.

À bord se trouvaient plus de 221 personnes, dont 57 enfants et 15 bébés. Il s’agit des familles des interprètes et autres auxiliaires qui craignent des représailles de la part des talibans qui leur reprochent d’avoir aidé l’ennemi.

Le président américain Joe Biden s’est dit fier de les accueillir.

M. Biden a qualifié ce vol d'"étape importante". "J’aimerais remercier ces courageux Afghans d'avoir soutenu les États-Unis, et aujourd'hui, je suis fier de leur dire : ‘Bienvenue à la maison’ ", a déclaré M. Biden dans un communiqué.

Le secrétaire d'État Antony Blinken et le secrétaire à la défense Lloyd Austin ont félicité les Afghans pour leur travail aux côtés des Américains et ont déclaré que leur arrivée démontrait l'engagement du gouvernement américain à leur égard.

Cependant, une agence qui milite pour les réfugiés a déclaré que l'administration Biden n’est pas encore parvenue à trouver une solution pour des milliers d'autres Afghans.

"À ce jour, il n'existe tout simplement aucun plan clair sur la manière dont la grande majorité de nos alliés seront mis en sécurité", a déclaré Krish O'Mara Vignarajah, président de l'agence de réinstallation Lutheran Immigration and Refugee Service, à propos des interprètes afghans.

"Nous ne pouvons pas, en toute conscience, les mettre en danger dans des pays tiers dont le bilan en matière de droits de l'homme n'est pas fiable, ou dans lesquels les talibans pourraient les atteindre", a ajouté le responsable de la réinstallation.

Jeudi, le Congrès a approuvé à une écrasante majorité une loi qui autoriserait l'octroi de 8 000 visas supplémentaires et un financement de 500 millions de dollars pour la réinsertion des Afghans.

Au pouvoir depuis Janvier, Joe Biden a annoncé que les États-Unis retireraient toutes leurs troupes d'Afghanistan d'ici le 11 septembre, honorant ainsi un accord de retrait conclu par l'ancien président Donald Trump.

Les Afghans nouvellement arrivés rejoindront les 70 000 autres personnes qui se sont réinstallées aux États-Unis depuis 2008 dans le cadre de ce programme de visa spécial.

Washington et Moscou tentent de stabiliser leurs relations

Washington et Moscou tentent de stabiliser leurs relations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Tokyo sous le choc: fin de parcours pour Simone Biles et Naomi Osaka

Image composite de Naomi Osaka (à gauche) et Simone Biles.

Les fans des Jeux olympiques de Tokyo ont subi un double choc ce mardi avec le départ inattendu de deux athlètes féminines très populaires : la gymnaste américaine Simone Biles et la joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka.

La championne olympique de gymnastique en titre, Simone Biles, est exclue de la finale par équipes "pour des raisons médicales", selon l'Agence France Presse, citant une source au sein de la délégation américaine à Tokyo. Il n'est pas certain qu'elle revienne pour les épreuves individuelles, ajoute la même source.

La star américaine de 24 ans, considérée comme la plus grande gymnaste de tous les temps, s'est entretenue avec un entraîneur après son saut. Elle a ensuite quitté le sol de la compétition avec le médecin de l'équipe.

Simone Biles est revenue quelques minutes plus tard avec sa jambe droite enveloppée. Elle a enlevé les poignées de sa barre, embrassé ses coéquipières avant d'enfiler une veste et un pantalon de survêtement.

La gymnaste américaine Simone Biles, le mardi 27 juillet 2021, à Tokyo.
La gymnaste américaine Simone Biles, le mardi 27 juillet 2021, à Tokyo.

Les Américaines seront obligées de terminer le reste de la compétition sans elle, ce qui pourrait entraver sérieusement leur tentative de remporter un troisième titre olympique consécutif.

Élimination surprise de Naomi Osaka

Mardi également, la superstar japonaise Naomi Osaka a été battue de manière inattendue par Marketa Vondrousova, de la République tchèque, lors du troisième tour de la compétition de tennis.

"Masaka" (impossible!) ont titré en une plusieurs journaux japonais.

La joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka, quitte le court central après avoir été battue par Marketa Vondrousova, de la République tchèque, mardi 27 juillet 2021, à Tokyo, au Japon.
La joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka, quitte le court central après avoir été battue par Marketa Vondrousova, de la République tchèque, mardi 27 juillet 2021, à Tokyo, au Japon.

Une déception qui survient quatre jours seulement après que Naomi Osaka a captivé l'attention mondiale lorsqu'elle a arpenté les marches pour allumer la vasque olympique, marquant l'ouverture officielle des Jeux.

L'onde de choc s'est aussi ressentie en bourse, avec la chute des actions de Yonex, fabricant japonais de raquettes de tennis, l'un des principaux sponsors de Naomi Osaka.

Afghanistan: l'ONU redoute un nombre de victimes civiles sans précédent en 2021

Un policier afghan surveille le poste de contrôle à la périphérie de Kaboul, en Afghanistan, le 13 juillet 2021.

L'ONU craint qu'un nombre "sans précédent" de civils soient tués ou blessés en 2021 en Afghanistan en cas de poursuite des combats, lesquels se sont intensifiés depuis le déclenchement en mai d'une offensive généralisée des talibans.

Dans son rapport sur les victimes civiles au premier semestre 2021, la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama) dit s'attendre à ce que l'année en cours soit la plus meurtrière pour les civils afghans depuis 2009, date à laquelle a commencé ce comptage.

"Les pertes civiles en Afghanistan au premier semestre 2021 ont atteint des niveaux records, avec une hausse particulièrement brutale (du nombre) des morts et des blessés depuis mai, quand les forces internationales ont entamé leur retrait et que les combats se sont intensifiés après l'offensive des talibans", note l'Unama.

La représentante spéciale de l'ONU à Kaboul, Deborah Lyons, a prévenu dans un communiqué qu'un "nombre sans précédent de civils afghans vont périr et être gravement blessés cette année si l'intensification de la violence n'est pas jugulée".

Mme Lyons "implore les talibans et les dirigeants afghans de tenir compte de la trajectoire sinistre et effrayante que prend le conflit et de son effet dévastateur sur les civils" et les appelle à "intensifier (leurs) efforts" de négociations.

"La poursuite d'une solution militaire ne fera qu'accroître les souffrances du peuple afghan", souligne-t-elle, alors que les pourparlers entre gouvernement afghan et talibans, ouverts en septembre 2020 au Qatar, n'ont pour l'heure connu aucune avancée.

Selon l'Unama, 1.659 civils ont été tués et 3.254 blessés au cours des six premiers mois de l'année, 47% de plus qu'au premier semestre 2020. Près de la moitié de ces victimes sont des femmes et des enfants.

Près de la moitié des victimes civiles de l'ensemble du premier semestre, a été enregistrée au cours des deux seuls mois de mai et juin, les deux premiers de l'offensive tous azimuts des talibans à travers le pays (783 civils tués, 1.609 blessés).

- "Afghans contre Afghans" -

Les groupes antigouvernementaux sont responsables de 64% des victimes civiles enregistrées au premier semestre 2021: 39% sont attribuables aux talibans, 9% au groupe État islamique et 16% à des "éléments indéterminés", selon la mission onusienne.

L'Unama dénonce notamment les assassinats ciblés de fonctionnaires civils, défenseurs des droits humains, membres de la presse, chefs religieux et travailleurs humanitaires perpétrés par ces groupes et la recrudescence d'attaques délibérées visant les membres de la minorité chiite, principalement issus de la communauté hazara.

Les talibans ont rejeté dans un communiqué le contenu du rapport: "Au cours des six derniers mois, les combattants (talibans) n'ont délibérément tué aucun civil où que ce soit, ou mené des attaques ayant pu conduire à la mort de civils".

Ils accusent "au contraire, les bombardements aveugles à grande échelle" des forces afghanes d'avoir "visé des civils" et "tué des milliers d'entre eux".

L'Unama attribue aux forces pro-gouvernementales la responsabilité de 25% des victimes civiles, dont l'essentiel aux forces de défense et de sécurité.

Dans 11% des cas, les responsables n'ont pu être identifiés.

Human Rights Watch a récemment fait part "d'indices croissants" d'atrocités commises envers des civils par les talibans dans les zones dont ils se sont emparées, notamment le district méridional de Spin Boldak, près de la frontière pakistanaise.

Sans faire référence au rapport onusien, le porte-parole des forces afghanes de sécurité, Ajmal Omar Shinwari, a affirmé lundi, sans autre détails, qu'environ 400 personnes avaient été "emmenées hors de chez eux" à Spin Boldak et 100 tuées depuis que les insurgés ont pris le contrôle du district, mi-juillet.

Pour la première fois depuis 2009, l'ONU n'attribue aucune victime civile aux forces internationales dont le retrait définitif, entamé début mai, est désormais quasiment achevé, et souligne que "le conflit a pris un caractère distinctement +Afghans contre Afghans+".

Les États-Unis ont toutefois annoncé dimanche soir qu'ils poursuivraient leurs frappes aériennes contre les talibans si ceux-ci continuaient leur offensive.

Les talibans se sont emparés depuis presque trois mois de vastes pans de territoire, essentiellement ruraux. Les forces afghanes ne contrôlent plus pour l'essentiel que les principaux grands axes et les capitales provinciales.

Soulignant que la majorité des combats des mois meurtriers de mai et juin s'est déroulée "hors des villes, dans des zones comparativement peu peuplées, l'Unama avertit "des conséquences potentiellement catastrophiques pour les civils afghans" en cas d'opérations militaires "dans des zones urbaines densément peuplées".

JO-2020 - Tennis: Osaka passe sans encombre en 8e

La Japonaise Naomi Osaka, lors d'un match Jeux olympiques d'été de 2020, lundi 26 juillet 2021, à Tokyo, au Japon.

La Japonaise Naomi Osaka a poursuivi sans encombre son parcours aux Jeux olympiques de Tokyo, battant mardi la Suissesse Viktorija Golubic pour décrocher sa place en huitièmes.

Au lendemain de son entrée en lice, après deux mois d'absence pour des raisons personnelles, la N.2 mondiale n'a laissé filé que cinq jeux face à la 50e mondiale, s'imposant 6-3, 6-2.

Après une entame équilibrée, Osaka a serré le jeu à la fin du premier set et fait le break au moment idéal pour prendre les devants au score, avant de breaker à deux reprises son adversaire dès le début de la deuxième manche. La partie a été bouclée en 1h07.

Pour tenter d'atteindre les quarts, elle affrontera la gagnante du match entre la Tchèque Marketa Vondrousova (42e) et la Roumaine Mihaela Buzarnescu (134e).

Après la défaite dimanche de la N.1 mondiale Ashleigh Barty dès le premier tour, Osaka fait plus que jamais figure de grande favorite dans ces Jeux, qui se déroulent dans son pays natal.

"Je suis ici pour passer un bon moment", a-t-elle tweeté lundi.

Voir plus

XS
SM
MD
LG