Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Hausse de la traite des femmes en provenance de Côte d'Ivoire

Un nombre croissant de femmes et de jeunes filles de Côte d'Ivoire sont victimes de traite d'êtres humains vers l'Afrique du Nord et l'Europe, alerte l'Organisation Internationale pour les Migrations.

Des équipes de lutte contre la prostitution et le travail forcé ont noté une augmentation du nombre de personnes qui traversent la Méditerranée et une augmentation des appels à l'aide aux points de débarquement en Italie, selon un communiqué publié le à l'occasion de la Journée européenne contre la traite d'êtres humains le 18 octobre.

"Beaucoup sont recrutées dans leur pays avec la promesse d'être embauchées comme domestiques ou serveuses et sont en réalité soumises à une vie de servitude à leur arrivée en Tunisie ou en Libye", a déclaré Laurence Hart, chef du bureau de coordination de l'OIM pour la Méditerranée, cité dans le communiqué.

Elles sont alors "victimes d'abus sexuels, de mauvais traitements, de violence et de privation de liberté". Ces femmes sont aussi souvent la proie de contrebandiers dont le but est "de les exploiter à leur arrivée en Italie ou dans d'autres pays de l'Union Européenne", a-t-il ajouté.

Si l'on constate une baisse du nombre total de migrants ivoiriens arrivant par mer en Italie, le pourcentage de femmes et de jeunes filles concernées est en hausse, indique l'OIM. Alors qu'elles ne représentaient que 8% des Ivoiriens ayant débarqué en 2015, elles sont 46% du total en 2019.

Une Ivoirienne retrouvée noyée avec son bébé de huit mois serré dans ses bras, dont les corps ont été retrouvés au fond de la Méditerranée, sont devenus le symbole d'un naufrage survenu début octobre et dans lequel de nombreuses femmes ont péri noyées.

Toutes les actualités

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:36 0:00

Relance économique et vaccins au menu d'une réunion entre l'Afrique et la Banque mondiale

Un agent de santé au Soudan reçoit une dose d'AstraZeneca, le 9 mars 2021.

Les pays africains ont plaidé jeudi auprès de la Banque mondiale pour obtenir de nouveaux plans d'aide afin de financer leur relance économique et un meilleur accès à la vaccination contre le Covid-19, pour rattraper le lourd retard du continent dans ce domaine. 

"Beaucoup reste encore à faire pour surmonter cette crise, qui est globale. En effet, moins de 3% de la population totale en Afrique, a reçu une première dose de vaccin, contre environ 54% aux États-Unis et dans l'Union Européenne", a déploré le président ivoirien Alassane Ouattara, en ouvrant une réunion à Abidjan pour définir le futur soutien de la Banque mondiale aux pays africains.

"Nous ne nous lasserons jamais d'appeler à une restructuration de la dette accompagnée d'une politique audacieuse (...) pour soulager les besoins pressants de liquidités immédiates pour l'achat de vaccins et jeter les bases de la relance économique", a de son côté lancé Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine.

Cette réunion se tient, en présence d'une dizaine de chefs d'Etats africains, pour discuter de l'aide de la Banque mondiale à débloquer pour les trois prochaines années. Une dizaine de chefs d'Etats africains étaient physiquement présents à Abidjan.

Cette aide intervient par le biais de l'IDA (Association internationale de développement), l'institution du groupe qui aide les pays les plus pauvres de la planète.

Habituellement renouvelée tous les trois ans, elle a cette fois été avancée d'une année, pour subvenir aux besoins urgents nés de la crise sanitaire.

"Il y a un objectif clair: 40% de la population (africaine) vaccinée d'ici la fin de l'année et 60% d'ici le milieu de l'année prochaine. Nous en sommes loin, mais l'Union africaine a négocié un accord avec Johnson & Johnson pour avoir 400 millions de doses", a déclaré le n°2 de la Banque mondiale, Axel van Trotsenburg, reconnaissant que la crise du Covid-19 avait créé "un besoin massif de soutien" financier.

Kenya: l'argent destiné à la lutte contre le coronavirus a été détourné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Selon M. Faki, la crise a entraîné une augmentation "de 25 à 30 millions du nombre de chômeurs" sur le continent et "le retour de 40 millions de personnes dans l'extrême pauvreté".

Le volume annuel des prêts de l'IDA est en constante augmentation. Il a avoisiné, en moyenne, 22 milliards de dollars au cours des trois dernières années.

39 des 76 pays bénéficiaires de ces financements se trouvent en Afrique.

En mai, à Paris, la communauté internationale avait promis d'aider le continent sur le plan sanitaire, sans prendre d'engagement financier ferme.

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:08:42 0:00

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG