Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Grammy Awards: "This Is America", de Childish Gambino, "enregistrement de l'année"

Childish Gambino se produit lors de la deuxième journée du festival de musique Governors Ball le 3 juin 2017 à New York.

Childish Gambino, alter ego musical du comédien Donald Glover ("Atlanta"), a remporté dimanche le prix de "l'enregistrement de l'année" récompensant la performance globale d'un titre, lors de la cérémonie des Grammy Awards pour son hymne politiquement incorrect "This Is America".

Déjà élu "chanson de l'année" un peu plus tôt, cet hybride de gospel et de rap, truffé de pamphlets contre les excès de tous bords qui secouent la société américaine, a balayé les favoris Drake ou Lady Gaga dans la course à ce prix prestigieux.

C'est la première fois dans l'histoire des Grammys que ces deux prestigieuses récompenses sont accordées à un morceau de rap.

Le clip accompagnant le tube a lui aussi été primé dimanche.

Dans cette vidéo provocatrice, Childish Gambino, torse nu et dansant, dénonce le règne des armes à feu et du racisme dans le pays avec un portrait sans concession de la vie de nombreux Noirs américains, entre fusillades sanglantes et réminiscences de l'esclavage.

Il avait attiré plus de 35 millions de spectateurs sur YouTube en l'espace de seulement deux jours.

Musicalement, "This Is America" est un mille-feuilles complexe plaquant des hymnes gospels sur des sonorités "trap", genre de rap venu du Sud des Etats-Unis, où certains ont voulu voir une caricature de la culture noire telle qu'elle serait perçue par l'Amérique blanche et bien-pensante.

Childish Gambino y est soutenu par des jeunes stars montantes du rap tels Young Thug, 21 Savage ou Quavo, ce qui lui a également valu la récompense de "la meilleure performance rap/chant" décernée aux collaborations entre différents artistes.

Au total, le rappeur/acteur/scénariste a été l'un des grands vainqueurs de la soirée avec quatre récompenses.

Childish Gambino aurait refusé d'apparaître sur scène lors de la soirée de gala. Il n'est pas non plus venu prendre possession de ses trophées.

Né en Californie voici 35 ans, Donald Glover connaît aussi le succès sur le petit écran, notamment avec la série "Atlanta" qu'il a créée et dans laquelle il joue l'un des rôles principaux.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le don d'un milliardaire nourrit le débat sur le fardeau des prêts étudiants aux Etats-Unis

Le milliardaire Robert Smith lors de la cérémonie de remise des diplômes au Morehouse College à Atlanta, en Géorgie. [Photo: capture d'écran]

Quand le milliardaire Robert Smith a annoncé aux jeunes diplômés de l'université américaine de Morehouse qu'il allait rembourser leurs prêts étudiants, il a fait 400 heureux, mais il a aussi remué le couteau dans la plaie d'un problème au coeur du débat démocrate pour la présidentielle 2020.

Le don-surprise annoncé samedi par l'homme d'affaires texan - l'homme noir le plus riche des Etats-Unis - reste à évaluer, mais la dette totale accumulée par les 396 étudiants de la promotion 2019 de Morehouse - université historiquement noire d'Atlanta - pourrait atteindre 40 millions de dollars.

S'il a été applaudi pour sa générosité, Robert Smith a aussi fait des jaloux sur les réseaux sociaux: "Est-ce qu'un milliardaire voudrait bien s'engager à rembourser mon prêt étudiant? Je suis contente pour les nouveaux diplômés, mais aussi envieuse", a ainsi tweeté une internaute.

"Les gens ne devraient pas être dans une situation où ils dépendent de l'énorme acte de charité d'un inconnu", a souligné sur Twitter la jeune star démocrate du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez, élue l'an dernier en partie sur la promesse d'universités gratuites pour tous.

De fait, le cadeau de Robert Smith a remis en lumière l'ampleur de la dette étudiante américaine, qui avoisine les 1.500 milliards de dollars.

- Milliardaires mobilisés -

Plus des deux tiers des étudiants diplômés en 2016 étaient endettés, et leur dette atteignait en moyenne 29.650 dollars, selon des chiffres publiés en avril par une organisation spécialisée, l'Institute for College Access and Success.

Les remboursements, souvent sur plus de 10 ans, pèsent lourd dans les choix d'emploi et de vie des jeunes actifs: ils retardent l'achat d'une voiture, d'un logement ou la conception d'enfants, avec des conséquences lourdes pour l'économie américaine.

Dans ce contexte, Robert Smith n'est pas le premier milliardaire à se mobiliser.

En novembre, l'ex-maire de New York Michael Bloomberg avait donné 1,8 milliard de dollars à l'université Johns Hopkins de Baltimore, dont il est sorti en 1964: l'argent paiera les frais de scolarité des étudiants d'origine modeste, facilitant leur accès à cette prestigieuse université privée, où un an de scolarité coûte au total quelque 72.000 dollars.

Un autre milliardaire new-yorkais, Kenneth Langone, a donné 100 millions de dollars à l'école de médecine de New York University en 2018, pour y supprimer les frais de scolarité.

Lors de la présidentielle 2016, la question des prêts étudiants - qui ont explosé entre 1996 et 2012 - avait déjà été au coeur de la campagne de Bernie Sanders, contribuant à sa popularité auprès des jeunes.

- Taxer les riches -

En 2017, le sénateur indépendant du Vermont a déposé un projet de loi, "College for All Act", prévoyant la suppression des frais de scolarité dans les universités publiques pour les familles modestes.

Le coût de la mesure - qui n'a aucune chance d'être adoptée avec un Sénat à majorité républicaine - a été estimé à 600 milliards de dollars, à financer par une taxe sur les transactions financières.

Alors que la campagne pour l'investiture démocrate 2020 monte en puissance avec 23 candidats, la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren s'affiche en pointe sur ce sujet, autant que Bernie Sanders.

Elle a dévoilé en avril une proposition très détaillée, prévoyant la suppression des frais d'inscription dans les universités publiques et l'effacement d'une partie de la dette, proportionnelle aux revenus.

Le plan, d'un coût estimé à 1.250 milliards de dollars sur 10 ans, serait financé par un impôt sur les "super-riches".

Si d'autres candidats démocrates sont plus flous, la quasi-totalité d'entre eux plaident pour une éducation supérieure plus abordable.

En attendant de voir si l'un d'eux entre à la Maison Blanche, certains Etats prennent des mesures pour réduire le coût de leurs universités.

New York offre depuis l'an dernier une bourse équivalente aux frais de scolarité de ses universités publiques aux étudiants d'origine modeste, à condition qu'ils restent quelques années dans l'Etat après l'obtention du diplôme.

Début mai, les parlementaires de l'Etat de Washington ont adopté un texte prévoyant de taxer les entreprises recrutant des employés qualifiés afin d'offrir, à partir de 2020, une scolarité gratuite dans les universités publiques aux foyers en-deçà du revenu médian.

Le texte, signé mardi par le gouverneur, a été largement soutenu. Y compris par Amazon et Microsoft, deux géants technologiques installés dans cet Etat et qui seront mis à contribution.

Avec AFP

Les démocrates, furieux contre Trump, débattent d'une destitution

Dialogue de sourds, entre la maison blanche et les démocrates du congrès.

Les démocrates ont encore accru la pression sur la Maison Blanche mardi en convoquant au Congrès une proche de Donald Trump, les voix appelant à lancer une procédure de destitution contre le président républicain se faisant plus insistantes au sein du parti.

Pas d'issue en vue face à l'escalade. A chaque refus de l'administration Trump de coopérer avec leurs enquêtes parlementaires, les démocrates annoncent une nouvelle initiative: recours en justice, rare procédure de sanction, nouvelle convocation.

Avec une stratégie en tête chez les chefs démocrates: constituer un dossier assez solide pour décider de la suite, en évitant d'ouvrir dès maintenant une procédure explosive de destitution qui risquerait de diviser le pays à l'orée de la présidentielle de 2020.

Mais chaque refus de la Maison Blanche donne aussi de nouveaux arguments à ceux appelant à engager une telle procédure contre le milliardaire... et leurs voix se font de plus en plus bruyantes.

En convoquant Hope Hicks le 19 juin devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, les démocrates --qui disposent de vastes pouvoirs d'investigation grâce à leur majorité-- ont frappé dans le cercle proche du président.

Longtemps fidèle entre les fidèles de Donald Trump, la jeune femme avait rejoint très tôt sa campagne électorale avant d'être nommée directrice de la communication de la Maison Blanche. Elle a démissionné en mars 2018.

Soupçonnant le milliardaire "d'entrave à la justice" et "d'autres abus de pouvoir", les démocrates estiment que Hope Hicks, 30 ans, est un témoin clé car elle a travaillé "de près avec le président".

Ils ont également convoqué une autre ex-employée de la Maison Blanche, Annie Donaldson, pour être interrogée le 24 juin.

Elle était chef de cabinet de l'ancien conseiller juridique de la Maison Blanche Don McGahn, qui a justement défié mardi matin --sur demande de l'exécutif-- leur convocation pour une audition.

Face à la chaise vide de M. McGahn, les démocrates de la commission ont menacé d'aller devant les tribunaux pour le forcer à se présenter.

"Nous forcerons ce président à nous rendre des comptes", a aussi affirmé Jerry Nadler, chef démocrate de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, avant de lire plusieurs extraits du rapport du procureur spécial Robert Mueller, qui a mené la vaste enquête russe.

- Débat sur une destitution -

Dans son rapport final rendu partiellement public mi-avril, le procureur a expliqué n'avoir pas rassemblé de preuves d'une entente entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump pendant la présidentielle de 2016.

Il a toutefois détaillé une série de pressions exercées par le président sur son enquête, à commencer par une tentative de le limoger, bloquée par Don McGahn. D'où l'intérêt des démocrates à parler à ce dernier.

Pour la Maison Blanche, l'opposition se livre à un véritable "harcèlement" à but politique.

Le rapport Mueller a conclu qu'il n'y avait "pas de collusion et pas d'entrave", a encore tweeté M. Trump mardi soir, rappelant qu'il avait laissé M. McGahn témoigner devant M. Mueller.

Face à ce dialogue de sourds, le débat gronde chez les démocrates: faut-il ou non ouvrir une procédure de destitution, vouée à l'échec dans un Sénat à majorité républicaine?

Etant parvenue jusqu'à présent à maintenir ses troupes en ordre, la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi doit en discuter avec son groupe parlementaire mercredi matin.

Des élus réticents jusqu'ici ont déclaré mardi que les blocages de la Maison Blanche alimentaient le dossier en faveur de l'ouverture d'une telle procédure.

A la gauche du parti, les voix pour la destitution se font entendre depuis des semaines. Sheila Jackson Lee, une élue progressiste de la Chambre, a annoncé qu'elle présenterait une résolution pour lancer la procédure d'enquête en vue d'une destitution "dans les prochaines 48 heures".

Tout en confiant qu'il n'y avait "probablement pas un démocrate qui ne sente pas dans ses tripes que (M. Trump) a probablement fait des choses qui justifient une destitution", le chef de la majorité démocrate à la Chambre Steny Hoyer avait tempéré plus tôt en réitérant que l'heure n'était pas "encore" venue pour une destitution.

Avec AFP

De l'art pour valoriser l'Afrique

De l'art pour valoriser l'Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:19 0:00

Rapport des forces entre Trump et les démocrates

Rapport des forces entre Trump et les démocrates
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:49 0:00

Regain de tension entre Trump et les démocrates du Congrès

Regain de tension entre Trump et les démocrates du Congrès
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG