Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

GB: le prince Andrew sommé de témoigner dans l'affaire Epstein

Le prince Andrew est sommé par les avocates des victimes présumées de feu son ami le financier américain Jeffrey Epstein de venir témoigner sur ce qu'il savait des activités du pédophile, un scandale qui plombe la monarchie britannique.

Non content d'avoir dû démissionner de ses fonctions officielles mercredi, après une calamiteuse interview à la BBC, le prince se voit à présent mis en demeure de raconter ce qu'il savait des activités du financier, retrouvé mort en prison après avoir été accusé d'avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures pendant des années.

"Nous pensons que personne n'est au-dessus de la loi et que toute personne devrait répondre à des questions s'ils ont des informations pertinentes. Et il (le prince Andrew) a clairement des informations pertinentes", a déclaré Me Lisa Bloom, jeudi, à BBC Radio 4.

La veille au soir, une autre avocate, Gloria Allred, avait enjoint le prince de "contacter sans condition et sans délai" les autorités américaines, avant même une éventuelle convocation, sur la BBC.

Le second fils de la reine Elizabeth II, embourbé dans une polémique sur ses liens avec Epstein et lâché par nombre d'entreprises et d'universités avec lesquelles il collaborait, a annoncé "mettre fin à ses engagements publics" et s'est dit "prêt à aider" l'enquête sur cette affaire.

"Nous savons que le prince Andrew a eu de nombreux contacts avec Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell (accusée par plusieurs victimes de les avoir "recrutées") et nous pensons que quiconque a eu beaucoup d'interactions avec eux devrait parler non seulement aux forces de l'ordre, mais également aux avocats des victimes, des personnes comme moi", a déclaré Lisa Bloom, qui représente cinq victimes présumées d'Epstein.

Le fils préféré de la reine a déjà fait des gros titres peu flatteurs par le passé, pour son style de vie l'assimilant à un playboy et ses amours tumultueuses.

Mais cette fois, l'affaire est plus grave, puisqu'il a fréquenté un pédophile convaincu même après sa condamnation par la justice américaine.

Dans son communiqué, Andrew, qui s'est vu reprocher son manque de regrets pour son amitié avec Epstein et d'empathie pour les victimes présumées dans son interview à la BBC, a dit "regretter sans équivoque (son) association malavisée avec Jeffrey Epstein" et "compatir profondément avec toutes les personnes affectées" par l'affaire.

- "Désolé maman!"-

La disgrâce du duc d'York faisait de nouveau la Une jeudi de tous les quotidiens britanniques à part le Financial Times.

"Désolé maman", se moquait le Daily Mirror en publiant une photo du prince dans une voiture après une entrevue avec sa mère la reine Elizabeth II à Buckingham Palace.

"Le duc se retire après des discussions de crise avec la reine" titrait le Times avec la même photo.

"Paria" commentait en gros caractères le tabloïd Daily Mail, tandis que les autres journaux évoquaient sa "honte" et son humiliation après l'annonce de son retrait de la vie publique.

Pour l'éditorialiste du Sun, "ce n'est que le début des problèmes" d'Andrew. Convaincu qu'il lui sera désormais "impossible" de reprendre ses devoirs royaux, Dan Wootton y voit "une leçon pour les jeunes membres de la famille royale de rester en prise avec la réalité (...) et les affaires publiques".

La descente aux enfers avait commencé en août avec la publication aux Etats-Unis de documents de justice dans lesquels une femme, Virginia Roberts, affirme avoir eu à trois occasions des relations sexuelles avec le prince, auquel Epstein l'aurait contrainte, lorsqu'elle avait 17 ans.

La publication d'une photo la montrant à cette époque, enlacée par le prince, avec Ghislaine Maxwell en arrière-plan, a fait le reste, ainsi qu'un autre cliché montrant le prince en train de se promener à New York avec le financier alors même qu'il avait été condamné et emprisonné pour pédophilie en 2008.

Toutes les actualités

L'Espagne pressée d'accorder un permis de résidence à un migrant "héro"

Un migrant arrive de Lampedusa au centre CATE

Plus de 55.000 personnes avaient déjà signé jeudi une pétition demandant à l'Espagne d'accorder un droit de résidence à un Sénégalais sans-papiers qui a sauvé d'un incendie un handicapé.

Vendeur ambulant de 20 ans, Gorgui Lamine Sow marchait vendredi dans la ville de Dénia, sur la côte ouest, lorsqu'il a entendu des cris venant d'un immeuble proche dont émanait de la fumée noire au deuxième étage.

Des photos diffusées par les médias espagnols montrent comment il a escaladé les barres métalliques de la grille d'entrée pour entrer par le balcon. Il est ensuite ressorti des flammes avec un homme sur ses épaules et l'a descendu à l'aide d'une échelle apportée par voisin.

"Je l'ai fait parce que mon coeur me l'a demandé. Je suis pauvre. Je n'ai rien. Mais je suis fort aussi, et je peux aider. Je n'aime pas voir les gens souffrir", a expliqué Gorgui, arrivé en Espagne en 2017, au quotidien local Levante-EMV.

"Il y avait de la fumée et du feu (...) Mais tu ne peux pas avoir peur. Il y avait une personne à l'intérieur et je devais la sortir", a-t-il ajouté.

Le conseiller municipal de Dénia chargé de la sécurité, Javier Scotto, l'a érigé en "héro" sur Twitter.

La mairie de Dénia a sollicité le gouvernement espagnol pour qu'il accorde un permis de résidence à Gorgui. Son cas est actuellement étudié par le ministère espagnol de l'Immigration et du Travail selon un porte-parole de la préfecture de la région de la Valence.

Gorgui vit dans une chambre exiguë et vétuste de la ville côtière de Gandie avec sa compagne et leur fille de sept mois : "il n'y a pas de porte et le froid rentre. Et nous n'avons pas de lit. Tous les trois on dort sur un matelas", a-t-il confié à Levante-EMV.

Parcourant 40 kilomètres en bus chaque jour pour vendre bracelets et colliers, un métier courant pour les personnes en situation irrégulière en Espagne, une autorisation de résidence lui permettrait de trouver un travail.

L'histoire de Gorgui a été comparée à celle du migrant malien Mamoudou Gassama, naturalisé français en septembre 2018 après avoir escaladé un immeuble parisien pour sauver un enfant qui allait tomber d'un balcon.

Réformes des retraites en France: 8e jour de grève, le gouvernement veut rouvrir le dialogue

Les manifestants en faveur de la sécurité sociale en France, le 12 décembre 2019.

La mobilisation en France contre la réforme des retraites, qui paralyse les transports, est entrée jeudi dans sa deuxième semaine et pourrait se prolonger jusqu'à Noël malgré de nouveaux appels au "dialogue" du gouvernement.

Loin d'apaiser la colère, les précisions sur le projet apportées mercredi par le Premier ministre Edouard Philippe ont suscité l'opposition frontale de tous les syndicats, y compris de ceux qui soutenaient jusqu'alors le principe de la réforme.

Ce dernier a réitéré sa détermination à instaurer un "système universel de retraite" par points pour remplacer les 42 régimes actuels mais avec quelques concessions aux syndicats.

Le calendrier a été assoupli: le nouveau système ne s'appliquera qu'aux Français nés en 1975 et après, a annoncé M. Philippe. La disparition des régimes spéciaux est confirmée mais, pour les conducteurs de la compagnie ferroviaire SNCF et de la régie des transports parisiens RATP, qui peuvent partir dès 52 ans, la réforme s'appliquera à partir de la génération 1985.

Des mesures ont aussi été annoncées en direction des plus précaires, notamment l'instauration d'une retraite minimum garantie de 1.000 euros.

Mais, a averti le chef du gouvernement, "la seule solution est de travailler un peu plus longtemps et progressivement, comme c'est le cas partout en Europe". Si l'âge légal de départ à la retraite reste fixé à 62 ans, le projet prévoit "un âge d'équilibre" progressivement amené à 64 ans et "un système de bonus-malus" pour inciter à travailler plus longtemps.

Inacceptable pour les syndicats qui ont promis d'amplifier le mouvement.

La "ligne rouge est franchie", a tonné mercredi Laurent Berger, numéro un du premier syndicat de France, la CFDT. Favorable au principe d'un régime universel de retraite, la CFDT refuse absolument l'instauration d'un âge d'équilibre à 64 ans.

- "Dialogue" -

Jeudi, M. Berger a toutefois déclaré sur la chaîne BFMTV qu'il fallait "retrouver le chemin du dialogue", suggérant au gouvernement de réunir les syndicats favorables à un régime universel de retraite.

"Ma porte est ouverte et ma main est tendue", a répondu le Premier ministre, qui s'apprêtait à appeler les partenaires sociaux afin de "voir avec eux comment reprendre rapidement le dialogue".

Mais pour le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Laurent Brun, en tête de la contestation, il n'y aura "pas de trêve pour Noël sauf si le gouvernement revient à la raison" en retirant son projet.

Comme la veille, seul un train à grande vitesse et un train de banlieue en région parisienne sur 4 circulaient et une majorité de lignes de métro étaient fermées. La circulation routière restait très perturbée.

"Je me lève à 4H30, je rentre à 21H00", a témoigné Fernando Duarte, ouvrier rencontré à la gare du Nord à Paris. "Il faut vite que ça s'arrête, c'est vraiment dur".

La zone industrielle et portuaire du Havre, fief du Premier ministre et premier port français pour le trafic de conteneurs, a été bloquée tout comme les entrées du Grand Port Maritime de Marseille (sud-est) et le siège du port de Rouen (nord-ouest).

Des manifestations étaient organisées partout en France.

Face à cette nouvelle fronde sociale, le président Emmanuel Macron, qui a fait de la "transformation" du pays la raison d'être de son quinquennat, joue gros.

La retraite est un sujet éminemment sensible en France, la population restant attachée à un des systèmes les plus avantageux au monde.

Les détracteurs du projet, dont les plus virulents espèrent mettre le pays à l'arrêt, comptent sur l'impopularité d'Emmanuel Macron pour sortir victorieux du conflit et sur le contexte déjà tendu dans le pays, avec le lancement il y a plus d'un an du mouvement des "gilets jaunes", mais aussi des mécontentements exacerbés dans les hôpitaux, parmi les étudiants, les policiers...

De nombreuses voix dans la majorité présidentielle se sont élevées pour appeler à la négociation. Il y a "de la place" pour négocier les modalités d'atteinte de l'équilibre financier du système, a affirmé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

L'opposition de droite a quant à elle dévoilé son "contre-projet" de réforme des retraites, consistant à repousser progressivement à 65 ans l'âge du départ.

Elections législatives anticipées en Grande-Bretagne

Elections législatives anticipées en Grande-Bretagne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Un scrutin très serré entre Boris Johnson et son rival Jeremy Corbyn

Un scrutin très serré entre Boris Johnson et son rival Jeremy Corbyn
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Les Britanniques aux urnes pour décider, à nouveau, du sort du Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn à Londres, en Grande-Bretagne, le 2 décembre 2019

Les Britanniques sont appelés aux urnes jeudi pour des élections anticipées qui pourraient ouvrir la voie à un Brexit mené par le Premier ministre sortant Boris Johnson ou amener le pays vers un nouveau référendum pour un possible retour en arrière sur la décision de quitter l'Union européenne.

Après avoir échoué à réaliser le Brexit au 31 octobre dernier, Boris Johnson, arrivé sans élection cet été à la tête du gouvernement, a fait le pari que des élections anticipées étaient le seul moyen de sortir le Royaume-Uni de la paralysie politique qui l'ont empêché de quitter l'UE et nui à la confiance dans l'économie.

Figure centrale des "Brexiters" lors du référendum de 2016, l'ancien maire de Londres a fait campagne avec le slogan "Réaliser le Brexit", en promettant d'investir massivement dans les domaines de la santé, l'éducation et la police.

Son principal rival, Jeremy Corbyn, prône un nouveau référendum sur le Brexit. Le chef de file du Parti travailliste promet une transformation du pays, avec davantage de dépenses publiques, et veut nationaliser le transport ferroviaire, le courrier et les services de l'eau.

Les principales enquêtes d'opinion indiquent toutes une victoire de Boris Johnson, mais elles sont à prendre avec des pincettes alors que les instituts de sondage britanniques se sont distingués par leurs ratés avant les législatives de 2015 et le référendum de 2016 sur le Brexit.

Par ailleurs, les projections sur la répartition des sièges donnent aussi bien un Parlement fragmenté, sans majorité pour les Tories ni le Labour, qu'un succès historique pour les conservateurs depuis celui de Margaret Thatcher en 1987.

Les bureaux de vote ouvriront à 07h00 GMT et fermeront à 22h00 GMT, heure de la publication d'un premier sondage de sortie des urnes. Les résultats définitifs ne sont pas attendus avant le milieu de la nuit.

Avec Reuters

Voir plus

XS
SM
MD
LG