Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La France démantèle un vaste réseau de prostitution nigériane


Une prostituée dans une rue de Nice en France, le 21 novembre 2013.

Un vaste réseau soupçonné d'avoir collecté et blanchi des dizaines de millions d'euros générés par la prostitution nigériane en France a été démantelé.

Une trentaine de personnes de nationalité nigériane ont été interpellées au cours de deux coups de filets menés par la police judiciaire, qui estime que ce réseau a collecté et blanchi entre 30 et 50 millions d'euros depuis 2015.

Après 15 mois d'enquête, les policiers de l'Office central pour la répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi d'étrangers sans titre (Ocriest) et de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), ont réussi à identifier l'ensemble des collecteurs faisant remonter l'argent liquide généré par la prostitution de jeunes femmes nigérianes, décrite comme l'une des plus importantes en France.

"Les collecteurs remontaient l'argent depuis Lille, Colmar, Strasbourg, Lyon, Nice, Marseille, Bordeaux, Nantes ou encore Paris", a expliqué le patron de l'Ocriest, Jean-Marc Droguet.

Un salon de coiffure et une épicerie du 18e arrondissement de la capitale servaient de lieux de collecte centralisés avant que l'argent ne soit remis à des transporteurs qui dissimulaient l'argent dans des doubles fonds de valise et quittaient l'hexagone.

Au fil de cette enquête au long cours, deux opérations ont permis de récupérer 200.000 euros en mars, puis 250.000 euros en juin.

L'argent était destiné au Nigeria. "Tout repartait au pays", a estimé M. Droguet.

avec AFP

XS
SM
MD
LG