Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Macron ou Le Pen? Les Français votent pour un choix historique

Une femme passe devant des affiches de campagne du président français Emmanuel Macron et de son adversaire Marine Le Pen, à Eguisheim, en France.

Les Français sont devant un choix historique: reconduire le président sortant ou élire une femme, ce qui serait une première.

Les Français votaient dimanche pour élire leur prochain président et choisir, comme en 2017, entre Emmanuel Macron, président sortant donné favori, et Marine Le Pen, dirigeante d'extrême droite qui n'a jamais paru si proche des portes du pouvoir.

Le taux de participation à 10 heures GMT était de 26,41%, presque deux points de moins qu'à la même heure lors du précédent scrutin présidentiel en 2017, à l'occasion du même duel entre M. Macron et Mme Le Pen, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Après le débat: Macron à Saint-Denis, Le Pen dans la Somme avec des routiers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

Ce chiffre marque également un recul par rapport au deuxième tour des scrutins de 2012 (30,66%) et 2007 (34,11%), et tutoie celui de 2002 (26,19%), quand le candidat d'extrême droite Jean-Marie Le Pen affrontait Jacques Chirac (droite). La participation est en revanche légèrement en hausse par rapport au premier tour il y a deux semaines (25,48%).

Les bureaux de vote - 48,7 millions électeurs sont appelés aux urnes - ont ouvert doivent fermer à 17H00 GMT et à 18H00 GMT dans les grandes villes.

Les Français sont devant un choix historique: reconduire le président sortant ou élire une femme, ce qui serait une première, et propulser ainsi l'extrême droite à l'Elysée pour une déflagration qui résonnerait bien au-delà des frontières hexagonales, comparable au Brexit britannique et à l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis en 2016.

Une réélection d'Emmanuel Macron, 44 ans, représenterait la continuité, même si le président candidat a promis de se renouveler en profondeur, assurant vouloir placer l'écologie au cœur de son deuxième - et dernier - mandat.

M. Macron serait alors le premier président français à être réélu pour un second mandat en 20 ans, depuis Jacques Chirac en 2002.

L'arrivée de Marine Le Pen, 53 ans, aux commandes d'une puissance nucléaire, dotée d'un siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU et force motrice de l'Union européenne, serait un séisme, d'une magnitude d'autant plus élevée qu'elle s'inscrirait dans le contexte lourd d'une guerre aux portes de l'Europe.

"Eviter une guerre civile"

Devant une école à Rennes (ouest), Bernard Maugier, retraité de 76 ans et habitant dans un quartier sensible de la ville, dit avoir voté "pour éviter une guerre civile". "Faut pas se tromper de personne", lâche-t-il, se disant "inquiet" par le résultat de cette élection.

Pierre Charollais, 67 ans, retraité, estime qu'"il y a une situation particulière" dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la présidence française de l'Union européenne. "Il faut faire un vote responsable (...) Il faut quelqu’un qui sache gérer cette situation, qui puisse prendre des décisions importantes". "Entre la peste et le choléra, il faut faire le bon choix", lâche-t-il.

Les derniers sondages publiés vendredi soir, avant l'entrée en vigueur de la période de réserve électorale, donnent Emmanuel Macron favori, au-delà de la marge d'erreur. Mais très loin de son score de 2017 où, au bout d'une ascension météorique, il avait battu sa rivale par 66,1% des voix contre 33,9%, pour devenir, à 39 ans, le plus jeune président de la Ve République.

Vote par "élimination" ou "conviction"

Les programmes des deux candidats sont à l'opposé et proposent une vision radicalement différente sur l'Europe, l'économie, le pouvoir d'achat, les relations avec la Russie, les retraites, l'immigration, l'environnement...

Après un quinquennat émaillé de crises, des "gilets jaunes" au Covid, ce sont deux France qui se font face.

Le débat Macron-Le Pen avant le second tour.
Le débat Macron-Le Pen avant le second tour.

Pour contrer son adversaire, Emmanuel Macron, arrivé en tête au premier tour (27,85%) avec plus de quatre points d'avance, a réactivé le "front républicain" pour faire barrage à l'extrême droite. Qui semble toutefois avoir perdu de sa vigueur par rapport à 2017 et 2002, où Jean-Marie Le Pen, le père de Marine, avait été largement dominé au second tour par Jacques Chirac.

La candidate du Rassemblement national, pour sa troisième tentative, a misé sur un autre front, le "Tout sauf Macron" dont la portée dans les urnes reste à mesurer.

Dans un quartier aisé de Dijon (est), Morgan Mouiche, 30 ans, dit à sa sortie d'un bureau de vote avoir "voté par élimination".

A l'autre bout de la ville, dans un quartier plus modeste où le leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête au premier tour le 10 avril, Charley Grolleau, 41 ans, reconnaît que son bulletin est allé à "un candidat qui n'est pas parfait". "Mais j'ai voté par conviction. Je ne me voyais pas ne pas aller voter", ajoute-t-il.

Dans l'entre-deux tours, les deux candidats ont courtisé l'électorat de Jean-Luc Mélenchon.

Mais de nombreux sympathisants de son parti, La France insoumise (LFI), pourraient être tentés de bouder les urnes.

Les électeurs seront de nouveau appelés aux urnes les 12 et 19 juin pour les législatives où le nouveau président cherchera à obtenir la majorité nécessaire pour gouverner.

Toutes les actualités

Des frappes de bombardiers font 21 morts près d'Odessa

Des sauveteurs évacuent le corps d'une personne d'un bâtiment détruit après avoir été touché par une frappe de missile dans la ville ukrainienne de Sergiyvka, près d'Odessa, tuant au moins 18 personnes et en blessant 30, le 1er juillet 2022.

Au moins 21 personnes ont été tuées dans des frappes de bombardiers stratégiques en pleine nuit sur des immeubles de la région d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, a affirmé Kiev vendredi, un nouvel acte de "terreur" russe selon le président Volodymyr Zelensky.

D'après le commandement ukrainien du front sud, ce sont des Tupolev Tu-22, des avions datant de la Guerre froide et conçus pour emporter des charges nucléaires, qui ont lâché de la mer Noire des missiles Kh-22 contre des bâtiments civils d'une petite ville côtière au sud d'Odessa.

"L'ennemi a frappé de trois missiles le village de Serguiïvka, dans le district Belgorod Dnistrovsky. Un grand immeuble a été détruit ainsi qu'un complexe touristique", a expliqué sur Telegram le gouverneur régional, Maksym Martchenko.

"Vingt-et-une personnes ont été tuées, dont un garçon de 12 ans. Trente-huit sont à l'hôpital, dont cinq enfants. Deux enfants sont dans un état grave", a-t-il précisé.

"Il n'y avait pas la moindre cible militaire" à cet endroit, a-t-il souligné.

"Une terreur russe"


"J'insiste : il s'agit d'une terreur russe délibérée et non de quelques erreurs ou d'une frappe de missile accidentelle", a dénoncé dans la soirée le président Volodymyr Zelensky.

"J'appelle nos partenaires à fournir à l'Ukraine des systèmes de défense antimissiles aussitôt que possible. Aidez-nous à sauver des vies", a de son côté écrit sur Twitter le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba, qualifiant la Russie d'"Etat terroriste".

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, interrogé sur le sujet, a assuré que les forces russes n’opéraient "pas sur des cibles civiles" en Ukraine.

"La partie russe, qui parle une nouvelle fois de dommages collatéraux, est inhumaine et cynique", a commenté le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Hebestreit. "Cela nous montre encore une fois de manière cruelle que l'agresseur russe accepte délibérément la mort de civils", a-t-il ajouté.

Les missiles Kh-22 qui ont été employés vendredi dans la région d'Odessa selon les militaires ukrainiens sont des missiles de croisière soviétiques datant de la Guerre froide, conçus pour frapper un groupe aéronaval.

Ce sont, selon l'armée ukrainienne, des missiles du même type qui ont atteint un centre commercial en pleine journée lundi à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine à 200 km du front, y faisant au moins 19 morts selon les derniers bilans.

Vendredi également, le gouverneur de la région de Mykolaïv, Vitaliy Kim, a fait état du tir de 12 missiles par les forces russes contre cette zone du sud de l'Ukraine. Il n'a pas donné de bilan.

Systèmes antiaériens américains

Ces nouvelles frappes meurtrières sont survenues au lendemain de la clôture à Madrid d'un sommet de l'Otan au cours duquel ses membres, Etats-Unis en tête, ont assuré l'Ukraine de leur soutien indéfectible face à la Russie et ont annoncé de nouvelles aides militaires.

Le Pentagone a fait la liste vendredi d'une nouvelle contribution de 820 millions de dollars, comprenant des missiles, des obus et des équipements de défense antiaérienne sophistiqués NASAMS, qui permettront de lutter contre l'aviation russe, y compris les drones, ainsi que contre les missiles de croisière.

La Norvège a annoncé à son tour une aide de 10 milliards de couronnes (près d'un milliard d'euros).

Au sommet de l'Otan, Washington affirme son soutien à Kiev
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:26 0:00

Mais c'est aussi jeudi que les Ukrainiens ont infligé un camouflet aux forces russes en mer Noire, en les contraignant sous le feu de leur artillerie à abandonner l'Ile aux Serpents, un îlot rocheux ukrainien au sud-ouest d'Odessa et face à l'embouchure du Danube.

La localité côtière de Serguiïvka frappée vendredi par les Russes, à environ 80 km au sud-ouest d'Odessa, est située dans la partie du littoral ukrainien la plus proche de cet îlot essentiel pour contrôler le trafic maritime, notamment pour exporter les millions de tonnes de céréales qui restent bloquées dans les silos ukrainiens.

Dernier épisode en date de cette guerre des grains : l'Ukraine a demandé à la Turquie d'intercepter un cargo russe de 140 mètres de long parti du port de Berdiansk, en zone occupée, et qu'elle soupçonne de transporter des milliers de tonnes de céréales volées par les Russes.

Comme pour illustrer cet enjeu, l'armée ukrainienne a affirmé, vidéo à l'appui dans la soirée, que l'armée russe avait bombardé vers 18h00 à deux reprises l'Ile aux Serpents avec des bombes au phosphore, alors même qu'elle avait assuré jeudi s'en retirer en "signe de bonne volonté" et non chassée par les frappes ukrainiennes.

En revanche, Volodymyr Zelensky a admis que la situation demeurait "extrêmement difficile" à Lyssytchansk, une ville du bassin industriel du Donbass, dans l'est, où se concentre la majeure partie des combats.

"Les forces (russes) sont arrivées aux portes de Lyssytchansk. L'armée ukrainienne subit de lourdes pertes", a écrit le ministère russe de la Défense dans un communiqué vendredi.

Les Russes "tentent d'encercler notre armée par le sud et l'ouest" près de cette cité, a confirmé Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk.

"De jour comme de nuit"

"Ça bombarde de jour comme de nuit", a témoigné, à Siversk, à une vingtaine de kilomètres de Lyssytchank, une femme qui refusait d'être nommée, au pied de son immeuble.

Lyssytchansk est la dernière grande ville à ne pas être encore aux mains des Russes dans la région de Lougansk, l'une des deux provinces du Donbass, que Moscou entend entièrement contrôler.

Dans la région de Kharkiv (nord-est), le gouverneur Oleg Sinegoubov a signalé vendredi quatre morts et trois blessés ces dernières 24 heures.

A Kherson, dans le sud, des hélicoptères ukrainiens ont frappé "une concentration de troupes et d'équipements militaires de l'ennemi" près de Bilozerka, a déclaré le même jour l'armée ukrainienne, faisant état de "35 morts" parmi les soldats russes et de blindés ennemis détruits.

Sur le front diplomatique, la présidente de la Commission européenne Ursula van der Leyen, s'adressant vendredi par vidéo au Parlement ukrainien, l'a appelé à accélérer ses réformes contre la corruption, dans le cadre de sa candidature à l'UE acceptée la semaine dernière par les dirigeants des 27 Etats membres de l'Union.

Elle a aussi salué le vote d'une loi visant à combattre "l'influence excessive des oligarques sur l'économie" et demandé l'adoption d'une "loi sur les médias, qui rende la législation ukrainienne conforme aux normes de l'Union européenne".

"Maintenant, nous sommes ensemble" et c'est "un grand honneur et une grande responsabilité", a déclaré le président Zelensky devant le parlement, soulignant que "l'Ukraine se bat pour choisir ses valeurs, pour être dans la famille européenne".

Enfin, Kiev a remporté vendredi une bataille symbolique sur la Russie, l'Unesco reconnaissant que l'invasion russe mettait en péril la culture ukrainienne du borchtch, une soupe à la betterave et à la viande préparée des deux côtés de la frontière.

L'organisme des Nations unies pour la culture a placé le borchtch ukrainien sur sa liste du patrimoine mondial immatériel en péril.

"L'existence de cette soupe en elle-même certes n'est pas en péril en soi, mais c'est le patrimoine humain et vivant qui est associé au borchtch qui est lui en péril immédiat" à cause de la guerre, selon l'Unesco.

Moscou a dénoncé une illustration culinaire du "nationalisme kiévien".

Variole du singe: l'OMS appelle à l'action "urgente" en Europe face à la flambée des cas

Des personnes font la queue dans une clinique de vaccination contre la variole du singe à Montréal, Québec, Canada, le 6 juin 2022.

L'Organisation mondiale de la santé a appelé vendredi à une "action urgente" contre la variole du singe en Europe, face au triplement observé des cas depuis deux semaines sur le continent.

Dans un communiqué, le directeur régional de l'organisation sanitaire a appelé les pays européens à "augmenter leurs efforts dans les prochaines semaines et mois pour éviter que la variole du singe ne s'installe dans une zone géographique plus grande".

"Une action urgente et coordonnée est impérative si nous voulons changer de cap dans la course contre la diffusion de la maladie", estime le directeur de l'OMS Europe, Hans Kluge.

Selon les données de l'agence onusienne, l'Europe compte désormais plus de 4.500 cas confirmés en laboratoire, soit trois fois plus que mi-juin.

Cela correspond à 90% des cas enregistrés dans le monde depuis la mi-mai, lorsque cette maladie jusque-là endémique seulement dans une dizaine de pays d'Afrique a commencé à se multiplier en Europe.

Connue chez l'être humain depuis 1970, la variole du singe est considérée comme étant bien moins dangereuse et contagieuse que sa cousine, la variole, éradiquée en 1980. Une recrudescence inhabituelle des cas a été détectée depuis mai en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus circule d'ordinaire.

Les experts de l'OMS avaient considéré samedi la flambée des cas comme une menace sanitaire dont l'évolution était très inquiétante, mais sans atteindre pour le moment le stade d'une urgence sanitaire mondiale.

Malgré cette décision, "l'évolution rapide et la nature urgente de cet événement signifie que le comité (d'experts) va réexaminer sa position sous peu", indique l'OMS Europe.

Epicentre de cette nouvelle contagion, l'Europe compte désormais 31 pays ou territoires ayant rapporté des cas de variole du singe.

Vaccin

Le Royaume-Uni compte à ce jour le nombre le plus élevé de cas recensés (1076 selon les autorités britanniques), devant l'Allemagne (838), l'Espagne (736), le Portugal (365) et la France (350), selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Le médecin-chef en santé publique de Londres, Kevin Fenton, a exhorté jeudi toute personne présentant des symptômes de la variole du singe à ne pas participer à la marche des fiertés prévue dans la capitale britannique ce week-end.

Dans cette maladie transmise par contact très proche, 99% des cas concernent actuellement des hommes jeunes (20 à 40 ans), principalement homosexuels, selon l'OMS.

L'agence de l'ONU a recommandé aux pays d'intensifier leur surveillance de la maladie, notamment son séquençage, et d'obtenir la capacité à la diagnostiquer et d'y réagir.

L'OMS a également encouragé les pays à communiquer auprès des groupes affectés et du large public.

"Il n'y a tout simplement pas de place pour la passivité", a insisté Hans Kluge.

Vendredi, le laboratoire danois Bavarian Nordic, seul laboratoire à fabriquer un vaccin déjà homologué spécifiquement contre la variole du singe, a annoncé une nouvelle livraison de 2,5 millions de doses vers les Etats-Unis.

Celles-ci s'ajoute à une première commande de 500.000 doses des autorités américaines faite il y a quelques semaines de ce vaccin. Ce dernier est commercialisé sous le nom de Jynneos aux Etats-Unis, tandis qu'en Europe il s'appelle Imvanex.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) avait annoncé mardi avoir entamé l'examen d'un vaccin contre la variole humaine pour étendre son utilisation contre la variole du singe.

La maladie se traduit d'abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croûtes. Le plus souvent bénigne, elle guérit généralement spontanément après deux à trois semaines.

Washington promet de l'aide à Kiev et des armes à Ankara

Washington promet de l'aide à Kiev et des armes à Ankara
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:37 0:00

Suède et Finlande à l'Otan: Washington remercie Ankara et lui promet son soutien

Suède et Finlande à l'Otan: Washington remercie Ankara et lui promet son soutien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Tragédie de Melilla: les réactions continuent

 Tragédie de Melilla: les réactions continuent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG