Liens d'accessibilité

La fédération anglaise adopte la suspension rétroactive pour simulation


Pierre-Emerick Aubameyang "s'écroule" sur le terrain, Leverkusen, 21 février 2016

Le principe des sanctions rétroactives pour simulation a été adopté jeudi par la fédération anglaise de football (FA) et sera mis en place dès la saison prochaine, a annoncé l'instance à lors de son assemblée générale annuelle à Wembley.

La "duperie réussie d'un arbitre", qu'elle concerne un plongeon ou une blessure feinte, pourra désormais être punie d'une suspension de deux matches.

"Alors que les tentatives de tromper un arbitre, en feignant une blessure ou en prétendant être la victime d'une faute, sont passibles d'un avertissement pour comportement antisportif, le fait que cet acte de simulation ait pu réussir à tromper un arbitre, mener à un penalty ou à une exclusion, justifie une punition plus sévère", a écrit la FA dans un communiqué.

La FA a dit espérer que la lourdeur de la sanction ait un effet "dissuasif".

Les incidents seront examinés par une commission comprenant un ancien entraîneur, un ancien joueur et un ancien arbitre. Ils examineront les images de façon indépendante. Si ces trois membres sont unanimes sur la simulation, alors le joueur sera suspendu. La procédure copie celle déjà en place pour juger des actions punies d'un carton rouge non vues par l'arbitre au moment des faits.

Le carton jaune ou rouge reçu par l'adversaire d'un joueur jugé coupable de simulation pourra alors être annulé.

Ce nouveau règlement a reçu le soutien de la Ligue anglaise de football (EFL), du syndicat des entraîneurs et le syndicat des joueurs professionnels (PFA).

La FA suit ainsi l'exemple de la Fédération écossaise, qui a introduit ce type de mesure en 2011.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG