Liens d'accessibilité

Fin officielle de l'épidémie de fièvre jaune qui a fait 400 morts en Angola


Un militaire angolais administre un vaccin de fièvre jaune à un enfant au marché de ‘Quilometro 30’ à Luanda, Angola, 16 fevrier 2016. Epa/ JOOST DE RAEYMAEKER

Les autorités angolaises ont annoncé vendredi la fin de l'épidémie de fièvre jaune qui a fait plus de 400 morts dans ce pays d'Afrique australe.

"Depuis le 23 juin, l'Angola n'a pas enregistré de nouveau cas d'épidémie de fièvre jaune. L'épidémie est finie", a déclaré le ministre de la Santé Luis Sambo lors d'une conférence de presse à Luanda.

Il s'agissait de "la pire épidémie de fièvre jaune au monde en une génération", a affirmé à l'AFP un haut responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Angola, Caetano Junior.

L'épidémie s'était déclenchée en Angola en décembre 2015.

Elle s'était ensuite propagée en République démocratique du Congo (RDC) voisine, et quelques cas importés avaient également été notifiés en Chine et au Kenya, faisant craindre à l'OMS une épidémie majeure.

En septembre, l'OMS avait finalement déclaré que les épidémies de fièvre jaune en Angola et en RDC étaient "sous contrôle".

Quelque 11 millions d'Angolais, sur une population totale de 25 millions, ont été vaccinés contre l'épidémie, selon Luis Sambo.

La dernière épidémie d'ampleur en Angola, plus gros producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne avec le Nigeria, remontait à 1986.

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale transmise par le moustique Aedes aegypti, vecteur de nombreux virus comme le Zika ou la dengue. Elle touche les régions tropicales d'Afrique et d'Amérique amazonienne. La vaccination en est la principale mesure préventive. La maladie est mortelle dans environ 50% des cas.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG