Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sepp Blatter trouve le temps judiciaire "un peu long"


L’ancien président de la Fifa, Sepp Blatter, lors d'une conférence de presse à Zurich, le 8 mars 2018.

Sous le coup d'une procédure pénale depuis 2015 pour "gestion déloyale" dont l'affaire du paiement controversé de 1,8 million d'euro à Michel Platini, l'ex-président de la Fifa aimerait bien que cela "se finisse".

Les avocats des deux parties ont été convoqués il y a deux semaines par la justice suisse à Berne dans le cadre de cette affaire, a assuré Sepp Blatter à Zurich.

Selon l'ancien patron de la Fifa "rien" ne s'était passé depuis septembre 2015, date de l'ouverture d'une procédure à son encontre pour "gestion déloyale", ajoutant: "c'est un peu long".

>> Lire aussi : Blatter songe à contester sa suspension

Selon lui, ces auditions sont liées à la saisine de la Cour européenne des droits de l'Homme par Michel Platini, suspendu pour les mêmes faits.

"Maintenant Platini a saisi la Cour européenne des droits de l'Homme. Il y a deux semaines, la justice suisse a entendu le clan Platini à Berne. Mon avocat était également présent et il a de nouveau démontré que le paiement à Platini a été fait correctement", a expliqué M. Blatter.

M. Blatter, président de la Fifa de 1998 à 2015, avait quitté son siège de président de la Fifa en pleine vague de scandales en 2015.

Le Valaisan, qui fêtera ses 82 ans dans deux jours, a ensuite été suspendu 6 ans (8 ans en première instance avant appel) par la justice interne de la Fifa pour un paiement controversé de 2 millions de francs suisses (1,8 M EUR), à son ex-ami et ex-allié Michel Platini. La justice suisse a également ouvert en septembre 2015 une procédure à son encontre pour "gestion déloyale".

>> Lire aussi : Enquête sur un virement suspect de Blatter au patron du foot autrichien

Platini avait lui saisi le Tribunal fédéral suisse - en vain - pour contester sa suspension de quatre ans, ce que n'avait pas fait Blatter. Le Français s'est désormais tourné vers la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg.

"J'aimerais bien qu'on en finisse. Si le cas est clos devant la justice suisse, il n'y a pas de raison d'avoir eu un cas à la Fifa. Ce que je veux faire c'est travailler du côté de la justice suisse mais aussi voir les arguments nécessaires pour obtenir une cassation de la décision de la commission d'éthique", a encore indiqué le Valaisan.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG