Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Canberra fait marche arrière sur les fermiers blancs sud-africains


Le Premier ministre Malcolm Turnbull et la ministre des affaires étrangères Julie Bishop lors d'une conférence de presse à Canberra, Australie, le 27 mars 2018

Le gouvernement de Pretoria a "salué" la décision de l'Australie de "retirer" les propos de son ministre de l'Intérieur qui avait suscité une vive polémique en affirmant que les agriculteurs sud-africains blancs étaient "persécutés".

Mi-mars, Peter Dutton avait déclaré que les fermiers blancs sud-africains devaient fuir les "conditions atroces" provoquées par les violences criminelles et la politique de redistribution des terres de Pretoria pour gagner "un pays civilisé". Il avait proposé de faciliter la délivrance de visas pour cette catégorie de population.

Le gouvernement sud-africain avait jugé ces propos "offensants" et convoqué immédiatement l'ambassadeur australien pour exiger "le retrait des commentaires" de M. Dutton.

Pretoria vient d'obtenir gain de cause.

Dans un communiqué lundi, la chef de la diplomatie sud-africaine, Lindiwe Sisulu, "a salué le fait que le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, et la ministre des Affaires étrangères, Jullie Bishop, aient retiré les commentaires du ministre de l'Intérieur, Peter Dutton, sur le processus de redistribution des terres en Afrique du Sud".

"Nous avons reçu une lettre du ministère australien des Affaires étrangères" expliquant que les propos de M. Dutton "ne reflétaient pas la position du gouvernement australien", a expliqué lundi le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, Ndivhuwo Mabaya.

Lindiwe Sisulu a de nouveau assuré lundi que "personne n'était persécuté en Afrique du Sud".

"L'Afrique du Sud est un pays de droit, et via un processus constitutionnel, parviendra à des solutions pour redistribuer la terre (...) sans violer les droits de quiconque", a assuré la ministre.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa compte "accélérer" la réforme agraire destinée à redistribuer des terres de la minorité blanche au profit de la majorité noire pour "corriger les injustices" passées.

L'écrasante majorité des fermes (72%) appartient toujours à la minorité blanche (8%), près d'un quart de siècle après la chute officielle du régime raciste.

La très délicate question de la réforme agraire inquiète nombre d'agriculteurs blancs qui craignent que l'Afrique du Sud ne suive la voie du Zimbabwe voisin, où la réforme agraire et la saisie brutale des terres ont plongé le pays dans une crise économique sans précédent.

Selon des statistiques officielles, jusqu'à 500.000 Sud-Africains blancs ont quitté leur pays ces trente dernières années, et l'Australie est la destination numéro un.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG