Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un ministre australien persiste sur la persécution des fermiers blancs sud-africains


Le ministre australien de l'Intérieur , Peter Dutton, lors d'une conférence de presse à Sydney, Australie, le 30 octobre 2016.

Le ministre australien de l'Intérieur est revenu à la charge jeudi sur son projet polémique de faciliter la venue en Australie d'agriculteurs sud-africains blancs "persécutés", balayant les critiques comme autant "d'élucubrations" de "gauchistes fous".

Peter Dutton avait suscité l'indignation la semaine dernière en déclarant que ces fermiers devaient fuir les "conditions atroces" provoquées par les violences criminelles et la politique de redistribution des terres de Pretoria pour gagner "un pays civilisé".

Il a ajouté qu'ils méritaient "l'attention spéciale" des services de l'immigration afin de déterminer s'ils pouvaient être accueillis sur des visas humanitaires ou de réfugiés. Pretoria avait convoqué l'ambassadeur d'Australie et exigé le retrait de ses propos.

>> Lire aussi : Canberra envisage des visas pour les fermiers blancs "persécutés" d'Afrique du Sud

En Australie même, M. Dutton a été accusé d'être un raciste inspiré par "l'Australie blanche", référence aux mesures ayant empêché pendant 70 ans, à partir de 1901, les immigrants non blancs de s'établir dans l'immense pays.

Cette prise de position de M. Dutton tranche radicalement avec la politique extrêmement dure menée par l'Australie envers les demandeurs d'asile, dont bon nombre viennent d'Irak, de Somalie ou d'Afghanistan.

Dans une interview jeudi à la radio EGB, il a assuré que la couleur de la peau des gens ne lui importait pas et que les migrants seraient autorisés à venir en Australie en fonction de l'intérêt national.

"Cela m'inquiète de voir que des gens sont persécutés en ce moment, c'est la réalité, le nombre de gens qui meurent ou qui sont sauvagement attaqués en Afrique du Sud est une réalité".

"On examine les moyens d'aider les gens à émigrer en Australie s'ils se trouvent dans cette situation".

Un total de 74 agriculteurs, selon la police, ont été tués entre 2016 et 2017 en Afrique du Sud, pour la quasi-totalité des blancs selon l'organisation AfriForum, porte-parole de cette minorité.

La controverse "n'est rien pour lui", a martelé M. Dutton. "Certains des gauchistes fous d'ABC, du Guardian, du Huffington Post, peuvent se dire préoccupés et dessiner des BD malveillantes à mon sujet".

"Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont morts pour moi". "Si les gens croient que je vais reculer à cause de leurs élucubrations, du +fake news+ monté de toutes pièces, ils peuvent toujours rêver."

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa veut "accélérer" la réforme agraire destinée à redistribuer des terres de la minorité blanche au profit de la majorité noire pour "corriger les injustices" passées.

Nombre d'agriculteurs blancs craignent que l'Afrique du Sud ne suive la voie du Zimbabwe voisin, où la réforme agraire et la saisie brutale des terres ont plongé le pays dans une crise économique sans précédent.

D'après les statistiques officielles, jusqu'à 500.000 Sud-Africains blancs ont quitté le pays ces 30 dernières années, et l'Australie est la destination numéro un.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG