Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Facebook renforce ses contrôles pour éviter tout parti pris

Mark Zuckerberg à San Francisco en novembre 2010

Accusé aux Etats-Unis d'écarter les thématiques conservatrices de ses sujets les plus discutés, Facebook a annoncé lundi qu'il revoyait ses consignes et renforçait ses contrôles.

Le réseau social réaffirme toutefois n'avoir détecté aucun indice de parti pris dans ses pratiques.

"Notre enquête n'a révélé aucun indice de parti pris politique systématique dans la sélection ou la mise en évidence des articles inclus dans la rubrique +Trending Topics+" (une pastille mentionnant les sujets les plus discutés sur le réseau social qui n'existe pas dans la version française de Facebook), a écrit le conseiller juridique de Facebook, Colin Stretch.

"Notre analyse indique en fait que les taux d'approbation de sujets progressistes ou conservateurs sont pratiquement identiques dans +Trending Topics+", poursuit-il dans une lettre répondant à une demande d'un sénateur républicain, John Thune, président de la commission sur le Commerce au Sénat.

"Toutefois (...) nos investigations n'ont pas permis d'exclure la possibilité que des actions isolées déplacées ou qu'un parti pris involontaire pèsent sur l'application de nos consignes", reconnaît Colin Stretch avant d'annoncer une série de "changements".

Facebook a ainsi mis à jour ses directives afin de les rendre plus claires et va redonner des séances de formation aux professionnels chargés de passer en revue ces sujets pour insister sur le fait que le choix des contenus ne doit pas dépendre d'opinions politiques ou idéologiques. Leurs équipes seront également soumises à un contrôle plus serré, selon la lettre.

Le site d'information spécialisé Gizmodo a publié début mai des articles citant d'anciens prestataires du service des "Trending Topics" qui accusaient le réseau social de partialité dans ses choix éditoriaux.

Face à ces accusations, le PDG et fondateur du réseau social, Mark Zuckerberg avait rencontré mercredi des personnalités conservatrices pour en discuter.

Déclarant que le réseau social était ouvert "à toutes les idées" à l'issue de cette rencontre, il avait assuré que "conservateurs et républicains ont toujours représenté une part importante de Facebook".

Avec AFP

Toutes les actualités

La commission des débats va couper les micros des candidats

La commission des débats va couper les micros des candidats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:58 0:00

Le Sénat votera lundi sur la juge nommée par Trump à la Cour suprême

La juge Amy Coney Barrett, candidate du président Donald Trump à la Cour suprême, au centre, rencontre le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, au Capitole, le 29 septembre 2020 à Washington.

Le Sénat américain se prononcera lundi, huit jours avant l'élection présidentielle, sur la candidature de la juge Amy Coney Barrett nommée par Donald Trump à la Cour suprême, a annoncé mardi le chef de la chambre haute du Congrès.

"Nous voterons lundi prochain pour confirmer la juge Barrett", a déclaré le sénateur républicain Mitch McConnell lors d'un point-presse.

"Cela sera un autre accomplissement majeur dans notre effort pour nommer dans les tribunaux fédéraux des hommes et des femmes qui croient en la notion étrange que leur travail de juge est de suivre la loi", a-t-il ajouté.

La magistrate conservatrice de 48 ans a été désignée le 26 septembre par le président républicain pour succéder à l'icône progressiste et féministe Ruth Bader Ginsburg décédée huit jours plus tôt.

Malgré l'opposition des démocrates qui voulaient attendre le verdict des urnes, Donald Trump et ses alliés républicains ont avancé à marche forcée pour obtenir l'aval du Sénat - obligatoire en vertu de la Constitution - avant le scrutin du 3 novembre.

La juge Barrett a été entendue pendant trois jours la semaine dernière par la commission judiciaire du Sénat.

Cette brillante juriste, venue avec six de ses sept enfants, a reconnu que sa foi catholique jouait un rôle important dans sa vie, mais a juré la tenir à distance dans son travail de juge.

Sous un feu nourri mais courtois de questions, elle a toutefois refusé de révéler ses positions sur un certain nombre de sujets brûlants, à commencer par le droit à l'avortement.

La commission judiciaire doit se retrouver jeudi pour un premier vote de procédure qui permettra d'entamer le lendemain les débats en séance plénière. Plusieurs étapes seront nécessaires avant de passer au vote final, le lundi.

Compte-tenu de la majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100), et malgré la défection annoncée de deux sénatrices républicaines, la juge Barrett est quasiment assurée d'être confirmée.

Elle pourrait prêter serment dans la foulée et rejoindre le temple du Droit à la veille de l'élection.

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Course à la Maison Blanche: difficile d'être élu sans gagner la Floride

Course à la Maison Blanche: difficile d'être élu sans gagner la Floride
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG