Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Face à l'épidémie, la Chine confine des villes et ferme la Cité interdite

coronavirus

La Chine a confiné jeudi une vingtaine de millions d'habitants dans la région de Wuhan, le berceau de l'épidémie qui a commencé à se répandre dans le monde et mobilise les autorités sanitaires internationales, conduisant même Pékin à fermer la célèbre Cité interdite.

Depuis 10H00 heure locale (02H00 GMT), plus aucun train ni avion ne doit en principe quitter Wuhan, une métropole de 11 millions d'habitants en plein centre de la Chine. Les péages aux sorties autoroutières de la ville sont fermés.

Wuhan est au coeur de l'épidémie qui depuis décembre a contaminé près de 600 personnes et fait 17 morts. Toutes les personnes ayant péri ont succombé dans cette agglomération ou dans sa province, le Hubei.

Symbole de l'inquiétude qui s'est emparée de tout le pays, la Cité interdite de Pékin, l'ancien palais des empereurs, a annoncé sa fermeture jusqu'à nouvel ordre pour éviter tout risque de contamination entre les visiteurs.

A la veille du long congé du Nouvel an chinois, la capitale a déjà décrété l'annulation des festivités, qui drainent habituellement des centaines de milliers de badauds dans les parcs pour assister à la traditionnelle danse du lion et du dragon.

A Wuhan, "les habitants ne doivent pas quitter (la ville) sans raison spécifique", ont décrété les autorités, afin "d'enrayer efficacement la propagation du virus", le Nouvel an occasionnant chaque année des centaines de millions de voyages.

Huanggang, une métropole de 7,5 millions d'habitants à 70 km plus à l'est, fait l'objet de mesures similaires. Tout près, Ezhou (1,1 million d'habitants) a fermé sa gare.

A l'ouest de Wuhan, une autre localité, Xiantao, a condamné les accès à une grande voie de circulation et au sud Chibi a interrompu tous ses transports publics. Ces deux cités rassemblent plus de deux millions d'habitants.

Tous les transports sont aussi suspendus à Lichuan, une ville d'un million d'habitants à 700 km de Wuhan.

- Taxis hors de prix -

Il était encore possible en début de journée de gagner Wuhan par voie ferrée ou par les airs, même si de nombreux vols étaient supprimés. Mais trains comme avions étaient presque vides, un spectacle étrange à la veille du congé du Nouvel an, lorsqu'ils sont habituellement pris d'assaut.

Dans le centre-ville, les transports publics étaient à l'arrêt et les festivités du Nouvel an ont été annulées.

La quasi-totalité des commerces, y compris les cafés et les restaurants, étaient clos. Les livreurs à scooter, en temps normal omniprésents dans les grandes cités chinoises, étaient aux abonnés absents.

Sous la pluie, Wuhan était plongée dans un calme surréaliste pour une métropole chinoise.

Les taxis ont multiplié leurs tarifs par trois. "Il est très dangereux de sortir en ce moment mais on a besoin d'argent", a expliqué un chauffeur à l'AFP.

Interrogé sur la flambée des prix, le gouverneur de la province, Wang Xiaodong, a assuré que "les réserves et l'approvisionnement des marchés sont suffisants".

La mairie a aussi imposé le port du masque respiratoire, que la plupart des habitants avaient de toute façon commencé à mettre depuis le début de la semaine.

Le branle-bas de combat a commencé lorsqu'un scientifique chinois a admis que la transmission du virus pouvait se faire d'humain à humain et pas seulement de l'animal à l'homme.

Le président Xi Jinping a donné le signal de la mobilisation lundi en appelant à "résolument" enrayer l'épidémie, qui jusque-là ne faisait pas les gros titres des journaux.

- Mesures "très très fortes" -

A Genève, le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué mercredi les mesures "très, très fortes" prises par la Chine, estimant qu'elles allaient "diminuer" les risques de propagation hors de ses frontières.

Elles sont intervenues au moment où l'OMS réunissait son comité d'urgence pour décider si le nouveau virus constitue une "urgence de santé publique de portée internationale".

Les experts n'étant pas parvenus à se mettre d'accord sur la question, l'OMS devait poursuivre la réunion jeudi.

Cette organisation n'a jusqu'ici utilisé le terme d'urgence internationale que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018.

Le virus de Wuhan, de la même famille que le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), a gagné plusieurs pays d'Asie et même les Etats-Unis. Le Vietnam et Singapour ont à leur tour annoncé des cas. Un autre a été enregistré en Arabie Saoudite, selon l'Inde dont c'est d'une de ses ressortissantes qu'il s'agit.

Les contrôles de température corporelle se sont généralisés dans plusieurs aéroports, notamment à Dubaï, l'un des plus grands du monde, visant tous les passagers en provenance de Chine.

L'OMS avait à l'époque du Sras, en 2002-2003, vivement critiqué Pékin pour avoir tardé à donner l'alerte et tenté de dissimuler l'ampleur de l'épidémie. Ce virus avait entraîné la mort de 774 personnes dans le monde, dont 648 en Chine y compris Hong Kong.

La crise a fait baisser les marchés financiers, en Asie comme en Europe, de crainte d'un ralentissement de la Chine, la deuxième économie du monde. La Bourse de Shanghaï a reculé de près de 3% et le pétrole a lui aussi perdu du terrain.

Toutes les actualités

Une militante libérée de prison en Inde après des accusations de torture

Manifestation de fermiers dans l'Haryana, le 27 décembre 2020. Les femmes ont joué un rôle croissant dans les contestations d'agriculteurs et d'ouvriers en Inde.

Nodeep Kaur, militante pour les droits du travail, arrêtée le mois dernier dans une manifestation ouvrière, a été libérée sous caution vendredi, quelques jours après que ses proches ont affirmé qu'elle avait été torturée et agressée sexuellement en détention.

Nodeep Kaur, âgée de 25 ans et appartenant à la communauté marginalisée des dalits (anciennement appelés "les intouchables"), avait été arrêtée dans une manifestation d'ouvriers devant une usine à la périphérie de la capitale indienne New Delhi.

Sa soeur Rajvir Kaur a confirmé vendredi qu'elle avait obtenu une libération sous caution de la Haute Cour du Pendjab et de l'Haryana (Nord). "Nous devons également lui faire passer un examen médical", a-t-elle précisé.

La police l'a arrêtée pour rassemblement illégal, tentative de meurtre et extorsion, selon des informations des médias locaux.

Son arrestation a déclenché une vague d'indignations et sa famille et ses partisans ont affirmé qu'elle avait été agressée sexuellement et torturée en détention. La police nie ces allégations.

Meena Harris, nièce de la vice-présidente américaine Kamala Harris, avait appelé à sa libération au début du mois, en tweetant qu'elle avait été "arrêtée, torturée et agressée sexuellement" en détention.

Le député travailliste britannique Tanmanjeet Singh Dhesi a évoqué l'arrestation de Nodeep Kaur au Parlement britannique, se disant alarmé par les accusations de torture.

La jeune femme a également participé au mouvement de protestations d'agriculteurs contre les réformes du gouvernement indien libéralisant les marchés agricoles.

Ces manifestations ont été abondamment commentées sur Twitter notamment par la pop star Rihanna et la militante suédoise pour le climat Greta Thunberg, suscitant la colère du gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi.

Des questions sur l’efficacité et la sûreté des vaccins anti-covid

Des questions sur l’efficacité et la sûreté des vaccins anti-covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:56 0:00

Japon: des robots offrent du réconfort aux confinés

Japon: des robots offrent du réconfort aux confinés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Une jeune domestique à Singapour ne pesait plus que 24 kilos à sa mort

Singapour

Une Singapourienne a reconnu avoir affamé, battu et tué sa domestique birmane qui ne pesait plus que 24 kilos au terme d'une année de sévices, selon les procureurs, qui y ont vu l'une des pires affaires de maltraitance de l'histoire de la cité-Etat.

Singapour compte environ 250.000 domestiques qui viennent généralement de pays asiatiques pauvres. Et les cas de mauvais traitement sont légions.

Mais les sévices endurés par Piang Ngaih Don jusqu'à son décès en 2016 avaient rarement été vus dans la ville, la jeune femme ayant reçu des coups de pied, de balai, été victime d'étouffement et de brûlures au fer à repasser, selon des documents judiciaires.

Gaiyathiri Murugayan, 40 ans, a plaidé mardi coupable de 28 chefs d'accusation, dont celui d'homicide volontaire. Passible de la prison à perpétuité, elle connaîtra sa peine ultérieurement.

"Le tribunal ressent une légitime colère à l'idée qu'un être humain en traite un autre d'une façon aussi inhumaine, et la loi doit s'appliquer dans toute sa force", ont affirmé les procureurs.

Piang Ngaih Don avait été embauchée en 2015 par Mme Gaiyathiri et son époux, un policier, pour s'occuper de leur fille de quatre ans et de leur garçon d'un an.

Mme Gaiyathiri infligea presque quotidiennement des sévices à son employée, et parfois plusieurs fois par jour, selon ces documents qui précisent que la mère de l'accusée, âgée de 61 ans, se livrait parfois aussi à des violences.

La domestique ne recevait que très peu à manger et perdit près de 40% de son poids pour ne peser finalement que 24 kilos au moment de son décès en juillet 2016. Elle n'était autorisée à dormir que cinq heures par nuit.

L'accusation n'a pas retenu la qualification la plus lourde qui aurait été passible de la peine capitale en prenant en compte le fait que l'accusée souffrait de plusieurs maladies, dont la dépression.

Son mari est également poursuivi.

Un homme condamné à payer son ex-épouse pour les tâches ménagères

Photo d'illustration.

La justice chinoise a obligé un homme à verser à son ex-femme plus de 7.700 dollars en guise de dédommagement pour les tâches ménagères effectuées pendant leur mariage, entraînant des discussions enflammées sur les réseaux sociaux.

En vertu du code civil chinois, entré en vigueur cette année, les conjoints en instance de divorce ont, pour la première fois, le droit de demander une indemnisation s'ils ont assumé davantage de responsabilités à la maison.

Mme Wang, une femme au foyer, a déclaré devant un tribunal de Pékin s'être ainsi occupée au cours de son mariage "de son fils et des tâches ménagères" tandis que son mari, "en dehors de son travail, ne se souciait pas et ne participait pas aux tâches familiales".

L'épouse a par conséquent réclamé le versement d'un dédommagement financier, selon un compte-rendu de justice publié le 4 février.

Le tribunal a estimé que la mère de famille avait effectivement assumé davantage de tâches ménagères. Il a ainsi exigé de l'ex-mari qu'il lui verse 50.000 yuans (7.745 dollars) à titre de compensation, ce qui semble être une première en Chine.

Mais Mme Wang, qui avait demandé 160.000 yuans (24.784 dollars), a fait appel de la décision cette semaine, selon les médias locaux. Une initiative qui a suscité un débat enflammé sur le réseau social Weibo.

"Juste 50.000 yuans de compensation pour le ménage pendant cinq ans de mariage? C'est plutôt rentable pour le mec!", a réagi un internaute.

"En six mois, une nounou à plein temps revient plus cher que ça", s'est insurgé un autre.

Le montant du dédommagement a été défini par la justice en fonction de plusieurs critères, dont la durée du mariage, "les efforts consentis par Mme Wang pour (effectuer) les tâches ménagères, les revenus de (son mari) et le coût de la vie locale", a expliqué l'un des juges, cité par plusieurs médias.

Voir plus

XS
SM
MD
LG