Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Fête de la Tabaski: à Dakar, pas d'affluence chez les vendeurs de moutons


A Dakar, les points de vente sont installés un peu partout au Sénégal, le 20 juillet 2021. (VOA/Seydina Aba Gueye)

La Fête de l’Eid, communément appelée Tabaski, est l’une des célébrations religieuses les plus respectées au Sénégal avec notamment le sacrifice du mouton. Mais pour la deuxième année consécutive, elle sera célébrée en pleine pandémie de Covid-19. 

A quelques heures de la Tabaski, les éleveurs étaient installés un peu partout dans les rues et places de Dakar. D'habitude, les moutons de race sont très prisés malgré leur cherté.

Avec la conjoncture, Samba Diallo préfère ne pas en vendre cette année. Il est basé à Liberté 6, les prix de ses bêtes varient entre 100.000 et 400.000 francs. Sa moyenne de vente : 1 à 2 moutons tous les 3 jours. "Il y a de cela 3 ans nous ne vendions que des moutons de race. Cependant avec la crise sanitaire et la conjoncture, les acheteurs de moutons de race se font rares", se plaint-il.

Amadou sow est également éleveur. Il a commencé a exposer ses moutons depuis 10 jours. Il n’a vendu aucun mouton. Pourtant pour ses prix se veulent abordables et varient entre 100.000 et 350.000 f CFA.

"Les acheteurs se font rares en ce moment, sûrement c’est parce qu'ils n’ont pas d’endroit où garder le mouton. Les prix sont abordables, le moins cher coûte 100.000 F et le plus cher 350 000 francs CFA. Ils viennent demander les prix mais n’achètent pas. La preuve je n’ai pas encore vendu de mouton, une première pour moi si je compare cette opération Tabaski avec les éditions passées", se plaint-il.

Comment les Maliens ont passé la Tabaski
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Assane est un père de famille qui habite à Ouest foire, il n’a pas encore acheté le mouton de la Tabaski. Pour lui, conjoncture ou pas, il va accomplir ce rituel religieux, en bon croyant il reste optimiste et place toute sa confiance entre les mains du bon Dieu.

"C’est évident je vais acheter un mouton, même s' il faut le reconnaître les temps sont durs. Je crois en Dieu et je lui fais confiance, il va me donner de quoi faire le sacrifice d' Abraham et le fera avec tout le monde, c’est mon intime conviction, ça va aller pour tout le monde même si le contexte économique est particulier", dit-il d’un air résigné.

Le président des éleveurs a annoncé une quantité importante de moutons disponibles pour les besoins de la Tabaski. Il parle de plus de 27.000 bêtes réparties dans les régions.

A Dakar, dans chaque quartier est installé un point de vente. Seulement les éleveurs ont avoué qu'en ce moment les acheteurs viennent au compte-gouttes. La conjoncture ne leur permet pour le moment pas de prétendre acheter les moutons avec les prix actuels.

XS
SM
MD
LG