Liens d'accessibilité

L'évêque retrouvé mort a été "brutalement assassiné" au Cameroun


Le Secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Cameroun donne lecture de la déclaration des évêques qui précise que l'évêque Jean Marie Bala a été assassiné, le 14 juin 2017 à Yaoundé. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

L'évêque catholique camerounais Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché le 2 juin dans un fleuve du centre du pays, "a été brutalement assassiné", ont affirmé les évêques camerounais dans une déclaration.

"Nous, évêques du Cameroun, affirmons que Mgr Jean Marie Benoît Blala ne s'est pas suicidé; il a été brutalement assassiné", ont-ils déclaré au terme d'une réunion extraordinaire mardi à Yaoundé, en dénonçant un "crime odieux et insupportable".

"Voilà un meurtre de plus, et un de trop", s'exaspèrent-ils, exigeant "que toute la lumière soit faite sur les circonstances et les mobiles de l'assassinat de Mgr Jean Marie Benoît Bala".

Monseigneur Samuel Kleda, président de la conférence épiscopale nationale du Cameroun lors du point de presse ce 14 juin 2017 à Yaoundé. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)
Monseigneur Samuel Kleda, président de la conférence épiscopale nationale du Cameroun lors du point de presse ce 14 juin 2017 à Yaoundé. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

Les religieux espèrent que "les coupables" seront "nommément identifiés et livrés à la justice. Dans leur déclaration, les prélats camerounais affirment que leur conclusion s'appuie sur les "premiers constats", sans plus de précisions.

Le 2 juin, le corps de Jean Marie Benoît Bala, 58 ans, évêque de Bafia (centre), avait été repêché dans le fleuve Sanaga, plus de 48 heures après sa disparition. Son véhicule avaitété découvert le 31 mai sur un pont du fleuve Sanaga, à plus de 80 km de Yaoundé.

Un message, supposément rédigé par l'évêque, avait été retrouvé sur le siège avant de son véhicule, de même que ses papiers d'identité, selon les autorités. "Je suis dans l'eau", indiquait le message écrit sur du papier à en-tête du diocèse. Le parquet avait annoncé l'ouverture d'une enquête judiciaire pour "mort suspecte".

Quelques membres du clergé éprouvés ont assisté au point de presse, le 14 juin 2017 à Yaoundé. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)
Quelques membres du clergé éprouvés ont assisté au point de presse, le 14 juin 2017 à Yaoundé. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

"Nous avons le triste souvenir de plusieurs autres prélats, membres du clergé et personnes consacrées, qui ont été assassinés dans les conditions non élucidées jusqu'à ce jour", s'indignent les prélats camerounais.

Ils citent notamment Mgr Yves Plumey, assassiné à Ngaoundéré (nord) en 1991, l'abbé Joseph Mbassi, retrouvé mort à Yaoundéen 1988, le père Antony Fontegh tué à Kumbo (sud-ouest) en 1990, les soeurs de Djoum (est) mortes en 1992 et le père Engelbert Mveng tué à Yaoundé en 1995.

Emmanuel Jules Ntap, correspondant à Yaoundé

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG