Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Espoir mesuré de changement après le scandale des prêtres pédophiles de Pennsylvanie

Le pape François lors de sa visite à la basilique Sainte Sophie, à Rome, le 28 janvier 2018.

La révélation mardi de centaines de cas de prêtres pédophiles en Pennsylvanie a renforcé les appels à un durcissement de la loi, dans l'attente d'éventuelles mesures en profondeur de la hiérarchie catholique.

Après deux jours de silence, le pape François a réagi jeudi à ces mises en cause, se disant du "côté" des victimes et assurant vouloir "les écouter pour éradiquer cette horreur qui détruit la vie des innocents".

"Les victimes doivent savoir que le pape est de leur côté. Ceux qui ont souffert sont sa priorité et l'Eglise veut les écouter pour éradiquer cette horreur tragique qui détruit la vie des innocents", a déclaré le Saint-Siège dans un communiqué.

"Deux mots peuvent exprimer ce que l'on ressent face à ces crimes horribles: la honte et la douleur", a souligné le Vatican.

"La question, maintenant, est de savoir si le pape va répondre à cette vague d'accusations en plaçant les évêques devant leurs responsabilités", estime Michael Moreland, professeur de droit et religion à l'université Villanova en Pennsylvanie, au sujet de ce dossier qui concerne plus de mille enfants victimes.

Le souverain pontife avait déjà été critiqué pour n'avoir agi que très tard dans l'affaire des prêtres pédophiles au Chili, après avoir notamment défendu un évêque chilien soupçonné de dissimulation d'agressions sexuelles.

Après la publication des documents, le président de la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis (USCCB), l'évêque Timothy Doherty, a affirmé que le clergé catholique américain était "déterminé à travailler de façon résolue pour que des tels abus ne puissent plus arriver".

L'évêque Doherty a rappelé que depuis 2002, l'Eglise catholique américaine s'était dotée d'une charte, parfois appelée Dallas Charter, qui prévoit le signalement à la justice, l'abandon des accords de confidentialité et des sanctions pour prêtres et diacres convaincus d'agression sexuelle.

Pour Leon Podles, auteur du livre "Sacrilege" (2008) sur les abus sexuels au sein de l'Eglise catholique américaine, cette charte, actualisée plusieurs fois, dont la dernière en 2018, a apporté du changement "dans une certaine mesure".

Le nombre de cas a sensiblement diminué depuis la publication de ce document, reconnaît Lisa Fullam, professeure de théologie morale à l'université de Santa Clara, en Californie.

Cette diminution est aussi "partiellement due au fait que les parents sont maintenant avertis" et se méfient davantage, estime Leon Podles.

- "Des conséquences juridiques" nécessaires -

Mais "la charte ne concerne que les prêtres et les diacres, pas les évêques", qui ne sont passibles d'aucune sanction, souligne-t-il.

L'enquête menée par le procureur de Pennsylvanie a bien mis au jour le rôle actif de la hiérarchie pour dissimuler des cas de pédophilie.

Certains, au sein du clergé catholique américain, comme l'évêque d'Harrisburg, Ronald Gainer, dont le diocèse, situé en Pennsylvanie, a connu des affaires de pédophilie, ont décidé d'aller plus loin.

Mardi, il a rappelé avoir notamment pris l'engagement de signaler à la justice toute accusation d'agression sexuelle concernant un membre du diocèse, dans lequel ont été mises en place des formations obligatoires sur le sujet.

Pour Lisa Fullam, de l'université de Santa Clara, pour "s'assurer que cela ne se reproduise pas, il faut faire en sorte qu'il y ait des conséquences juridiques".

De nombreux prêtres ont été poursuivis, jugés et condamnés aux Etats-Unis dans des affaires de pédophilie, mais leur hiérarchie, elle, a toujours échappé aux poursuites pénales jusqu'ici.

D'autres pays, comme l'Australie, ont déjà osé briser ce tabou.

En mai, l'ancien archevêque australien Philip Wilson a ainsi été condamné à un an de détention pour avoir couvert des abus pédophiles.

- Demande d'abolition de la prescription -

Pour le parlementaire local de Pennsylvanie Mark Rozzi, qui a été abusé par un prêtre lorsqu'il avait 13 ans, le changement passera aussi par un durcissement des lois.

Il réclame notamment l'abolition de la prescription pour les crimes sexuels sur mineurs, incluse dans une proposition de loi en souffrance depuis plus d'un an à la Chambre des représentants de Pennsylvanie.

Seuls deux cas, sur plus de 300 présentés mardi par le procureur de Pennsylvanie, étaient ainsi encore passibles de poursuites pénales, les autres faits étant prescrits.

"Je pense qu'il y aura un nouvel élan dans plusieurs Etats, y compris en Pennsylvanie, pour modifier les dispositions relatives à la prescription", estime Michael Moreland, professeur de droit et religion à l'université Villanova.

La portée de toute modification législative sera néanmoins limitée par le principe de la non rétroactivité.

Restent les paroissiens. Jusqu'ici, aux Etats-Unis, ils n'ont pas poussé l'Eglise catholique à se réformer.

Après les scandales, "certains l'ont quittée, mais la plupart ne veulent pas y penser", considère Leon Podles. "Parce que s'ils prenaient ça au sérieux, cela les obligerait à faire des choses douloureuses, gênantes. Et ils ne le souhaitent pas. Donc ils n'y pensent pas."

Avec AFP

Toutes les actualités

Le basketteur Kobe Bryant intronisé au Hall of Fame

Kobe Bryant des Los Angeles Lakers contre les Boston Celtics pendant le deuxième trimestre d'un match de basket de la NBA à Boston le mercredi 30 décembre 2015. (AP Photo / Winslow Townson)

Le quintuple champion de la NBA Kobe Bryant, décédé dans un accident d'hélicoptère fin janvier, fait partie, sans surprise, des joueurs qui seront intronisés cette année au Hall of Fame, le panthéon du basket américain, selon la liste révélée samedi.

La légende des Los Angeles, disparue à 41 ans dans un crash qui a également coûté la vie à sa fille de 13 ans Gianna et sept autres personnes, figure parmi les neuf noms de la promotion 2020, en compagnie notamment de l'ancien joueur de San Antonio Tim Duncan (43 ans), cinq fois titré en NBA, et Kevin Garnett, champion en 2008 avec Boston.

"La promotion 2020 est sans aucun doute l'une des plus historiques de tous les temps et le talent et l'influence sociale de ces neuf lauréats est sans commune mesure", a déclaré John Doleva, directeur général du Hall of Fame.

"En 2020, la communauté du basket a subi la perte inimaginable de figures emblématiques: le commissaire de la NBA David Stern (ndlr: mort en janvier à 77 ans des suites d'une hémorragie cérébrale) et Kobe Bryant, ainsi que la perte du jeu lui-même en raison du COVID-19." La saison de la NBA a été suspendue le mois dernier devant la propagation du coronavirus.

"C'est un accomplissement et un honneur incroyable, nous sommes extrêmement fiers de lui", a réagi l'épouse de Kobe Bryant, Vanessa. "Chaque étape dans sa carrière d'athlète a été un tremplin pour être ici (au Hall fo Fame)", a-t-elle ajouté.

La tragédie frappe encore la famille Kennedy

Le gouverneur du Maryland, Larry Hogan, lors d'une conférence de presse le 3 avril 2020 à Annapolis. (AP/Brian Witt)

Les recherches pour retrouver deux membres de la famille Kennedy, disparus lors d'une balade en canoë, n'ont pas permis de les retrouver et ils sont présumés morts, ont annoncé leurs proches.

Il s'agit d'un nouveau drame pour la plus célèbre dynastie des Etats-Unis, régulièrement frappée par la tragédie depuis l'assassinat en 1963 à Dallas du président démocrate John Fitzgerald Kennedy (JFK).

Sa petite-nièce Maeve Kennedy McKean, 40 ans, n'est pas revenue jeudi d'une sortie en canoë avec son fils Gideon, 8 ans, dans la baie de Chesapeake, dans la région de Washington, ont annoncé vendredi les autorités.

Des garde-côtes, des policiers et des pompiers ont immédiatement tenté de les retrouver, mais sans succès.

"Les chances qu'ils aient survécu sont extrêmement faibles. Il est clair que Maeve et Gideon sont morts", en a conclu son époux David McKean dans un message posté dans la nuit sur Facebook.

Les recherches lancées par les autorités "ne sont plus une opération de secours mais de récupération" des corps, a ajouté dans un communiqué la mère et grand-mère des victimes, Kathleen Kennedy Townsend.

Cette dernière est la fille aînée de l'ancien ministre de la Justice Robert Kennedy, le frère de John, qui fut tué en 1968 alors qu'il était bien placé pour remporter les primaires démocrates pour la présidentielle.

La famille a subi d'autres drames: un des fils de Robert Kennedy, David, est mort à l'âge de 28 ans d'une overdose de cocaïne dans un hôtel de Floride, en 1984.

Un autre de ses fils, Michael, a succombé à une collision avec un arbre lors d'une descente à ski en 1997 dans le Colorado.

En 1999, le fils de "JFK" est mort avec sa femme Carolyn et sa belle-soeur Lauren dans le crash de l'avion qu'il pilotait dans le Massachusetts.

Saoirse Kennedy Hill, une petite-fille de Robert Kennedy, est également décédée l'année dernière d'une overdose, à l'âge de 22 ans.

Covid-19 aux Etats-Unis: le nombre de morts explose

Covid-19 aux Etats-Unis: le nombre de morts explose
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:47 0:00

Melania Trump passe un coup de fil à Brigitte Macron

Les premières dames américaine et française Melania Trump et Brigitte Macron sur les marches du Palais de l’Elysée à Paris, le 10 novembre 2018, lors des commémorations du centenaire marquant la fin de la Première Guerre mondiale. (AP Photo/Jacquelyn Martin)

La Première dame des Etats-Unis Melania Trump a exprimé vendredi, lors d'un échange téléphonique avec Brigitte Macron, la solidarité de son pays avec la France.

L'épouse de Donald Trump a transmis à l'épouse d'Emmanuel Macron ses condoléances "pour ceux qui ont perdu la vie en raison du coronavirus en France", a indiqué la Maison Blanche dans un compte-rendu de l'appel.

"Elle a également réaffirmé que les Etats-Unis étaient aux côtés des Français et s'est dite optimiste sur la capacité (des deux pays) à surmonter ensemble cette période difficile", ajoute le texte.

Les deux femmes, qui se sont rencontrées à de nombreuses reprises, ont prévu de rester en contact au cours "des jours et des semaines" à venir.

Arrivée d’un navire-hôpital à New York

Arrivée d’un navire-hôpital à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG