Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Les objectifs climatiques des Etats-Unis ne pourront être remis en cause, selon Kerry

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, lors d'une conférence de presse en Nouvelle-Zélande, le 13 novembre 2016.

Les Etats-Unis sont en bonne voie pour réaliser leurs objectifs climatiques et ne "pourront pas revenir en arrière", a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry, à la conférence climat de l'ONU à Marrakech.

"Je peux vous dire avec confiance que les Etats-Unis sont aujourd'hui en bonne voie de réaliser les objectifs internationaux qui ont été fixés", a dit, dans un long discours en forme de testament, le responsable engagé depuis longtemps dans la lutte contre le réchauffement.

"Je ne pense pas que cela puisse ou que cela sera inversé", en particulier pour des raisons économiques, liées aux forces du marché, a-t-il dit, plus d'une semaine après la désignation à la Maison Blanche d'un président climato-sceptique.

"Depuis le début de cette COP, une élection a eu lieu, et je sais que cela a laissé à certains un sentiment d'incertitude face à l'avenir", a-t-il dit, devant un parterre composés de participants internationaux et de membres de son équipe climat.

"Je ne peux spéculer ici sur les politiques que le président élu va mener. Ce que je peux vous dire est ceci: certaines questions prennent un aspect bien différent, quand vous êtes au pouvoir, de l'aspect qu'elles avaient pendant la campagne".

"Personne n'a le droit de prendre des décisions affectant des milliards de personnes sur la base de la seule idéologie", a-t-il encore dit, appelant aussi à consulter ceux qui savent, tels que les victimes du réchauffement ou encore, et en premier lieu, les scientifiques du climat.

Avec AFP

Toutes les actualités

Une photo de Bernie Sanders fait le tour du monde

Une photo de Bernie Sanders fait le tour du monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Une fusée de SpaceX envoie un nombre record de satellites dans l'espace

Une fusée de SpaceX envoie un nombre record de satellites dans l'espace

Une fusée Falcon 9 de SpaceX s'est élancée dimanche en emportant un nombre record de satellites, a indiqué la compagnie.

La fusée a décollé de Cap Canaveral en Floride à 10H00 (15H00 GMT), 24 heures après la date prévue initialement pour son envol qui a été reporté en raison du mauvais temps.

Andy Tran, un responsable de SpaceX, a indiqué dans une vidéo accompagnant le lancement que Falcon 9 transportait 133 satellites commerciaux et gouvernementaux ainsi que 10 satellites de SpaceX.

"Le plus grand nombre" de satellites "jamais déployés en une seule mission", a-t-il ajouté.

SpaceX fait voler Falcon 9 dans le cadre d'un programme de "rideshare" (lancement partagé) aux termes duquel de plus petites compagnies paient le groupe d'Elon Musk pour porter leur technologie dans l'espace.

Dans une série de tweets, SpaceX a dit que les 143 satellites avaient été déployés.

La société fondée par Elon Musk veut mettre en orbite des milliers de petits satellites pour former la constellation baptisée "Starlink", qui doit fournir internet à haut débit à partir de l'espace.

Des scientifiques ont dit leur inquiétude au sujet du nombre d'objets gravitant autour de la Terre. SpaceX affirme que ses satellites sont conçus pour brûler dans l'atmosphère au bout de quelques années.

SpaceX: premier vol opérationnel réussi vers la Station spatiale internationale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Un procès "stupide": des ténors républicains contre la destitution de Trump

USA-TRUMP/

La perspective d'une condamnation de Donald Trump dans son procès en destitution paraissait très incertaine dimanche, plusieurs sénateurs républicains se disant fermement contre à la veille de la transmission au Sénat de l'acte d'accusation de l'ex-président pour "incitation à l'insurrection".

"Je trouve ce procès stupide. Je pense que cela va être contre-productif", a tonné le sénateur républicain Marco Rubio dimanche sur Fox.

"Le pays est déjà en flammes et cela revient à verser de l'essence sur ce feu."

Sur fond d'appels au rassemblement lancés par le nouveau président démocrate Joe Biden, plusieurs ténors républicains mettaient ainsi en garde contre les "divisions" que risquerait de creuser encore un tel procès historique.

Si les langues se sont déliées et que même des fidèles, comme Marco Rubio, reconnaissent ouvertement que le milliardaire "porte une part de responsabilité" dans l'assaut meurtrier du Capitole le 6 janvier, plusieurs estiment, comme M. Rubio dimanche, que "remuer tout cela" risquerait de nuire encore plus au pays.

Des sénateurs républicains déclarent même anticonstitutionnel de juger en destitution un ex-président, et cherchent une voie pour empêcher la tenue même du procès, sur cette base.

Plongé dans un silence inédit depuis son bannissement de Twitter, installé dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride, Donald Trump continue d'exercer une profonde influence sur son parti.

Et les figures républicaines, plus rares, qui ont vivement dénoncé son rôle dans les violences tombent sous le feu des critiques de la base républicaine.

Mais pas question pour elles d'en démordre, à l'image du sénateur Mitt Romney qui a défendu la tenue d'un procès en destitution dimanche.

"Si nous voulons que ce pays se rassemble, il est important de reconnaître que la responsabilité, la vérité et la justice sont nécessaires", a déclaré le conservateur sur Fox, en laissant entendre qu'il pourrait juger coupable le magnat de l'immobilier, accusé d'avoir incité ses partisans "à l'insurrection" lors des violences du 6 janvier, qui ont fait cinq morts.

Cet ex-candidat à la présidentielle fut le seul sénateur républicain à condamner Donald Trump lors de son premier procès en destitution, en février 2020 dans l'affaire ukrainienne. Le président avait alors été acquitté par un Sénat à majorité républicaine.

Depuis mercredi, les démocrates ont pris le contrôle de la chambre haute mais leur majorité est extrêmement fragile: ils occupent 50 sièges, contre 50 sièges pour les républicains.

En cas d'égalité parfaite dans un vote, la nouvelle vice-présidente Kamala Harris a le pouvoir d'ajouter sa voix pour faire pencher la balance du côté démocrate.

Procès le 9 février

Mais il auront besoin des deux tiers du Sénat pour condamner Donald Trump, soit 17 voix républicaines si l'ensemble des démocrates votent pour. Un nombre qui semble aujourd'hui difficile à atteindre, même si leur puissant chef, Mitch McConnell, a indiqué qu'il n'excluait pas de voter pour sa condamnation.

Avec sa mise en accusation pour "incitation à l'insurrection" votée à la Chambre des représentants le 13 janvier, le républicain est devenu le premier président des Etats-Unis à tomber deux fois sous le coup d'un "impeachment".

Lundi, l'acte d'accusation de la Chambre sera transmis au Sénat à 19H00 (00H00 mardi), marquant l'ouverture formelle du procès. Mais il ne démarrera en plein que deux semaines plus tard, le 9 février.

"Je m'attends à ce que cela aille plus vite" que le premier, qui avait duré 21 jours, a indiqué dimanche l'élue démocrate Madeleine Dean, l'une des "procureurs" de la Chambre.

S'il s'est bien gardé de peser dans les débats sur le bien-fondé de cette procédure, ce délai soulage certainement Joe Biden, qui pourra voir plus de membres de son cabinet confirmés par le Sénat d'ici là. Et espère faire adopter rapidement des mesures phares au Congrès, avant que la chambre haute ne soit monopolisée par le procès.

Mais sa pièce maîtresse, un plan titanesque de relance de l'économie et de lutte contre la pandémie, de 1.900 milliards de dollars, pourrait avoir du mal à rassembler assez de voix au Sénat à en croire les premières oppositions de républicains.

Le "montant total est assez choquant", a ainsi déclaré Mitt Romney dimanche, tout en se montrant ouvert à négocier sur certains points du plan, comme l'aide aux chômeurs ou aux Etats et collectivités locales.

Venezuela: Maduro demande à Biden de "tourner la page"

Venezuelan President Nicolás Maduro removes his mask as he prepares to speak about his annual report to the nation before legislators in the National Assembly, Caracas, Jan. 12, 2021.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a appelé samedi son nouvel homologue américain Joe Biden à "tourner la page", se déclarant prêt à ouvrir "une nouvelle voie" dans les relations diplomatiques rompues il y a deux ans entre Caracas et Washington.

"Nous sommes prêts à suivre une nouvelle voie dans nos relations avec le gouvernement de Joe Biden, sur la base du respect mutuel, du dialogue, de la communication et de la compréhension", a déclaré M. Maduro dans un discours adressé à ses partisans.

"Le Venezuela, ce Venezuela du XXIe siècle, bolivarien et révolutionnaire, est prêt à tourner la page" des querelles diplomatiques avec l'administration de Donald Trump qui a imposé de multiples sanctions économiques au Venezuela, dont un embargo sur le pétrole depuis 2019, première ressource du pays, afin de renverser le régime socialiste de M. Maduro qualifié de "dictateur".

Les Etats-Unis avaient également reconnu, comme plus de 50 pays dans le monde, l'opposant Juan Guaido. Celui-ci s'était autoproclamé président par intérim du Venezuela le 23 janvier 2019 et avait accusé M. Maduro d'avoir "frauduleusement" remporté l'élection présidentielle de 2018, boycottée par l'opposition.

"Il y a deux ans, j'ai dû réagir avec force et dignité et, d'ici même, j'ai procédé en tant que chef de l'Etat à la rupture de toutes les relations politiques et diplomatiques avec le gouvernement américain de l'époque", a poursuivi M. Maduro depuis le balcon du palais présidentiel de Miraflores. "Trump est parti!", s'est-il félicité.

Dès la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine en novembre, Nicolas Maduro l'avait félicité et s'était dit "prêt au dialogue et à la bonne entente avec le peuple et le gouvernement des Etats-Unis". Des appels réitérés en décembre.

- Soutien américain à Guaido -

Antony Blinken, désigné par Joe Biden pour être son secrétaire d'Etat, a toutefois déclaré que la Maison Blanche continuerait à reconnaître Juan Guaido. Le futur chef de la diplomatie américaine a par ailleurs qualifié M. Maduro de "dictateur brutal".

Ce soutien renouvelé au chef de l'opposition vénézuélienne est intervenu malgré la nouvelle majorité chaviste au Parlement, issue des élections du 6 décembre boycottées par l'opposition, qui les dit frauduleuses. Elles n'ont pas été reconnues par les Etats-Unis, l'Union européenne ni plusieurs plusieurs pays d'Amérique latine.

Même si un allègement des sanctions ne semble pas à l'ordre du jour, les analystes estiment que l'administration Biden se montrera sans doute plus modérée que la précédente et qu'elle plaidera en faveur d'une médiation internationale en vue d'une transition progressive du pouvoir au Venezuela.

Juan Guaido, de son côté, défend la continuité de l'ancien Parlement d'opposition et, avec elle, de sa position de chef du congrès, dont il a revendiqué la présidence par intérim.

Le président de la nouvelle Assemblée nationale, Jorge Rodriguez, a répété samedi les accusations de corruption à l'encontre de Juan Guaido, sur la base de plaintes publiées par le quotidien américain Washington Post concernant des irrégularités présumées liées à des fonds et des actifs du Venezuela d'un total de 40 milliards de dollars bloqués à l'étranger.

Selon l'ONU, plus de cinq millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015 pour fuir la grave crise politique et économique que traverse le pays avec une inflation incontrôlée de +4.000% sur un an.

Les défis qui attendent Joe Biden

Les défis qui attendent Joe Biden
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG