Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

L'ex-chef du FBI "insubordonné" mais impartial dans l'enquête sur Hillary Clinton

L’ex-directeur du FBI, James Comey, Washington, le 7 juillet 2016.

L'ancien chef du FBI James Comey s'est affranchi des règles en supervisant l'enquête sur Hillary Clinton avant la présidentielle de 2016, mais s'est montré impartial en excluant de poursuivre la candidate démocrate, a conclu jeudi un rapport officiel.

"Nous n'avons trouvé aucune preuve montrant que les décisions des procureurs ont été influencées par des partis pris ou d'autres considérations déplacées", écrit l'inspecteur général Michael Horowitz.

Ce rapport de 500 pages, très attendu car présenté comme susceptible d'être une bombe politique, risque pour M. Trump de ne pas avoir l'effet escompté: le président ne cesse d'affirmer que les démocrates se sont alliés avec des éléments du FBI pour tenter d'aider Mme Clinton à remporter la Maison Blanche.

M. Comey, que M. Trump a limogé en mai 2017 et qui s'est montré depuis très critique du président, est épinglé dans ce rapport pour avoir pris des libertés avec les procédures en vigueur à la tête de la police fédérale américaine.

L'inspecteur général Horowitz dirige un organe indépendant traquant d'éventuels abus au sein du ministère de la Justice et des agences en dépendant, censées être apolitiques.

>> Lire aussi : La colère de Trump contre l'ex-chef du FBI ne retombe pas

Son rapport confirme la teneur d'échanges entre deux agents du FBI, par ailleurs amants, ayant travaillé sous les ordres de M. Comey et ensuite pour le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l'enquête sur une éventuelle collusion entre la Russie et des collaborateurs de campagne de M. Trump.

Ces deux fonctionnaires, la juriste Lisa Page et l'enquêteur Peter Strzok ont, selon l'inspecteur général, montré une "volonté d'agir officiellement pour affecter" les chances de M. Trump d'être élu président.

Trump "ne va jamais devenir président, n'est-ce pas?", avait demandé dans un email Mme Page.

"Non. Sûrement pas. Nous l'en empêcherons", avait répondu M. Strzok.

Pour Sarah Sanders, la porte-parole de la Maison Blanche, le rapport "confirme les soupçons du président sur la conduite de M. Comey et les préjugés de certains membres du FBI".

M. Horowitz examine en profondeur certains actes d'enquête cruciaux de James Comey qui, en 2016, a tour à tour été accusé d'avoir favorisé Mme Clinton puis M. Trump dans leur course à la Maison Blanche.

Dans une conférence de presse surprise en juillet 2016, M. Comey avait recommandé de ne pas poursuivre Mme Clinton sur ses emails envoyés avec un serveur privé, tout en notant que l'ex-secrétaire d'Etat avait fait preuve d'une "extrême négligence".

Selon M. Horowitz, il aurait dû en référer d'abord à la ministre de la Justice de l'époque, Loretta Lynch, qui était sa supérieure hiérarchique.

"Cette façon d'agir de M. Comey a été extraordinaire et insubordonnée", a souligné l'inspecteur général.

Puis, fin octobre 2016, le patron du FBI avait relancé de façon retentissante l'affaire des emails en annonçant, dans une lettre au Congrès, rouvrir l'enquête sur Mme Clinton.

Toujours selon M. Horowitz, M. Comey a alors commis "une grave erreur de jugement" et aurait dû au contraire s'abstenir d'envoyer une telle lettre fracassante à dix jours du scrutin présidentiel.

Ironie du sort, le rapport indique que M. Comey a lui-même utilisé une adresse email personnelle pour gérer certaines affaires du FBI.

"Mais mes emails.", a réagi sur Twitter Mme Clinton, qui avait assuré par le passé que cette affaire lui avait coûté la victoire à l'élection présidentielle.

Sur son compte Twitter et dans une tribune distincte publiée jeudi par le New York Times, James Comey a défendu ses décisions prises dans un "contexte extraordinaire", au nom de la transparence.

"Les conclusions (du rapport) sont acceptables, même si je suis en désaccord avec certaines d'entre elles", a-t-il commenté.

Toujours est-il que ce rapport semble affaiblir la position de l'ex-patron policier, qui a passé ces derniers mois à promouvoir un livre dans lequel il développe son éthique de dirigeant, qu'il oppose à celle de M. Trump.

L'actuel directeur du FBI Christopher Wray a accepté les conclusions du rapport et promis une formation pour les employés du bureau fédéral, y compris les plus hauts responsables, sur les moyens d'être impartial et d'éviter les erreurs commises par M. Comey et d'autres.

"Nous devons rendre des comptes pour les choix que nous faisons", a-t-il dit, assurant que le rapport rendait le FBI "plus fort".

Avec AFP

Toutes les actualités

Affaire George Floyd: rage, émeutes et revendications à travers le monde

Un manifestant à Minneapolis proteste la mort de George Floyd à Minneapolis, Minnesota, le 29 mai 2020. (Photo CHANDAN KHANNA / AFP)

Des manifestations empreintes de violence ont secoué plusieurs villes des États-Unis et d'autres pays après la mort de George Floyd aux mains de la police dans l'État du Minnesota. Cliquer sur le lien ci-dessous pour revivre ces événements: images des manifestations >>

La capsule de SpaceX avec deux astronautes à bord s'est amarrée à l'ISS

Décollage de la fusée SpaceX Falcon 9 au Centre spatial Kennedy de la NASA à Cape Canaveral, en Floride (États-Unis), le 30 mai 2020. (Photo REUTERS/Steve Nesius)

La capsule de SpaceX Crew Dragon s'est amarrée dimanche sans encombre à la Station spatiale internationale, en avance de quelques minutes sur l'horaire prévu, avec deux astronautes de la Nasa à bord, une étape cruciale pour cette mission historique.

Bob Behnken et Doug Hurley, qui ont décollé à bord d'une fusée Falcon 9 la veille depuis la Floride, sont les premiers astronautes à rejoindre l'ISS, à 400 km de la Terre, grâce à un véhicule d'une société privée.

La capsule Crew Dragon s'est amarrée à l'ISS à 14H16 GMT. "Amarrage confirmé", ont confirmé la société créée par Elon Musk et la Nasa.

Le sas entre Dragon et la station spatiale doit maintenant être dépressurisé avant que l'écoutille de la capsule ne soit ouverte.

Depuis la fin des navettes spatiales en 2011, ce sont des fusées russes qui envoyaient les Américains vers l'ISS.

La Nasa a chargé SpaceX de développer un nouveau taxi spatial, et si cette mission --qui pourrait durer jusqu'en août-- est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l'espace. Pour trois milliards de dollars, SpaceX a promis à la Nasa six allers-retours vers l'ISS, avec quatre astronautes à bord.

Le policier impliqué dans la mort de George Floyd inculpé, couvre-feu à Minneapolis

Des agents de police se tiennent à l'extérieur du domicile en Floride de l'ancien officier de police de Minneapolis, Derek Chauvin, accusé du meurtre de George Floyd  en Floride. (REUTERS / Scott Audette)

Le policier mis en cause dans la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, lors d'une interpellation létale en début de semaine à Minneapolis a été arrêté et inculpé d'homicide involontaire ont annoncé vendredi les autorités locales. Un couvre-feu a été décrété vendredi à Minneapolis.

"L'ancien officier de police de Minneapolis Derek Chauvin a été inculpé par le bureau du procureur du comté de Hennepin de meurtre (au 3ème degré) et d'homicide involontaire", a annoncé vendredi le procureur Mike Freeman du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis.

La famille de cet homme de 46 ans, à qui le président Donald Trump a annoncé avoir parlé, a salué l'arrestation du policier comme un premier pas sur "la voie de la justice", mais l'a jugée "tardive" et insuffisante.

"Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir les autres agents (impliqués) arrêtés", a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Quelques instants plus tôt, les autorités locales avaient annoncé l'arrestation de M. Chauvin, qui avait été démis de ses fonctions.

Pour l'instant, seul le policier Derek Chauvin "a été placé en détention", a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la Sécurité civile du Minnesota.

Une vidéo devenue virale montre ce policier blanc plaquer au sol George Floyd et maintenir son genou sur son cou pendant de longues minutes, alors que M. Floyd disait ne plus pouvoir respirer.

Depuis la diffusion de cette vidéo des manifestations tournant à l'émeute ont éclaté à Minneapolis, notamment aux abords du commissariat où travaillaient les quatre policiers impliqués dans cette affaire, et dans d'autres villes de la région.

Des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités.

Ce drame rappelle la mort d'Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs.

Lui aussi avait dit "Je ne peux pas respirer", une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte").

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG