Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Emiliano Sala disparaît à bord d'un avion entre Nantes et Cardiff

L'attaquant italo-argentin du club de Nantes Emiliano Sala

Le transfert d'Emiliano Sala a tourné au drame: l'attaquant italo-argentin a disparu à bord d'un avion de tourisme parti de Nantes en direction de Cardiff, lundi soir, à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île de Guernesey.

Le club de Nantes, que Sala venait de quitter pour s'engager avec Cardiff, a annulé l'entraînement mardi matin à la Jonelière où les joueurs, arrivés à 08h15 pour le petit déjeuner, ont appris la nouvelle. Le match de Coupe de France prévu à l'Entente Sannois-Saint-Gratien (National), mercredi soir, a été reporté.

L'alerte sur la disparition de l'avion dans lequel se trouvait Sala a été donnée vers 20h20, heure anglaise, lundi soir. Le contrôle aérien de Jersey, a signalé qu'un petit appareil de tourisme monomoteur Piper PA-46 Malibu avait disparu des radars, avec à son bord deux personnes dont l'identité n'était pas précisée.

Des sources policières françaises au petit matin, puis la direction générale de l'aviation civile (DGAC) vers midi, ont confirmé qu'Emiliano Sala était à bord de l'appareil. Selon une source proche du dossier, l'avion transportait deux passagers en plus du pilote.

Selon les contrôleurs aériens de Jersey, l'avion, qui volait dans un premier temps à 5.000 pieds, avait demandé à descendre et évoluait à 2.300 pieds quand il a disparu des radars.

Des recherches en mer et aériennes ont été immédiatement déclenchées mais interrompues quelques heures plus tard sans qu'aucune trace de l'appareil n'ait été détectée, en raison du vent qui se renforçait, d'une mer trop agitée et d'une mauvaise visibilité.

Les opérations ont repris mardi matin à 09H00, toujours sous la direction des gardes-côtes de Guernesey, avec des moyens britanniques et français: deux avions, deux hélicoptères et un bateau de sauvetage. Mais aucune trace de l'avion n'avait été trouvée en milieu de journée.

L'avant-centre de 28 ans, auteur de 12 buts sur la première moitié de saison en Ligue 1, venait d'être transféré du FC Nantes à Cardiff pour une somme record pour le club gallois, estimée par la presse à 17 millions d'euros.

Sala avait été formé à Bordeaux, qu'il avait rejoint à l'adolescence par le biais de Proyecto Crecer, l'école de football fondée par les Girondins en Argentine, dans la province de Cordoba.

Au Haillan, le centre d'entraînement de Bordeaux, mardi matin, l'atmosphère était lourde. Le milieu argentin Valentin Vada, que Sala considérait comme son petit frère, a tweeté en espagnol: "Allez mon frère!! Réapparais s'il te plaît!!"

Prêté à différents clubs (Orléans, Niort, Caen), il avait enchaîné les buts mais sans parvenir à s'imposer à Bordeaux et avait fini par signer à Nantes en 2015 pour un million d'euros.

Avec les Canaris, il était enfin parvenu à faire oublier ses allures un peu gauches et sa technique rudimentaire grâce à un réalisme précieux qui avait attiré l'oeil de clubs plus huppés.

Après avoir vu s'évanouir la possibilité d'un transfert en Turquie à Galatasaray cet été, il avait finalement obtenu un bon de sortie au mercato d'hiver, au grand dam de l'entraîneur Vahid Halilhodzic, ancien grand avant-centre de Nantes des années 1980, avec qui il avait lié une relation forte.

- "Très attachant, très travailleur" -

"C'est un garçon très attachant, très travailleur", répétait à l'envi le coach franco-bosnien à son sujet.

Au pays de Galles, Sala s'était engagé pour trois ans et demi avec son nouveau club, 18e et relégable en Premier League, qu'il devait aider dans sa lutte pour le maintien.

"Je suis très heureux d'être ici. Cela me fait très plaisir et j'ai hâte de commencer à m'entraîner, de rencontrer mes nouveaux coéquipiers et de me mettre au travail", avait-il déclaré lors de sa signature samedi.

Lundi, il était revenu à la Jonelière, le centre d'entraînement du FC Nantes, prendre ses dernières affaires. Le compte Twitter du club avait publié une photo du joueur entouré de ses ex-coéquipiers, souriant comme toujours.

La Premier League avait déjà été endeuillée cette saison par une autre catastrophe aérienne, le crash d'un hélicoptère transportant le président du club de Leicester, Vichai Srivaddhanaprabha.

Le 27 octobre, le milliardaire thaïlandais, ainsi que quatre autres personnes, avait perdu la vie quand l'hélicoptère les transportant s'était écrasé aux abords du King Power Stadium, après une rencontre contre West Ham en championnat.

Avec AFP

Toutes les actualités

En Ukraine, un appareil respiratoire fabriqué au Kenya pour les bébés prématurés

En Ukraine, un appareil respiratoire fabriqué au Kenya pour les bébés prématurés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

En Ukraine, des groupes d'aide médicale utilisent un appareil respiratoire fabriqué au Kenya pour les bébés prématurés, un appareil qui fonctionne sans électricité.

Débat autour du futur du Commonwealth après la mort de la reine Elizabeth II

Débat autour du futur du Commonwealth après la mort de la reine Elizabeth II
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:40 0:00

Le décès de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne n’est plus dans l’actualité, mais c’est le contraire pour le débat qu’il a relancé dans de nombreux pays du Commonwealth, pour la plupart d'anciennes colonies britanniques, sur leurs futurs liens avec la monarchie.

Moscou mobilise 300.000 réservistes contre l'Ukraine

Moscou mobilise 300.000 réservistes contre l'Ukraine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

La seconde vie des voitures européennes au Bénin

L’Afrique est la principale destination des véhicules d’occasion, avec un quart des véhicules exportés dans le monde entre 2015 et 2020.

Le Bénin est un des cinq plus gros importateurs en Afrique de véhicules d'occasion, un marché florissant sur le continent où des millions de personnes achètent des vieilles voitures européennes parfois très polluantes.

Sa voiture dépasse les 170.000 kilomètres au compteur et ne passerait pas un contrôle technique en Europe, mais pour Adam Adébiyi, elle est "comme neuve". Ce Béninois, informaticien de profession, n'a de toutes les façons pas les moyens de s'offrir un véhicule neuf sorti d'usine. Alors pour lui, comme pour des millions d'Africains sur le continent, le marché d'occasion est l'unique option.

Avant-première de The Woman King à Cotonou: les Amazones à l'affiche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:10 0:00

L’Afrique est la principale destination des véhicules d’occasion, avec un quart des véhicules exportés dans le monde entre 2015 et 2020, soit 5,6 millions de véhicules, selon l'ONU. Ces véhicules proviennent principalement d’Europe et du Japon, de plus en plus de Corée du Sud ou des Etats-Unis, souvent très vieux et polluants.

La voiture d'Adam Adébiyi, une petite Matrix Toyota, a été mise en circulation en 2004 au Canada, avant de prendre quinze ans plus tard la route par la mer jusqu'au Bénin, où elle a été achetée en 2019 par un premier propriétaire, qui la lui a ensuite revendu.

Non loin du port de Cotonou, capitale économique du Bénin, les parcs automobiles de véhicules de seconde main s'étendent sur des kilomètres. Car le Bénin est un des cinq plus gros importateurs en Afrique de véhicules d'occasion, selon un rapport de l'ONU publié fin 2021. Le pays ouest-africain ne compte pourtant que 11 millions d'habitants, mais il est la porte d'entrée des marchés burkinabé, nigérien, tchadien, et surtout du Nigeria, pays voisin le plus peuplé d'Afrique.

Sur un de ces parkings géants, proche de la frontière avec le Nigeria, Zakari Cissé, sourire au lèvre et main sur le volant, vient tout juste d'acquérir une voiture mise en circulation en Belgique en 2002.

Ce père de famille aurait voulu s'en payer une neuve chez un concessionnaire. Mais faute de disposer d’assez de ressources, il s’est rabattu sur ce véhicule d'occasion vieux de 20 ans. Le prix de ces voitures de seconde main démarre autour de 1,5 million francs CFA (2.300 euros). Il le trouve "propre et bien entretenu". Même le "moteur répond très bien et cela se remarque au bruit", affirme-t-il.

"Nous n’importons pas des déchets", affirme Ossama Allouch importateur de véhicules d’occasion à Cotonou, en précisant que les véhicules sous soumis à un minimum de contrôle avant achat. Les "voitures de seconde main, il y en existe partout… Ce ne sont pas que des véhicules interdits d’utilisation", renchérit-il.

Pot catalytique scié

Mais selon un rapport du Programme des Nations unies pour l'Environnement publié en 2021, la plupart de ces véhiculés exportés dans les pays en développement sont très vieux, polluants, énergivores, dangereux et mettent en danger les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique dans le monde.

Lors d'une inspection des autorités néerlandaises fin 2019 dans le port d’Amsterdam, d'où partent chaque semaine des bateaux transportant ces voitures vers l'Afrique, l'âge moyen des véhicules en attente était de 18 ans et leur compteur dépassait les 200.000 km en moyenne.

La quasi-totalité (93%) étaient aux normes Euro 3 ou inférieures, c'est à dire commercialisés avant le début des années 2000. Une partie des véhicules étaient hors d'usage, certains avaient leur pot catalytique scié. Mais Amen Djidjoho, chef d’un des parcs de vente au Bénin, assure lui que "tous les véhicules importés viennent avec catalyseur parce qu’en Europe et en Amérique, il est formellement interdit de les enlever".

Les pots catalytiques permettent de limiter significativement l'émission de gaz polluants, comme l'oxyde d'azote. Ils sont composés de métaux précieux comme l'or, l'argent, le rhodium et le platine, et leur valeur peut dépasser les 100 euros. Ils font ainsi l'objet de trafic en Europe comme en Afrique. Pour éviter leur vols, des agents sont commis au contrôle la nuit à l’occasion des transferts sur les parcs de vente béninois, assure M. Djidjoho.

Pollution inquiétante

La pollution générée par ces voitures est une grande source d'inquiétude pour les défenseurs de l'environnement. Ces vieilles voitures, ainsi que la mauvaise qualité des carburants utilisés en Afrique de l'Ouest, est "une des principales causes de l'augmentation des niveaux de pollution atmosphérique dans les villes de la région", selon le programme pour l'environnement des Nations Unies.

"Les enfants, qui se rendent à pied dans les écoles et qui empruntent des routes très fréquentées, et les vendeurs informels le long de ces routes" sont les plus exposés aux effets de ces fumées toxiques sur la santé, déplore l'ONU. Mais réguler cet important secteur de l'économie béninoise, en outre grand pourvoyeur d'emplois, n'est pas facile.

Les quinze pays de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont bien adopté en 2020 une directive visant à introduire des carburants et des véhicules plus propres sur le marché, dont la mise en œuvre devait débuter en janvier 2021.

Les véhicules d'occasion importés doivent notamment répondre à minima aux normes Euro 4, c'est à dire avoir été mis en circulation après 2006. Mais on constate qu'au Bénin, les véhicules vendus sur les parcs automobiles sont bien plus âgés. Contacté à plusieurs reprises, le ministère des Transports n'a pas répondu aux questions de l'AFP au sujet de la législation en vigueur dans le pays.

Décès de la reine Elizabeth II: inhumation ce lundi après 10 jours de deuil

Décès de la reine Elizabeth II: inhumation ce lundi après 10 jours de deuil
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG