Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Un centre de traitement d'Ebola de nouveau attaqué

Le Centre de traitement du virus Ebola géré par MSF dans la ville de Katwa après avoir été incendié, en République démocratique du Congo, le 25 février 2019.

Un assaillant a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par les forces de sécurité qui ont repoussé une nouvelle attaque contre un centre de traitement d'Ebola (CTE) dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source administrative.

"Une attaque d'un centre de traitement d'Ebola à Katwa a été repoussée par l'armée et la police. Un Maï-Maï (ndlr: rebelle) a été tué dans la contre-offensive des forces de sécurité", a déclaré à l'AFP Sylvain Kanyamanda, maire de Butembo (Nord-Kivu).

"Les forces de sécurité ont empêché ces assaillants de franchir un périmètre de 40 mètres autour du CTE, épargnant ainsi les malades et les installations du CTE", a ajouté M. Kanyamanda.


Dans cette zone du Nord-Kivu, la riposte anti-Ebola est compliquée par la présence de groupes armés et par les "résistances" d'une partie de la population (déni de la maladie, refus de la prévention, des soins, des enterrements "dignes et sécurisés" conduits par la Croix-Rouge).

Dans l'Est congolais, les Maï-Maï désignent des miliciens membres de groupes armés d'autodéfense communautaire.

"Depuis le début de l'épidémie, le cumul des cas est de 1.680, dont 1.592 confirmés et 88 probables. Au total, il y a eu 1.117 décès (1.029 confirmés et 88 probables) et 450 personnes guéries", indiquent les autorités.

D'autre part, cette dixième épidémie, déclarée en août dans les provinces du Nord-Kivu et d'Ituri, a déjà contaminé 99 agents de santé dont 34 sont décédés, d'après les autorités sanitaires congolaises.

Entretemps, un bébé de 42 jours a été guéri de cette fièvre hémorragique, selon le bulletin quotidien du ministère de la Santé daté de dimanche.

L'actuelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola est la dixième et la plus grave enregistrée sur le sol congolais depuis 1976. Elle est la deuxième la plus grave après celle en Afrique de l'Ouest en 2014 (plus de 11.000 morts en Guinée, Sierra Leone et au Liberia principalement).

Toutes les actualités

Un militaire congolais ouvre le feu sur des civils, 12 morts

Un militaire congolais ouvre le feu sur des civils, 12 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:47 0:00

Dr Mukwege reçoit des "menaces" après la dénonciation d'un récent massacre dans l'Est

Le Dr Denis Mukwege, s’adresse à la foule à son retour à Bukavu en RDC, le 27 décembre 2018. (Photo by Fredrik Lerneryd / AFP)

Le prix Nobel de la paix 2018 Denis Mukwege a affirmé avoir reçu des menaces et vu des proches menacés, après avoir dénoncé un récent massacre de civils dans l'Est de la République démocratique du Congo, dans un communiqué parvenu vendredi à l'AFP.

"Depuis mon tweet du dimanche 26 juillet dénonçant le récent massacre survenu à Kipupu en territoire de Mwenga au Sud Kivu, j'ai reçu diverses correspondances haineuses et des membres de ma famille ont été intimidés et menacés", a-t-il écrit.

"Aucune malversation intellectuelle, aucune menace, aucune utilisation de la peur, ne m'empêchera de m'exprimer sur la réalité des atrocités que vivent les populations de mon pays et dont je soigne les séquelles tous les jours dans mon hôpital à Bukavu", a ajouté le gynécologue, surnommé "l'homme qui répare les femmes".

Mi-juillet, 18 personnes avaient été tuées dans une attaque à Kipupu, selon les chercheurs du Baromètre de sécurité du Kivu (KST) présents dans la région alors qu'un groupe de députés provinciaux faisaient état de 220 personnes tuées.

Le village de Kipupu se situe dans une zone instable du Sud-Kivu, sur les hauts-plateaux de Fizi qui surplombent le lac Tanganyika, non loin du Burundi et du Rwanda.

En octobre 2012, le Dr Mukwege, directeur de l'hôpital de Panzi qui s'occupe des femmes victimes de viols dans le Sud-Kivu, avait échappé à un attentat qui ciblait son domicile. Son gardien avait été tué par des assaillants.

Dans cette région enclavée, des violences opposent depuis un an des Congolais tutsi rwandophones, les Banyamulenge, et d'autres communautés locales comme les Babembe.

Les restaurateurs de Kinshasa retrouvent le sourire

Les restaurateurs de Kinshasa retrouvent le sourire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:19 0:00

Huit morts dont un militaire à Beni dans le Nord Kivu

Huit morts dont un militaire à Beni dans le Nord Kivu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Deux morts dans des accrochages dans la réserve d'Okapi en Ituri

Un homme congolais marche sur la route de transport qui relie la ville de Bunia à la ville minière de Mambasa, dans la province de l’Ituri, le 10 juillet 2018.

Deux personnes ont été tuées lors de l'expulsion d'occupants illégaux de la réserve d'Okapi, en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Des accrochages ont éclaté lorsque des militaires et des éco-gardes ont entrepris d'évacuer les habitants d'un petit village créé par des creuseurs d'or artisanaux à l'intérieur de la réserve, a expliqué à l'AFP Christian Mushingalwa, responsable en charge des ressources humaines de la réserve.

"Le bilan est de deux morts et quelques blessés dont quatre grièvement, tous des civils", a-t-il précisé.

L'opération visait à "préserver l'environnement", à la demande de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), a-t-il souligné.

Selon M. Mushingalwa, un site de relocalisation, à 30 km de la réserve, avait été préparé pour recevoir les occupants illégaux.

L'ICCN "peut avoir raison mais nous voulons un dialogue entre les parties en conflit pour une cohabitation pacifique entre la réserve et les riverains", a réagi auprès de l'AFP Assani Nguma, président de la société civile de Mambasa (Ituri).

Interrogé par l'AFP, les services de l'administrateur du territoire de Mambasa ont accusé les villageois d'avoir "barricadé pendant quelques heures la route nationale 4", justifiant ainsi l'intervention de l'armée.

La réserve d'Okapi abrite de nombreuses espèces endémiques et menacées, dont un sixième de la population existante d'okapis (environ 5.000 sur les 30.000 vivant à l'état sauvage).

L'Okapi, appelé aussi girafe de forêt, est un mammifère qui ne vit que dans cette région de la RDC.

Voir plus

XS
SM
MD
LG