Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Dix travailleurs humanitaires portés disparus au Soudan du Sud


Un employé du Programme alimentaire mondial (PAM) à côté des sacs de céréales destinés à être distribués aux réfugiés sud-soudanais, à l'aéroport d'Al-Obeid, dans l'État du Nord-Kordofan, le 20 mai 2017.

Dix travailleurs humanitaires au Soudan du Sud sont portés disparus, et présumés kidnappés, après l'attaque de leur convoi dans le sud-ouest de ce pays en guerre, ont annoncé jeudi les Nations unies.

Selon un communiqué du Bureau des Nations unies pour les affaires humanitaires (Ocha), le convoi a disparu après avoir quitté mercredi matin la ville de Yei, située à environ 150 km au sud-ouest de la capitale Juba, en direction de celle de Tore.

Les 10 travailleurs humanitaires sont tous de nationalité sud-soudanaise, et sont employés notamment par l'Ocha, l'Unicef et des ONG.

>> Lure aussi : Une vie de misère au rythme des combats au Soudan du Sud

"Nous sommes profondément préoccupés", a indiqué Alain Noudehou, chef des opérations humanitaires de l'ONU au Soudan du Sud. "Nous ne savons ni où ils sont, ni s'ils vont bien".

Après avoir obtenu son indépendance en 2011, le Soudan du Sud a plongé en décembre 2013 dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts, quatre millions de déplacés et provoqué une crise humanitaire catastrophique.

Les travailleurs humanitaires ont été la cible de nombreuses attaques durant ce conflit.

L'Ocha précise dans son communiqué qu'il s'agit du "second incident sur le seul mois d'avril impliquant des travailleurs humanitaires retenus par des groupes armés, et le troisième sur les six derniers mois".

>> Lire aussi : 41 hauts responsables visés pour crimes contre l'humanité au Soudan du Sud

"Ces personnes, travaillant pour l'ONU et des ONG, sont ici pour aider les Sud-Soudanais et ne devraient pas être visés. Nos collègues doivent être relâchés sans conditions afin que leur travail puisse se poursuivre", a ajouté la même source.

L'armée gouvernementale a accusé les rebelles d'être responsables de cette attaque. L'un de leurs porte-parole a assuré que les rebelles prévoyaient d'enquêter sur ces disparitions.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG