Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Dix mesures préventives annoncées par le président nigérien

Le président Issoufou Mahamadou mardi lors de son passage télévisé, à Niamey, le 18 mars 2020. (Présidence Niger)

Face à la pandémie du coronavirus, les autorités nigériennes ont pris des mesures préventives, le pays n'ayant pas encore enregistré de cas. Dans un message radiotélévisé mardi, le président Issoufou Mahamadou a annoncé des mesures de restrictions.

C’est un total de dix mesures allant de la fermeture pour deux semaines des frontières aériennes et terrestres à l’interdiction des regroupements de plus de 50 personnes.

Pas encore de cas de coronavirus dans le pays, 10 mesures préventives annoncées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00


Pour les frontières aériennes, les vols cargos sanitaires et sécuritaires ne sont pas concernés. Le transport terrestre des marchandises non plus.

Autre mesure prise pour deux semaines, la fermeture de tous les établissements scolaires. Comme pour les frontières, la mesure pourrait être reconduite en fonction de l’évolution de la situation.

Les lieux de réjouissance comme les bars et les boîtes de nuit sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Pour les lieux de culte, "les mesures sur les conditions pour y accéder seront prises après une concertation entre le gouvernement et les chefs religieux chrétiens et musulmans”, a indiqué le président Issoufou.

Ces mesures viennent s’ajouter à celles déjà prises le 13 mars dernier, notamment l'annulation de toutes les réunions internationales prévues à Niamey.

La capitale nigérienne devait accueillir la célébration du cinquantenaire de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et la conférence ministérielle de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI).

"La faiblesse des systèmes de santé de nos pays nous impose beaucoup plus que d'autres, la prévention", a dit le président Issoufou qui a terminé son adresse par un appel à une application rigoureuse des mesures ainsi prises en répétant qu’il n’y a "ni traitement, ni vaccin".

Contrairement à plusieurs de ses voisins, le Niger n’a pour l’instant pas enregistré de cas du covid-19.

Toutes les actualités

L'opposant nigérien Hama Amadou parmi les détenus "graciés" en raison du coronavirus

Hama Amadou lors de son retour au Niger.

Le principal opposant nigérien, Hama Amadou, écroué depuis novembre 2019 pour trafic international d'enfants, fait partie des 1.540 détenus graciés pour empêcher la propagation du coronavirus dans les prisons, a appris l'AFP de source officielle.

Le nom de Hama Amadou figure sur la liste de ces détenus lue à la radio publique et que le président nigérien Mahamadou Issoufou a décidé de gracier "pour des raisons humanitaires et pour désengorger les maisons d'arrêt".

"Hama Amadou Amadou est bien concerné par la grâce présidentielle et il sort de prison en principe prison (ce) lundi", a indiqué à l'AFP un proche de l'opposant.

Début mars, après deux semaines de soins médicaux en France, Hama Amadou avait regagné sa prison de Filingué (ouest) où il était incarcéré depuis le 19 novembre 2019 pour purger le reste de sa peine de huit mois de prison ferme sur douze.

Il avait été condamné dans le cadre d'un trafic international d'enfants avec le Nigeria et impliquant également une de ses épouses. Il avait crié au procès politique, assurant qu'on voulait l'écarter de la lutte pour la présidentielle de 2020.

En application du code électoral nigérien, cette condamnation lui interdit de participer au scrutin.

L'opposant âgé de 70 ans, a été écroué le 14 novembre 2019 au retour d'un exil de près de trois ans. Il avait déjà été incarcéré à Filingué en novembre 2015 à son retour d'un premier exil. En mars 2016, entre les deux tours de la présidentielle à laquelle il était arrivé deuxième sans pouvoir faire campagne en raison de son incarcération, il avait été autorisé à se rendre en France pour des raisons de santé.

Il n'était plus rentré au Niger jusqu'au 14 novembre 2019. Il a été désigné en août candidat à la présidentielle de décembre 2020 par son parti, le Moden.

Le Niger, pays du Sahel parmi les pauvres du monde a enregistré depuis le 19 mars 22 cas de coronavirus dont 3 décès à Niamey, selon le ministère de la Santé.

Premier cas de coronavirus confirmé en territoire nigérien

Premier cas de coronavirus confirmé en territoire nigérien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:40 0:00

Niamey annonce avoir tué une "figure de proue" de Boko Haram

Issoufou Katambe, ministre de la défense nationale du Niger.

Le ministère de la Défense du Niger a annoncé jeudi soir avoir tué une "figure de proue" du groupe jihadiste Boko Haram, Ibrahim Fakoura, lors d'une opération dans les îles du lac Tchad (Sud-Est), repaire d'islamistes nigérians.

"Les éléments des forces armées nigériennes déployés dans la région de Diffa ont mené une opération sur les îles nigériennes du lac Tchad du 10 au 16 mars. (L'opération) a permis d'éliminer Ibrahim Fakoura, un des chefs de faction de Boko Haram et plusieurs de ses compagnons", selon un communiqué du ministère nigérien de la Défense lu à la télévision publique.

Ibrahim Fakoura est une "figure de proue de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest" (Boko Haram a prêté allégeance à l'Etat islamique en 2015). Il est "impliqué dans plusieurs attaques horribles contre les civils et les forces de défense et de sécurité", ajoute le ministère, qui l'accuse aussi d'avoir participé aux "enlèvements contre paiement de rançons" fréquents dans cette région.

L'opération, qui "s'inscrit dans le cadre des opérations de la Force multinationale mixte (Niger-Nigeria-Tchad-Cameroun)", a été "conçue et planifiée par des éléments des armées nigérienne et nigériane et appuyée par un partenaire stratégique", précise la Défense nigérienne, sans préciser de quel pays elle parlait.

Les Etats-Unis et la France disposent de bases au Niger.

Lundi, les autorités de Niamey avaient annoncé avoir "neutralisé" 50 combattants du groupe après une attaque des islamistes contre une position de l'armée à Toummour, dans le Sud-Est également.

La région de Diffa abrite selon l'ONU 120.000 réfugiés nigérians, et des milliers de déplacés, fuyant les exactions de Boko Haram. Mi-février, une vingtaine de personnes étaient mortes et plusieurs blessées dans une bousculade au cours d'une distribution de vivres et d'argent à des réfugiés et déplacés à Diffa.

Le coronavirus s'invite à Niamey: un homme venu du Togo par la route

Des poids lourds sont pris dans un embouteillage près de la frontière entre la Lituanie et le Belarus, le jeudi 19 mars 2020. (AP Photo/Sergei Grits)

Le Niger, pays du Sahel parmi les pauvres du monde, a enregistré jeudi son premier cas de coronavirus: un homme arrivé à Niamey en provenance du Togo, en passant par le Ghana, la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, a annoncé le ministre de la Santé.

"Le Niger vient d'enregistrer son premier cas de coronavirus (...) Il s'agit d'un sujet de nationalité nigérienne de 36 ans, magasinier d'une compagnie de transport terrestre ayant voyagé suivant l'itinéraire Lomé (Togo), Accra (Ghana), Abidjan (Côte d'Ivoire), Ouagadougou (Burkina)", a affirmé le ministre Illiassou Maïnassara, lisant un communiqué à la télévision publique.

L'état du patient est "stable", selon le ministre qui a précisé que "toutes les dispositions sont prises pour circonscrire la pandémie".

Le Niger a fermé mardi ses établissements d'enseignement, ses frontières terrestres avec ses sept voisins et les aéroports de Niamey et Zinder (sud) afin d'éviter d'être touché par le virus.

"Nous ne sommes pas à l'abri de la contagion (...) la faiblesse des systèmes de santé de nos pays nous impose beaucoup plus que d'autres la prévention", avait affirmé le président Mahamadou Issoufou en présentant lui-même ces mesures.

En ce qui concerne les pays traversés par le magasinier, le Burkina compte 33 cas, dont un décès, le premier enregistré en Afrique subsaharienne, le Ghana 11, la Côte d'Ivoire 9 et le Togo 1.

Voir plus

XS
SM
MD
LG