Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Deux morts en Guinée pour le début d'une mobilisation anti-Condé

Une route barrée à Cosa dans la banlieue de Conakry, Guinée, le 14octobre 2019. (VOA/Zakaria Camara)

Deux jeunes manifestants ont été tués lundi en Guinée, au cours d'une journée de mobilisation, émaillée de heurts avec les forces de l'ordre, organisée par l'opposition pour protester contre le projet prêté au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat fin 2020.

Ces deux morts, confirmées par les autorités, s'ajoutent au bilan d'au moins vingt civils et un gendarme tués depuis le début à la mi-octobre de la contestation, plusieurs fois durement réprimée, dans ce pays d'Afrique de l'Ouest coutumier des manifestations meurtrières.

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), le collectif de partis, de syndicats et de membres de la société civile qui mène la protestation, avait appelé à partir de lundi à une mobilisation "massive" et "illimitée". Elle entend poursuivre le mouvement mardi.

Un élève de classe terminale âgé de 21 ans, Mamadou Sow, a "été tué par une balle tirée par un agent des forces de l'ordre qui pourchassaient les jeunes" dans le quartier de Coza, dans la banlieue de Conakry, a indiqué son oncle à l'AFP.

"Il y a avait des heurts, des jets de pierres et du gaz lacrymogène. A un moment, on a entendu une rafale, +pan pan, pan+, nous avons entendu des cris et tous les jeunes se sont rassemblés autour de mon neveu, qui était par terre, blessé à la poitrine", a-t-il ajouté.

Son décès a été confirmé dans un communiqué par le ministère de la Sécurité, qui a annoncé l'ouverture d'une enquête.

La mort d'un autre manifestant dans la ville de Labé (nord) a été "confirmée", a également indiqué le ministère.

Il s'agit d'un "jeune de 18 ans, tué par balle au niveau de la tête", a indiqué à l'AFP une source hospitalière. Après ce décès, "des manifestants sont allés saccager les locaux du tribunal" de première instance, selon la même source. Le tribunal "a été incendié" par des manifestants, qui "se sont également attaqués au siège du RPG", le parti au pouvoir, a précisé le ministère de la Sécurité.

Un correspondant de l'AFP a décrit la capitale, Conakry, comme quasiment à l'arrêt, avec très peu de véhicules dans les rues et de nombreuses écoles, magasins et stations essence fermées.

- 'Succès de la mobilisation' -

Des troubles ont été enregistrés dans 12 des 131 quartiers de la capitale et dans plusieurs villes de l'intérieur du pays, selon le ministère de la Sécurité, qui a dénoncé "l'érection de barricades de toute nature", ainsi que des "jets de pierres", notamment sur les forces de l'ordre, "ayant entraîné des blessés et des dégâts matériels". Dix personnes ont été interpellées à Conakry, selon la même source.

Ce début de mobilisation "est un succès", a déclaré à l'AFP le responsable national du FNDC, Abdourahmane Sanoh.

Le gouvernement avait invoqué le trouble à l'ordre public et l'absence de permis de manifester pour réprimer durement les premiers rassemblements à partir d'octobre. Il avait ensuite autorisé les manifestations sous conditions, sans que les violences cessent complètement.

Depuis la mi-octobre, le FNDC a fait descendre dans la rue à plusieurs reprises des dizaines ou des centaines de milliers de Guinéens dans ce petit pays de 13 millions d'habitants.

L'opposition est convaincue que le chef de l'Etat, élu en 2010 et réélu en 2015, entend se représenter fin 2020 alors que la Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Elle a été confortée dans ses craintes en décembre quand M. Condé, 81 ans, a indiqué qu'il comptait soumettre aux Guinéens un projet de nouvelle Constitution, même s'il ne s'est pas exprimé sur ses intentions personnelles.

Toutes les actualités

Les législatives prévues le 16 février

Les législatives prévues le 16 février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Lancement à minuit de la campagne pour les législatives

Lancement à minuit de la campagne pour les législatives
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Violences politiques : Paris appelle à "l'apaisement"

Violences politiques : Paris appelle à "l'apaisement"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

L'opposition suspend ses manifestations anti-Condé

Le chef de l'opposition Cellou Dalein Diallo à Conakry, Guinée, samedi 28 septembre 2013. (AP Photo / Idrissa Soumare)

L'opposition guinéenne a annoncé mercredi une suspension de ses manifestations contre un projet de troisième mandat attribué au président Alpha Condé, après trois jours de protestations ayant fait au moins trois morts.

Par ailleurs, la campagne pour les élections législatives prévues le 16 février va débuter "jeudi à minuit" jusqu'au 14 février, selon un décret présidentiel lu mercredi soir sur les médias d'Etat.

L'opposition, qui voit en ces législatives une manoeuvre du président Condé pour renforcer son pouvoir, a annoncé qu'elle boycotterait le scrutin et en empêcherait sa tenue, à cause de divergences avec le pouvoir sur son organisation.

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), le collectif de partis, de syndicats et de membres de la société civile qui mène la protestation depuis trois mois contre un éventuel troisième mandat de M. Condé, "suspend à partir de ce jour 15 janvier 2020 les manifestations", selon un communiqué publié mercredi soir.

Le Front vise à travers cette suspension à "procéder dans le calme à l'enterrement de nos victimes et permettre aux Guinéens de se réapprovisionner" en produits de consommation.

Il avait appelé à une mobilisation "massive" et "illimitée" à travers le pays à partir de lundi.

La mobilisation a fait depuis lundi au moins trois morts, dont un à Conakry et deux à Labé (nord), selon les familles des victimes, des sources médicales et de sécurité.

Depuis la mi-octobre, le FNDC a fait descendre dans la rue à plusieurs reprises des dizaines ou des centaines de milliers de Guinéens dans ce petit pays de 13 millions d'habitants. Plus de 20 civils ont été tués, ainsi qu'un gendarme, et des dizaines de personnes arrêtées.

L'opposition est convaincue que le chef de l'Etat, élu en 2010 et réélu en 2015, entend se représenter fin 2020 alors que la Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Elle a été confortée dans ses craintes en décembre quand M. Condé, 81 ans, a indiqué qu'il comptait soumettre aux Guinéens un projet de nouvelle Constitution, même s'il ne s'est pas exprimé sur ses intentions personnelles.

Retour du calme après 2 jours de violences à Conakry

Retour du calme après 2 jours de violences à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG