Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Deux généraux de l'ex-président Jammeh arrêtés à leur retour en Gambie

Le président gambien Yahya Jammeh et son épouse Zineb lors de l'élection présidentielle à Banjul, en Gambie, le 1er décembre 2016.

Les généraux Ansumana Tamba, ancien commandant de la garde présidentielle, et Umpa Mendy, ex-responsable de la protection rapprochée de Yahya Jammeh, "sont actuellement détenus à la caserne de Yundum, près de l'aéroport international de Banjul".

Deux généraux de l'ex-président gambien Yahya Jammeh, qui l'avaient suivi dans son exil en Guinée Equatoriale, rentrés récemment dans leur pays, étaient détenus mardi par l'armée, selon des sources concordantes.

Ils ont été arrêtés dimanche peu après leur retour de Guinée équatoriale, a déclaré à la radio le chef d'état-major, le général Masanneh Kinteh, sans pouvoir préciser les raisons de ce retour ni les soupçons à leur encontre.

Chacun d'entre eux a été arrêté à son domicile, a ajouté le général Kinteh, sans expliquer comment ils avaient pu quitter l'aéroport sans être inquiétés.

Ancien militaire parvenu au pouvoir par un putsch sans effusion de sang en 1994 dans cette ex-colonie britannique enclavée au Sénégal, à l'exception d'une étroite façade côtière, Yahya Jammeh s'était fait largement élire et réélire sans interruption jusqu'à sa défaite en décembre 2016 face au candidat de l'opposition, Adama Barrow.

Après six semaines de crise à rebondissements provoquée par son refus de céder le pouvoir, il a finalement quitté le pays le 21 janvier 2017, à la suite d'une intervention militaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et d'une ultime médiation guinéo-mauritanienne.

Un an après son départ, la stabilité de la Gambie reste menacée, notamment par les déserteurs de l'armée gambienne, avait indiqué la semaine dernière à l'AFP le commandant de la force de la Cédéao, le colonel sénégalais Magatte Ndiaye.

En juillet, le président Barrow avait pourtant relativisé, dans un entretien à l'AFP, les craintes de complot que fomenteraient des proches de Yahya Jammeh au sein des forces de sécurité, jugeant "terriblement exagérées" ces "rumeurs".

Interrogé la semaine dernière par la radio française RFI et la télévision France24 sur la possibilité d'une extradition de Yahya Jammeh, le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema avait répondu qu'il examinerait une telle demande si elle lui était présentée, mais y a paru défavorable.

"Poursuivre une personne qui a pris la décision de laisser le pouvoir serait peut-être une mauvaise conception politique", avait-il dit.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Les intempéries les plus meurtrières en Afrique australe depuis 20 ans

Zimbabwe Cyclone

L'Afrique australe a plusieurs fois été meurtrie par des tempêtes et inondations, comme lors du cyclone Idai qui vient de dévaster le Mozambique et le Zimbabwe. Rappel des intempéries les plus meurtrières des vingt dernières années :

- La plus meurtrière au Mozambique en 2000 -

En février et mars 2000, des inondations sans précédent depuis un demi-siècle au Mozambique font quelque 800 morts, au moins 50.000 sans-abri et affectent environ deux millions de personnes sur une population de 17 millions.

Les provinces les plus touchées sont Maputo, Gaza et Inhambane (sud). Cette catastrophe, à laquelle s'ajoutent les effets du passage du cyclone Eline, porte un coup sévère à l'économie du pays. Eline tue également 130 personnes à Madagascar.

En janvier et février 2013, de nouvelles inondations dans la province de Gaza font plus d'une centaine de morts et environ 250.000 sinistrés, emportant routes, hôpitaux et maisons.

En janvier 2015, le Mozambique connaît une autre catastrophe majeure: après de fortes précipitations, le fleuve Licungo, qui sépare le pays en deux, monte subitement de 12 mètres, dévastant la province de Zambézie (centre), plongeant la moitié nord du pays dans le noir et coupant l'axe autoroutier Nord-Sud, ce qui complique l'acheminement de l'aide humanitaire. Ces inondations font près de 160 morts (hors cas de choléra) et 177.000 sinistrés. Au Malawi voisin, des crues tuent 176 personnes.

- 2004 : Madagascar -

En mars 2004 à Madagascar, le cyclone Gafilo dévaste le nord et l'ouest faisant au moins 241 morts, ainsi que plus de 300.000 sans-abri.

L'île est fréquemment frappée par de nombreux cyclones et tempêtes tropicales, comme Géralda en février 1994 (au moins 200 morts, 500.000 sinistrés) et Gretelle en janvier 1997 (152 morts, 60.000 sans-abri).

- 2016-2017 : Zimbabwe -

Entre décembre 2016 et février 2017, le Zimbabwe, déjà touché par la sécheresse, subit des inondations qui font au moins 246 morts. Plus de 2.000 personnes sont déplacées.

S'ensuit une recrudescence du paludisme, qui provoque 150 morts en deux mois.

Les intempéries les plus meurtrières des dernières décennies sur l'ensemble du continent africain ont frappé entre octobre 1997 et janvier 1998 une vaste zone englobant la Somalie, l'Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie et l'Ouganda. De gigantesques inondations, suite à des pluies torrentielles causées par El Niño, une anomalie océanique et atmosphérique qui s'empare du Pacifique tropical, qui perturbe tous les trois à sept ans températures, courants et précipitations, avaient alors affecté ces cinq pays pendant trois mois, faisant plus de 6.000 morts.

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe

Un ex-enfant soldat ouvre une école de boxe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:10 0:00

L’art du Cap attire les collectionneurs

L’art du Cap attire les collectionneurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Les femmes disent non au harcèlement sexuel

Les femmes disent non au harcèlement sexuel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Deuil national au Mozambique

Deuil national au Mozambique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG