Liens d'accessibilité

Des réfugiés somaliens au Yémen commencent à rentrer chez eux

  • VOA Afrique

Des réfugiés somaliens dans le camp kényan Dadaab au Kenya,le 24 avril 2015. (Mohammed Yusuf/VOA)

Les Somaliens qui avaient trouvé refuge au Yémen après avoir fui les violences chez eux commencent à rentrer en raison de la guerre, du choléra et des risques de famine qui affectent ce pays d'accueil, a indiqué jeudi une agence des Nations unies.

L'ONU estime à 256.000 le nombre de Somaliens vivant dans des camps au Yémen, un pays en guerre depuis 2015.

Selon le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), quelque 10.000 Somaliens cherchent actuellement à retourner dans leur pays.

Deux bateaux affrétés par le HCR et l'Organisation internationale des migrations (OIM) ont déjà quitté le port d'Aden, dans le sud du Yémen, pour le port somalien de Berbera, à environ 200 km plus au sud. Un troisième navire devrait partir courant octobre, selon le HCR.

"Au total, 284 réfugiés somaliens sont rentrés du Yémen au cours des trois dernières semaines", a précisé jeudi à l'AFP la porte-parole du HCR au Yémen, Shabia Mantoo.

"Il s'agit d'un processus continu. Son financement total n'a pas encore été assuré, mais il se poursuivra en 2018", a-t-elle déclaré.

Malgré le conflit au Yémen, quelque 55.000 migrants ont quitté la Corne de l'Afrique pour le Yémen depuis le début de l'année, selon l'OIM.

Ce flux n'a pas cessé en dépit également d'une épidémie de choléra qui a fait plus de 2.100 morts depuis avril, selon le Comité international de la Croix-Rouge.

En août, 50 migrants somaliens et éthiopiens sont morts noyés après avoir été jetés à la mer par des passeurs près de la côte yéménite.

Le gouvernement somalien s'est effondré en 1991 et le pays a été déchiré par des décennies de conflit. L'accès à la nourriture, au logement et aux médicaments demeure un défi dans ce pays.

Depuis 2007, les Shebab islamistes se battent pour renverser le gouvernement soutenu par la communauté internationale.

Au Yémen, le conflit a fait plus de 8.500 morts depuis 2015, date à laquelle une coalition menée par l'Arabie saoudite est intervenue militairement dans ce pays en soutien au gouvernement qui se bat contre des rebelles appuyés par l'Iran.

Le conflit a placé 17 millions de personnes au bord de la famine. Les Nations unies ont parlé de "pire crise humanitaire au monde".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG