Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Des milliers de manifestants dans les rue de Bangkok

Des manifestants pro-démocratie participent à un rassemblement de masse pour réclamer l'éviction du gouvernement du premier ministre Prayuth Chan-ocha et des réformes dans la monarchie, à Bangkok, Thaïlande, le 19 septembre 2020. REUTERS/Athit Perawongmetha

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Bangkok, la capitale thaïlandaise, pour exiger, entre autres, la destitution du gouvernement, une nouvelle constitution et des élections.

Beaucoup ont également brisé un tabou de longue date en critiquant la puissante monarchie du roi Maha Vajiralongkorn.

Les manifestants demandent la suppression d'une loi sur la lèse-majesté contre les critiques de la monarchie. Ils cherchent également à réduire les pouvoirs constitutionnels du roi et son contrôle sur la fortune du palais et les unités de l'armée.

"A bas le féodalisme, vive le peuple", scandaient les manifestants.

Selon la police, au moins 5 000 personnes se sont rassemblées sur le campus de l'université de Thammasat, longtemps considéré comme un foyer d'opposition à l'establishment militaire et royaliste, et théâtre d'un massacre de manifestants en 1976.

Sous une pluie fine, les manifestants se sont déversés sur Sanam Luang, un espace public situé en face du Grand Palais où se déroulent traditionnellement les cérémonies d'État.

"Aujourd'hui, le peuple va réclamer son pouvoir", a déclaré via Twitter Arnon Nampa, un avocat des droits de l'homme qui est devenu une figure de proue du mouvement de protestation.

Le 19 septembre est l'anniversaire du coup d'État contre le populiste Thaksin Shinawatra, alors premier ministre, en 2006. Parmi les manifestants figuraient nombre de ses partisans en chemise rouge, vétérans des affrontements d'il y a dix ans avec des chemises jaunes pro-establishment.

"Je suis ici pour me battre pour l'avenir de mes enfants et petits-enfants. J'espère qu'à ma mort, ils seront libres", a déclaré Tasawan Suebthai, 68 ans, une chemise rouge avec des amulettes autour du cou pour éloigner les balles.

Les manifestations, qui durent depuis juillet, ont jusqu’ici été pacifiques. La plus grande à ce jour a attiré plus de 10 000 personnes le mois dernier, mais les organisateurs en attendent davantage cette fois-ci.

La politique thaïlandaise a été marquée pendant des années par des contestations de l'establishment royaliste et militaire par des politiciens soutenus par les électeurs pauvres des villes et des campagnes, et plus récemment par les étudiants.

L'armée, qui se proclame défenseur des institutions fondamentales du pays, en particulier de la monarchie, est intervenue à de nombreuses reprises pour renverser des gouvernements civils, la dernière fois en 2014, en invoquant la nécessité de maintenir la stabilité.

Une étudiante de 20 ans, qui n'a donné son nom que sous le nom de Waan par peur des représailles, a déclaré qu'il était temps de réformer la monarchie. "C'est un problème qui a été balayé sous le tapis pendant si longtemps. Cela doit s'arrêter ici".

La police a déclaré qu'elle allait déployer 10 000 agents samedi.

Toutes les actualités

La Russie va implanter sa première base militaire en Afrique

La Russie va implanter sa première base militaire en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Un travailleur humanitaire condamné à mort pour viols sur mineurs au Pakistan

Aire de jeux à Lahore au Pakistan, 11 novembre 2017. (Photo AP/K.M. Chaudary)

Un travailleur bénévole a été condamné à mort au Pakistan, reconnu coupable de viols et abus sexuels en série sur mineurs et d'avoir téléchargé des vidéos pornographiques mettant en scène des mineurs.

"Il sera pendu jusqu'à ce que mort s'ensuive", a déclaré le tribunal dans son verdict du 18 novembre, qui doit être confirmé par la Haute Cour de Lahore.

Sohail Ayaz avait été reconnu coupable de délits similaires au Royaume-Uni et en Italie avant d'être extradé vers le Pakistan où il a continué de s'en prendre à des enfants, selon la police.

Ce travailleur bénévole avait collaboré avec l'ONG Save the Children, ainsi que dans le cadre d'un projet humanitaire en Afghanistan, selon un haut responsable de la police, Rai Mazhar.

M. Ayaz aurait avoué avoir violé environ 30 enfants au Pakistan, selon les enquêteurs, qui auraient trouvé en sa possession des dizaines de milliers de vidéos pornographiques.

Les Prix internationaux de la liberté de la presse honorent la bravoure

Les Prix internationaux de la liberté de la presse honorent la bravoure
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:39 0:00

Manifestation à Hong Kong: Joshua Wong placé en détention provisoire

Manifestation à Hong Kong: Joshua Wong placé en détention provisoire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:21 0:00

Coronavirus: "La fatigue pandémique" fait craindre les autorités sanitaires

Coronavirus: "La fatigue pandémique" fait craindre les autorités sanitaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:03 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG