Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Le Président Tshisekedi respecte sa promesse de libération des prisonniers politiques

Président Félix Tshisekedi lors du 32e Sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, Ethiopie, 10 février 2019.

Le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, a annoncé mercredi soir à la télévision d’Etat la grâce présidentielle pour plus de 700 prisonniers, ainsi que des mesures disciplinaires à l’égard des membres du gouvernement et des mandataires des entreprises de l’Etat.

Parmi les prisonniers concernés, quelques politiciens comme l’opposant Franck Diongo et le défenseur des droits de l’homme et avocat Firmin Yangabi.

Eugène Diomi Ndongala, l’un des opposants dont la libération était réclamée lors du dialogue politique d’avant les élections, n’est pas sur liste. M. Kamerhe a affirmé que le président signera un arrêté à part à son sujet.

Dans la foulée, M. Kamerhe a aussi été annoncé la révocation du ministre des Affaires foncières, Lumeya Dhu Maleghi, avec demande d'ouverture d'une action judiciaire à son encontre.

Plusieurs mandataires des entreprises publiques sont suspendus.

Le président Félix Tshisekedi avait annoncé, il y a 11 jours, qu'il prendrait certaines mesures dans le cadre de ses 100 premiers jours. Il avait promis dans ce cadre de libérer les prisonniers politiques.

Toutes les actualités

Le président de la plus haute cour congolaise dit qu'il n'a pas démissionné

Le président de la plus haute cour congolaise dit qu'il n'a pas démissionné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Des milliers de personnes se sont rassemblées ce matin à Kinshasa

Des milliers de personnes se sont rassemblées ce matin à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Au Ghana, les producteurs des légumes demandent un soutien financier

Au Ghana, les producteurs des légumes demandent un soutien financier
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Les Malgaches reçoivent une assurance pour contrer les pertes de récoltes

Les Malgaches reçoivent une assurance pour contrer les pertes de récoltes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Nouvelle journée de manifestations interdites contre la Commission électorale à Kinshasa

Un homme est blessé à la jambe lors d'une manifestation où des manifestants et des policiers se sont affrontés à Kinshasa le 9 juillet 2020 lors de manifestations organisées contre l'UDPS), pour la nomination du nouveau président de la Commission électorale. (AFP/Arsene Mpiana)

Des milliers de personnes se sont rassemblées lundi matin à Kinshasa en République démocratique du Congo pour une marche interdite par les autorités contre le choix d'un nouveau président de la Commission électorale, quatre jours après des affrontements qui ont fait cinq morts.

Les manifestants ont envahi le boulevard Lumumba, en présence de l'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, un des leaders de l'opposition.

La marche a été organisée par la principale coalition des partis d'opposition Lamuka.

Ailleurs dans le pays,des rassemblements ont été dispersés à Bukavu (est) et Kananga (centre) à coup de gaz lacrymogènes.Ces marches dénoncent le choix du nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), accusée par les opposants de fraudes électorales à chaque scrutin.

La manifestation a été "reportée" dans la deuxième ville Lubumbashi, ont indiqué les organisateurs, qui redoutent des incidents provoqués par des "infiltrés" pour mettre en cause un des leaders de Lamuka, Moïse Katumbi.

Des marches semblables avaient été organisées jeudi par le parti présidentiel Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Cinq manifestants avaient alors été tués (deux à Kinshasa et trois à Lumbumbashi), selon un bilan du ministre de l'Intérieur.

De plus, 20 policiers ont été blessés à Kinshasa dont deux grièvement, selon ce même bilan qui ne confirme pas une rumeur assurant qu'un policier avait été lynché par la foule dans la capitale.

En conseil des ministres, le président Félix Tshisekedi a indiqué qu’il" peut comprendre" ces réactions face aux "irrégularités" dans le choix du nouveau président de la Commission électorale, mais qu'"il condamne" les violences.

C'est le président qui doit valider in fine le choix du nouveau président de la Commission électorale. Il a été entériné par l'Assemblée nationale, sur proposition de la société civile.

Les autorités justifient l'interdiction des marches par l'état d'urgence sanitaire face à la pandémie de Covid-19.

Une troisième marche est prévue dimanche à l'appel d'un collectif catholique et de mouvements citoyens.

Voir plus

XS
SM
MD
LG